Non catégorique de Laval

L'île aux Vaches, dans la rivière des Mille Îles. Le pipeline Énergie Est franchira cette rivière qui sépare Laval de la Rive-Nord.
Photo: Alarie Photo L'île aux Vaches, dans la rivière des Mille Îles. Le pipeline Énergie Est franchira cette rivière qui sépare Laval de la Rive-Nord.

Laval, la troisième ville en importance au Québec, s’oppose fermement à la construction du pipeline Énergie Est de TransCanada. Dans une longue liste de griefs contre la pétrolière albertaine, elle dit notamment s’inquiéter des conséquences pour la population, mais aussi la protection de l’environnement et même la croissance des émissions de gaz à effet de serre liée au projet.

« La Ville de Laval s’inquiète non seulement des conséquences négatives pour sa population, mais aussi pour l’ensemble des citoyens canadiens de la réalisation du projet Oléoduc Énergie Est de TransCanada », insiste la municipalité dans un mémoire particulièrement sévère préparé en vue des consultations de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM).

Le document, dévoilé jeudi, estime que ce pipeline destiné à l’exportation de pétrole des sables bitumineux ferait courir des risques « à la population, à l’environnement et à l’activité économique régionale ». Elle « s’objecte » donc à la construction d’Énergie Est.

Laval constate que même si le projet est déjà bien avancé, le tracé final « n’est toujours pas connu ». Néanmoins, selon les plans de la pétrolière albertaine, le tuyau devrait traverser l’île du nord au sud, dans sa partie est. Il traversera ainsi « une importante zone agricole » et « deux quartiers résidentiels ».

Rivières à risque

Le pipeline franchira également les rivières des Milles Îles et des Prairies, deux éléments qui inquiètent particulièrement la Ville. Le mémoire rappelle ainsi que les deux cours d’eau servent d’habitats à des espèces menacées ou en voie de disparition, mais aussi que la rivière des Milles Îles est caractérisée par une « biodiversité impressionnante ».

Dans le cas de la rivière des Prairies, le pipeline projeté passera dans le secteur de l’Archipel du Mitan, une réserve naturelle et « une aire protégée décrétée par le gouvernement du Québec ».

Laval déplore d’ailleurs que TransCanada n’a toujours pas indiqué comment son pipeline traversera la rivière des Outaouais et les affluents de la rivière des Milles Îles. Dans le cas de la rivière des Outaouais, la question est pourtant prioritaire pour Laval, puisque celle-ci est le tributaire des sources d’eau brute de la municipalité de 420 000 habitants.

La Ville rappelle que les risques sont bien réels. En effet, selon un rapport produit par la firme Savaria Experts-Conseil, « la totalité des prises d’eau de la ville de Laval pourrait être affectée dans un intervalle de 8h à 12h ». Cela pourrait priver d’eau l’ensemble des citoyens pour une durée « indéterminée ».

Or, selon le document préparé par la Ville, TransCanada n’aurait pas fourni, lors d’une rencontre tenue en août, les informations nécessaires concernant les risques d’un déversement de pétrole et la dispersion de contaminants. « Étant donné cette situation, la Ville de Laval croit que TransCanada n’est pas en mesure d’assurer la sécurité des citoyens et la protection de l’environnement sur son territoire en réalisant ce projet. »

GES en hausse

Laval constate en outre que le projet n’entraînerait « pas de gains notables » par la création d’emplois locaux, en plus d’interférer avec la planification du territoire lavallois pour les prochaines années.

La Ville fait enfin valoir qu’en favorisant l’expansion de la production des sables bitumineux, ce pipeline « ne contribuera pas à réduire notre dépendance énergétique aux combustibles fossiles, ne réduira pas les émissions de gaz à effet de serre et n’aura pas d’impact positif sur la qualité de l’air, et conséquemment, sur la santé des citoyens ».

Par voie de communiqué, Équiterre a salué la prise de position de Laval jeudi. « À l’aube de la conférence de Paris sur la lutte aux changements climatiques, le maire Demers a tout à fait raison lorsqu’il affirme que l’avenir de Laval ne passe pas par les énergies fossiles. D’ailleurs, plusieurs organisations internationales et des agences telles Bloomberg estiment que les renouvelables dépassent déjà les énergies fossiles en termes d’investissements annuels pour la production énergétique », a déclaré son porte-parole, Steven Guilbeault.

Terrebonne dit non

Mercredi, Terrebonne a aussi affirmé son opposition au projet de TransCanada. « Dans sa forme actuelle, Énergie Est est un projet incompatible avec le développement de Terrebonne, a fait valoir mercredi le maire de la municipalité, Jean-Marc Robitaille, par voie de communiqué. D’une part, TransCanada n’a pas fait la démonstration des retombées économiques pour notre ville. Ensuite, le tracé proposé traverse des écosystèmes prioritaires et des terres agricoles et se retrouve à proximité de plusieurs sources d’eau. »

C’est justement face à l’ampleur du projet de TransCanada et des inquiétudes qu’il soulève que la CMM a décidé de lancer une consultation qui se tiendra au cours des prochaines semaines, notamment sous la forme de séances publiques. Jusqu’à présent, 154 organisations et citoyens ont fait part de leur intention de présenter un mémoire dans le cadre de cette consultation.

Toutes les municipalités locales et régionales de comté concernées par le projet déposeront un mémoire à la commission. Selon les informations qui circulaient mercredi en fin de journée, la Ville de Laval devrait elle aussi manifester sa ferme opposition au projet Énergie Est dans le cadre de son mémoire qui doit être rendu public jeudi.

Projet majeur

Le projet Énergie Est est le plus important projet de pipeline actuellement en développement en Amérique du Nord. Celui-ci transportera 1,1 million de barils par jour, soit plus de 400 millions de barils par année. Avec ce projet, plus du tiers de la production des sables bitumineux passera en sol québécois d’ici cinq ans.

L’imposant tuyau qui devra être construit au Québec aura une longueur de plus de 720 kilomètres, soit près de la moitié de toute la longueur du pipeline à bâtir pour réaliser le projet.

Il traversera non seulement de très nombreux secteurs agricoles, mais aussi le territoire de plusieurs dizaines de municipalités des deux rives du Saint-Laurent. Tout au long de son tracé, le pipeline doit aussi traverser de nombreuses rivières majeures du sud du Québec, dont plusieurs sont utilisées comme source d’eau potable par les municipalités.

Avant même que le gouvernement du Québec ne débute l’évaluation environnementale du projet, TransCanada doit entreprendre des travaux préliminaires en vue de la construction de son pipeline, et ce, au cours des prochaines semaines. Des travaux sont notamment prévus dans le fleuve Saint-Laurent et la rivière Batiscan.

La décision finale concernant Énergie Est reviendra au gouvernement fédéral. Aucun des trois partis qui peuvent espérer prendre le pouvoir aux prochaines élections ne s’oppose au projet de pipeline.

 

3 commentaires
  • Mario Lafrance - Abonné 10 septembre 2015 16 h 15

    Mario L.

    Laval ? Deuxième ville en importance au Québec ? Hé ben !!!

    • Johanne St-Amour - Inscrite 10 septembre 2015 17 h 19

      Ben oui, c'est bizarre. Quelle est la première? Québec ou Montréal? M. Shiels, SVP, corrigez.

  • - Inscrit 10 septembre 2015 19 h 39

    Bravo Laval ...

    On a vraiment changé d'administration ... pour le mieux !