Québec autorise une autre mégamine en Abitibi

Le projet Royal Nickel sera deux fois plus gros que la mine d’or de Malartic (notre photo).
Photo: Lawrence Côté-Collins Le projet Royal Nickel sera deux fois plus gros que la mine d’or de Malartic (notre photo).

Sans faire grand bruit, le gouvernement Couillard a autorisé jeudi la construction, en Abitibi, de la plus grosse mine à ciel ouvert au Canada. Québec pourrait d’ailleurs participer financièrement au projet de Royal Nickel Corporation, qui nécessitera des investissements de 3 milliards de dollars. Cette énorme mine suscite toutefois des inquiétudes en raison des dépassements de normes environnementales liés à cette industrie, mais aussi des impacts sur les populations.

De l’aveu même de l’entreprise, le gisement de nickel Dumont, situé à 25 kilomètres à l’ouest d’Amos, est « gigantesque ». La production totale, qui doit s’échelonner sur une période de 33 ans, est évaluée à 4,63 millions de tonnes de concentré de nickel. Au plus fort de l’exploitation, cette mine devrait même être la cinquième du genre dans le monde.

Une telle mine à ciel ouvert transformera d’ailleurs profondément le paysage de cette région de l’Abitibi. À elle seule, la fosse atteindra une longueur de près de 5 km de longueur, sur 1,4 km de largeur. C’est près de deux fois ce que prévoyait la mine d’or de Malartic, au moment d’obtenir le feu vert du gouvernement Charest.

La profondeur de la fosse devrait dépasser les 560 mètres. En vertu de la législation en vigueur, la minière n’est pas tenue de la remblayer une fois l’exploitation terminée. Elle sera en outre entourée de montagnes de résidus et de roches stériles, dont la plus élevée atteindra une hauteur de 85 mètres. Jusqu’à 400 000 tonnes de matière brute pourraient être extraites chaque jour durant l’exploitation. La consommation quotidienne d’eau de la mine devrait en outre dépasser les 100 millions de litres.

Oui conditionnel du BAPE

L’automne dernier, le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) avait jugé que cet imposant projet était acceptable. Mais l’organisme avait aussi noté un certain nombre de préoccupations. Il soulignait ainsi dans son rapport la nécessité de « mettre en oeuvre les mesures appropriées à l’égard des eaux souterraines et de surface, du climat sonore et de l’air ».

Contrairement à ce que souhaitait faire Royal Nickel, le rapport d’enquête concluait par exemple que l’eau utilisée par la minière ne devrait pas être rejetée directement dans la nature. Le BAPE recommandait plutôt de passer par un dispositif permettant de vérifier la « qualité » avant le rejet.

Dans son communiqué publié en après-midi jeudi, le gouvernement Couillard a justement affirmé que « des améliorations ont été apportées par Royal Nickel Corporation et plusieurs gains pour l’environnement ont été obtenus ». Selon les éléments mentionnés, l’entreprise devra notamment mesurer le bruit et les poussières générés, faire « le suivi de la qualité des eaux à l’effluent minier », élaborer un « plan d’urgence détaillé » et « poursuivre le dialogue avec les communautés ».

« Le projet d’exploitation de Mine Dumont est un bel exemple de projet qui conjugue les trois piliers de développement durable, soit le développement économique et social et la protection de l’environnement », a d’ailleurs soutenu le ministre de l’Environnement, David Heurtel, par communiqué.

La documentation publiée en appui à la décision de Québec se résume toutefois à un communiqué et un résumé succinct des mesures, le tout publié en plein été et sans préavis médiatique précis concernant cette annonce. L’agenda officiel du ministre de l’Environnement évoquait simplement une « annonce concernant la municipalité de Launay », qui borde l’imposant projet.

Normes déficientes

Pour la Coalition Québec meilleure mine, les inquiétudes demeurent cependant vives. « On doit revoir les normes qui encadrent les grandes mines à ciel ouvert, surtout lorsqu’elles sont situées près de milieux habités, ou encore de milieux sensibles. Ce n’est pas une question de se dire pour ou contre ce type de mine, mais il est clair que les normes ne sont pas adaptées », a résumé son porte-parole, Ugo Lapointe.

