Enbridge semble ouvrir la porte à l’expansion de son projet de la Ligne 9B

L’équivalent d’environ 70 000 barils de brut supplémentaires par jour pourraient être acheminés par le biais de la Ligne 9B.
Photo: Jacques Nadeau Le Devoir L’équivalent d’environ 70 000 barils de brut supplémentaires par jour pourraient être acheminés par le biais de la Ligne 9B.

La société pétrolière Enbridge semble ouvrir la porte à une expansion de son projet de la Ligne 9B entre l’Ontario et Montréal, et ce, même si l’inversion du flux de son oléoduc n’a pas encore été complétée.

Selon un document présenté la semaine dernière aux analystes et investisseurs, l’équivalent d’environ 70 000 barils de brut supplémentaires par jour pourraient ainsi être acheminés par le biais de la Ligne 9B.

Le projet initial d’Enbridge prévoyait transporter entre 240 000 et 300 000 barils de pétrole par jour vers les raffineries du Québec et de l’Ontario en provenance des sables bitumineux de l’Alberta.

Puisque divers projets à large échelle demeurent bloqués par des procédures juridiques et réglementaires, l’entreprise albertaine dit vouloir explorer plusieurs expansions à faibles coûts de ses réseaux d’oléoducs.

La canalisation 9B traverse des centaines de cours d’eau avant d’aboutir à Montréal-Est, ce qui inquiète plusieurs groupes écologistes et des communautés locales. L’oléoduc traverse notamment Toronto en plus de longer le fleuve Saint-Laurent jusqu’à Terrebonne, sur la Rive-Nord de Montréal.

Au Québec, il traverse entre autres la rivière des Mille Îles, la rivière des Prairies et celle des Outaouais.

Enbridge croit pouvoir procéder à l’inversion d’ici la fin du mois de juin puisque l’Office national de l’énergie (ONE), qui avait suspendu le projet, a récemment estimé que l’entreprise avait répondu à ses questions de façon satisfaisante entourant deux des 30 conditions émises à l’endroit du projet.

Dans une lettre datée du 13 février dernier, l’organisme fédéral confirme avoir reçu une demande formelle de la part d’Enbridge quant à l’inversion du flux de la canalisation.

L’oléoduc 9B avait à l’origine transporté du pétrole de Sarnia, en Ontario, vers Montréal, avant d’être inversé à la fin des années 1990 pour répondre à la demande du marché.