Les efforts annoncés n’auront pas d’impact

Le soleil se lève sur la Californie, en proie à d’importantes sécheresses.
Photo: Frederic J. Brown Agence France-Presse Le soleil se lève sur la Californie, en proie à d’importantes sécheresses.

Les engagements de réduction des gaz à effet de serre pris jusqu’à présent par les États en prévision de la conférence de Paris ne permettront en rien de freiner les bouleversements climatiques. Et si le monde suit l’exemple canadien, le réchauffement des prochaines décennies sera tout simplement catastrophique.

En calculant les « contributions nationales » annoncées au cours des derniers mois, l’organisme scientifique Climate Action Tracker en vient à la conclusion suivante : si elles sont respectées, les cibles déjà connues devraient repousser l’atteinte d’une hausse de 2 °C, par rapport à l’ère préindustrielle, d’à peine deux ans.

Le groupe indépendant estime ainsi que la planète atteindra le réchauffement maximal souhaité par la communauté internationale pour le présent siècle dès 2038. Sans les engagements pris par un total de 36 États depuis le début de l’année, la barre des 2 °C serait franchie en 2036.

C’est donc dire que l’humanité n’a fait pratiquement aucun gain, malgré des « contributions nationales » formulées par les États-Unis, l’Union européenne, la Russie et le Canada. Dans l’ensemble, le Climate Action Tracker juge que les engagements rendus publics sont tout simplement trop faibles, compte tenu de la crise climatique.

Catastrophe canadienne

Si, par exemple, le monde suivait les traces du Canada de Stephen Harper, la planète encaisserait un réchauffement global de 3 °C à 4 °C d’ici 2100. Un tel scénario déclencherait des « changements cataclysmiques » pour l’ensemble de la vie sur Terre, selon la Banque mondiale. « Ce monde serait tellement différent de celui dans lequel nous vivons qu’il est difficile de le décrire », selon son président, Jim Yong-kim.

Pas moins de 150 États doivent encore faire connaître les cibles qu’ils souhaitent se fixer en vue de l’accord climatique qui sera signé à Paris. Ils ont en théorie jusqu’au 1er octobre pour le faire. Parmi ceux-ci, on retrouve plusieurs pays qui pèsent peu dans la balance mondiale, mais aussi de gros émetteurs comme l’Inde. Le deuxième pays le plus peuplé de la planète est fortement dépendant du charbon.

« L’action et l’ambition que nous avons vues jusqu’à présent sont loin d’être suffisantes et à moins que les choses s’accélèrent, les difficultés pour limiter le réchauffement à 2 °C seront extrêmes », a prévenu mercredi le fondateur de Climate Action Tracker, Bill Hare. Ce dernier a déjà oeuvré au sien du Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC), qui estime qu’il reste moins de 15 ans pour opérer un virage énergétique majeur.

Un tel virage suppose que l’humanité s’engage à réduire radicalement son recours aux énergies fossiles, charbon et pétrole en tête. Le secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon, a d’ailleurs salué le mouvement de désinvestissement des énergies fossiles, dans le cadre d’un entretien au quotidien The Guardian. « Les changements climatiques surviennent beaucoup plus rapidement que nous ne le pensions », a-t-il aussi insisté, rappelant l’importance de développer les énergies renouvelables.

À six mois de la conférence de Paris sur le climat, la France a mis en début de semaine la pression sur les négociateurs réunis à Bonn, appelant à « un préaccord » mondial dès octobre pour lutter contre le réchauffement de la planète. Cet accord, qui doit être le plus ambitieux de tous les temps, doit entrer en vigueur en 2020.

1 commentaire
  • Yvon Pesant - Abonné 4 juin 2015 08 h 23

    Chaud devant

    Et pendant ce temps le Canada, sous la gouverne de monsieur Harper et sa suite, se propose des cibles qui le conduisent, et le reste de la Terre avec lui, nous dit-on, à la catastrophe climatique. D'un côté, de très nombreux savants chercheurs qui sonnent l'alarme et que l'on cherche à faire taire en leur opposant le climatoscepticisme de certains. De l'autre côté, un gouvernement conservateur qui lésine tant et tellement sur les moyens à prendre que cela en vient ridicule autant qu'indécent à la face du monde entier.

    Et pendant ce temps le Québec, sous la gouverne de monsieur Couillard et sa suite, se propose quoi au juste? Le pétrole de schiste de l'île Anticosti? Le gaz de schiste des Basses-Terres du Saint-Laurent? La libre installation d'un port pétrolier quelque part sur les rives du fleuve ou sur les côtes du golfe Saint-Laurent? Le libre passage d'oléoducs pour acheminer le pétrole sale des sables bitumineux albettains vers des ailleurs européens et autres?

    De facto, on ne le sait pas trop tellement le flou artistique est entretenu à même la langue de bois d'un chef au discours soporifique sur ces choses gazières et pétrolières. Pour moi comme pour d'autres, le bon chirurgien connaît les vertus de l'anesthésie qui font qu'il opère sans que le patient s'en aperçoive vraiment, tout endormi qu'il est. Or, il arrive trop souvent qu'au réveil le patient se fasse dire que le cancer était trop avancé, trop répandu. Désolé!

    Le bon médecin de famille, quant à lui ou elle, préfère travailler dans la prévention plutôt que dans la maladie. C'est quand la santé est bonne que l'énergie des gens plus que leur fatigue est renouvelable.