Il a ainsi rappelé que les normes énoncées pour le projet de Royal Nickel sont similaires, en matières de « rigueur », à celles qui prévalaient dans le cas du projet de Malartic. « Pourtant, dans le cas de la mine Canadian Malartic, l’entreprise en est à 157 avis d’infractions [environnementales] depuis 2009. En fait, ce type de mine est absolument incapable, même en faisant des efforts, de respecter les normes en place. »

L’Institut national de santé publique du Québec a aussi publié cette année une étude qui démontre que la mine de Malartic a eu des impacts majeurs pour la population. Dans le cas de Royal Nickel, on retrouve des résidences à environ 500 mètres du complexe minier. Quant au village de Launay, il se trouve à moins de deux kilomètres du plus gros des parcs à résidus.

La Première Nation Abitibiwinni (de la réserve de Pikogan) a aussi réagi en soulignant qu’elle n’a pas donné son accord. Qui plus est, le gouvernement n’aurait « toujours pas rempli son obligation de consulter et d’accommoder la communauté ». Québec soutient le contraire.

Trouver 3 milliards

Reste aussi la question du financement. Royal Nickel, dont le premier actionnaire est un mandataire basé à Toronto et qui appartient au groupe TMX, a besoin de 3 milliards de dollars. La valeur boursière de l’entreprise s’élève à 33 millions.

La minière, qui a six lobbyistes inscrits au registre québécois, n’a pas rappelé Le Devoir pour préciser ses intentions. Est-ce que Québec pourrait participer au financement, comme cela se fait avec d’autres projets ? Au ministère de l’Économie, de l’Innovation et des Exportations (MDEIE), on a refusé de s’avancer jeudi. Mais on confirme l’intérêt du gouvernement pour ce projet, qui doit créer entre 300 et 800 emplois en phase d’exploitation.

« Il n’y a pas de financement de confirmé dans le projet, mais l’émission du certificat d’autorisation va nous permettre de passer aux étapes suivantes, dont le montage financier. De notre côté, c’est certain que nous allons suivre ce projet avec un grand intérêt », a fait valoir le porte-parole du MDEIE, Armand Dubois.

Pour aller plus loin

Consulter la carte du site 
8 commentaires
  • Claude Bariteau - Abonné 25 juin 2015 14 h 51

    Bizarre

    Le gouvernement autorise, mais ne rend pas publique les améliorations apportées ni les gains obtenus pour la protection de l'environnement.

    Il est élémentaire qu'il le fasse, puisqu'il revient, selon le communiqué, à l'entreprise de limiter la quantité extraite chque jour (laquelle), d'assurer le suivi de la qualité des eaux (laquelle) et d'élaborer un plan d'urgence (lequel) et poursuivre le dialogue avec les communautés (à quelle fin ?).

    En d'autres termes, si l'entreprise doit se conformer à des règles, il importe qu'elles soient connues. Si ce gouvernement ne les dévoile pas, c'est sûrement parce qu'elles ne sont pas conformes aux exigences du BAPE. Autrement, il le ferait.

    c'est inacceptable.

  • Gilles Théberge - Abonné 25 juin 2015 15 h 29

    Dix ans

    Tous ceux qui oeuvrent dans le domaine minier savent qu'entre le début des recherches et l'exploitation d'un gite minéral cela prend environ dix ans.

    J'espère que Couillard n'aura pas l'outrecuidance, bien que cela ne m'étonnerait pas de sa part, d'affirmer que c'est une réalisation de son gouvernement...

    Tout ce qu'il a fait là-dedans, c'est une annonce politique. Pour essayer de faire du millage...!

  • Jacques Boulanger - Inscrit 25 juin 2015 16 h 41

    Et ce massacre écologique va nous rapporter quoi ?

    • Sylvain Auclair - Abonné 26 juin 2015 11 h 37

      Un trou?

  • Colette Pagé - Inscrite 25 juin 2015 19 h 55

    Anguille sous roches ?

    Sans diffuser de préavis nous indique-t-il qu'il y a anguille sous roche ? Une annonce qui survient entre deux fêtes alors que plusieurs journalistes sont en vacances. Drôle de façon de procéder pour un Gouvernement ayant mis la transparence lors de la campagne életorale comme étant une de ses priorités.

    • Pierre Schneider - Abonné 26 juin 2015 06 h 58

      Le jour où le ministre Blanchette annonçait qu'il n'y aurait pas de transparence pour les projets d'oléoducs Enbridge et Trans Canada !

  • François Dugal - Inscrit 26 juin 2015 07 h 46

    De belles j'observe poussièreuses

    Monsieur le ministre de l'environnement annonce de belles jobs poussièreuses.
    Avons-nous voté pour ça?
    Affirmatif, mon colonel.