Des activistes accrochent une banderole dénonçant l’inversion de l’oléoduc 9B

Exploité depuis près de 40 ans, le tronçon de 639 km de l’oléoduc entre l’Ontario et Montréal constitue la dernière étape du projet qui vise à permettre l’accès aux raffineries de l’est du Canada.
Photo: Jacques Nadeau le Devoir Exploité depuis près de 40 ans, le tronçon de 639 km de l’oléoduc entre l’Ontario et Montréal constitue la dernière étape du projet qui vise à permettre l’accès aux raffineries de l’est du Canada.
Une banderole dénonçant le projet d’inversion du flux de l’oléoduc 9B de la compagnie canadienne Enbridge a été érigée au sommet d’un tour, tôt lundi matin, dans l’est de Montréal.

Les deux activistes environnementaux qui ont hissé la banderole vers 4 h sont revenus au sol peu avant 5h30. Le message demeure toutefois accroché au sommet.

Il ne semble pas que ces deux personnes aient commis ce geste au nom d’une organisation environnementale connue.

La tour qui appartient au Canadien Pacifique (TSX:CP) est située près de l’intersection de la rue Sainte-Catherine Est et de la rue Alphonse-D.-Roy, dans le quartier Hochelaga-Maisonneuve. Des agents du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) sont allés sur place, mais ils ne peuvent agir à la tour puisqu’elle est située sur un terrain appartenant au Canadien Pacifique qui possède son propre corps de police.

La société pétrolière Enbridge veut inverser le flux de sa canalisation 9B, entre North Westover, près de Hamilton en Ontario, et Montréal, afin d’acheminer vers les raffineries de l’est du pays le pétrole venant de l’ouest. Actuellement, l’écoulement se fait dans l’autre sens. La canalisation transporte du pétrole provenant de la mer du Nord, de l’Afrique occidentale et du Moyen-Orient vers les raffineries ontariennes.

Enbridge veut aussi augmenter sensiblement le nombre de barils de pétrole acheminés chaque jour.

 
4 commentaires
  • Gilbert Turp - Abonné 15 juin 2015 08 h 34

    Mes deux héros du jour

    Bravos à ces deux intrépides qui, par leur action, révèlent la nature fondamentalement impérialiste de l'industrie pétrolière. Avec la complicité d'une compagnie ferroviaire qui possède du territoire en vertu des vieilles lois de l'Empire.

    • Yves Côté - Abonné 17 juin 2015 01 h 25

      Pour eux, puis-je proposer d'inventer le Béluga d'Or... ?

  • Hélène Bruderlein - Abonnée 15 juin 2015 13 h 20

    Hélène Bruderlein Abonnée

    Félicitation pour ce geste courageux. Combien faudra-t'il encore de tels gestes pour qu'enfin nous soyons entendus. NON à l'inversion, NON au projet Enbridge, OUI à la santé de notre environnement.

  • Luc Falardeau - Abonné 15 juin 2015 23 h 42

    Pas de fumée sans feu

    Correctif à l'article de la Presse canadienne :

    Avant l'invesion prévue, le sens de l'écoulement du pétrole brut était de Montréal vers North Westover de 1997 à 2013, avant d'être arrêté... La ligne 9B est inactive depuis 17 mois... et vide, selon une information disponible sur le site web de l'ONÉ.

    L'ONÉ n'a pu confirmer si Enbridge a respecté le règle concernant la mise hors service de la ligne pour une durée de plus de 12 mois qui prévoit notamment une purge avec de l'azote pour éviter la corrosion interne de l'oléoduc.

    https://docs.neb-one.gc.ca/ll-eng/llisapi.dll/fetch/2000/90464/90552/92263/790736/890819/2432299/2697323/2787390/Lettre_%2D_A4Q5I2.pdf?nodeid=2787287&vernum=-2