Pétrolia n’est qu’à un pas de la production commerciale

Haldimand 1 a déjà produit plus de 5000 barils de pétrole brut.
Photo: Source Pétrolia Haldimand 1 a déjà produit plus de 5000 barils de pétrole brut.

Pétrolia a annoncé mercredi que les plus récents tests sur son puits situé à Gaspé ont débouché sur une « découverte significative » de pétrole. Il ne resterait donc plus qu’une étape à franchir avant de lancer une production commerciale, et ce, dans un milieu où la présence de l’industrie est très controversée.

Selon ce qu’a fait valoir la pétrolière par voie de communiqué, le « test d’évaluation » mené sur le puits Haldimand 4 aurait permis d’extraire « environ » 340 barils de pétrole brut léger, soit le même type de pétrole déjà pompé par l’entreprise dans le secteur.

Haldimand 4, situé à environ 350 mètres d’un secteur résidentiel, est en effet un forage horizontal qui a atteint plus de 600 mètres de profondeur et parcouru une distance de plus de deux kilomètres. Cette trajectoire a ainsi permis de croiser des zones forées au cours des dernières années. L’un de ces puits, Haldimand 1, a déjà produit plus de 5000 barils de pétrole brut.

Maintenant que Pétrolia a complété cette étape, l’entreprise entend mener un test de production, dernière étape technique avant une production commerciale. Celle-ci, si elle s’avérait, serait d’ailleurs la première de l’histoire du Québec. « Nous espérons que ce test nous donnera une idée assez juste du potentiel de production du puits et confirmera le potentiel commercial du gisement de Haldimand. Si les résultats du test de production sont concluants, nous procéderons avec les prochaines étapes pour commencer la production commerciale », a expliqué Alexandre Gagnon, président-directeur général de Pétrolia.

Selon une évaluation préliminaire menée par une firme indépendante, le sous-sol du secteur de la pointe gaspésienne pourrait permettre d’extraire un total de 7,7 millions de barils de brut. Cela équivaut à 23 jours de consommation de pétrole pour le Québec.

Ces opérations industrielles inquiètent plusieurs citoyens, mais aussi le maire de Gaspé, qui constate que la population de la ville est « divisée ». Qui plus est, on ignore toujours quelle sera la teneur de l’encadrement législatif de l’industrie pétrolière au Québec.

Le gouvernement Couillard a promis de présenter un projet de loi une fois que l’évaluation environnementale stratégique sur les hydrocarbures sera complétée, plus tard cette année. Le comité qui dirige cette évaluation est présidé par deux sous-ministres, chargés d’assurer l’« objectivité » de la démarche. Aucune consultation publique n’est au menu, hormis celle prévue « en ligne ». L’industrie pétrolière n’a jamais fait l’objet d’une étude du BAPE.