Conservateurs et néodémocrates unis contre les microbilles

Dans un rare geste d’ouverture envers une proposition environnementale émanant de l’opposition, les conservateurs de Stephen Harper ont appuyé mardi une motion du Nouveau parti démocratique (NPD) réclamant l’ajout des microbilles de plastique à la liste canadienne des « substances toxiques ».

Ces microbilles, de la taille d’un grain de sable, sont présentes dans plusieurs produits de consommation courante, comme par exemple les exfoliants, les dentifrices et les démaquillants. Leur petite taille fait qu’elles ne sont pas retenues par les usines d’épuration et se déversent directement dans les cours d’eau.

Selon le NPD, la motion vise justement à protéger les lacs et les rivières de cette pollution désormais omniprésente. Le texte de la motion souligne que cette accumulation de microparticules de plastique peut avoir « de graves effets nocifs », ce qui justifie d’ajouter les microbilles à la liste des substances toxiques contrôlées par le gouvernement en vertu de la Loi canadienne sur la protection de l’environnement.

La critique néodémocrate en matière d’environnement s’est dite étonnée de ce rare appui des conservateurs. « C’est incroyable. Je ne pensais pas qu’ils allaient nous appuyer. Ils n’agissent habituellement pas sur des enjeux environnementaux », a-t-elle fait valoir au Devoir mardi.

Reste à voir si le Canada ira jusqu’à bannir ces microbilles, comme le font déjà certains États américains. Pour le moment, le gouvernement conservateur a promis mardi aux Communes de mener une étude scientifique sur les effets environnementaux de ces microbilles de plastique. « C’est la première étape », a dit Mme Leslie, soulignant que s’il prenait le pouvoir aux prochaines élections, le NPD irait de l’avant avec une telle interdiction.

« Le Canada doit se joindre aux autres nations qui ont décidé d’interdire les microbilles dans les produits utilisés quotidiennement afin de protéger nos lacs, nos rivières et notre environnement », a-t-elle ajouté.

Le Saint-Laurent affecté

Chose certaines, les cours d’eau sont déjà affectés. Des chercheurs de l’université McGill ont découvert l’an dernier que le fleuve Saint-Laurent est lourdement contaminé par le plastique. À certains endroits, entre Montréal et Québec, les chercheurs ont trouvé plus d’un millier de microbilles par litre de sédiments, une proportion largement supérieure à celle des sédiments marins dans les secteurs les plus contaminés au monde.

La présence des microplastiques dans le fleuve Saint-Laurent évoque la possibilité que les poissons et d’autres animaux les ingèrent. Si l’on connaît mal les effets des microplastiques sur l’environnement, on sait néanmoins que les surfaces de ces particules attirent des polluants chimiques, alors déposés dans l’organisme des animaux après l’ingestion de plastiques.

« Nous ne pouvons pas encore prévoir les conséquences de l’accumulation de ces particules non biodégradables dans les écosystèmes d’eaux douces », a admis le professeur Anthony Ricciardi, qui a supervisé l’étude de McGill, au moment de la publication des résultats.

Problème mondial

Plus largement, le plastique cause des problèmes environnementaux majeurs dans les océans du globe. La pollution provoquée par le plastique a pris de telles proportions au cours des dernières décennies que près de 270 000 tonnes de ce matériau flotteraient à la surface des océans, selon une étude internationale publiée en décembre dans la revue scientifique américaine PLOS ONE.

Il s’agit pour l’essentiel de microparticules, qui voyagent dans tous les océans du globe. Cette substance s’immisce dans toute la chaîne alimentaire. Dans les poissons, qui en ingurgitent des morceaux en les confondant avec leur nourriture. Dans les oiseaux, qui mangent des poissons ou qui nourrissent carrément leur progéniture avec du plastique.

Selon les données du Programme des Nations unies pour l’environnement, cette matière très peu dégradable constituerait plus de 80 % des débris qu’on retrouve dans ces vastes étendues d’eau. La grande majorité provient de la terre ferme et est transportée au gré des bassins versants. La fabrication du plastique accapare près de 10 % de la production pétrolière mondiale.

De la taille d’un grain de sable, les microbilles sont présentes dans plusieurs produits de consommation courante, par exemple les exfoliants, les dentifrices et les démaquillants.