L’étude du rorqual bleu du Saint-Laurent en péril

En plus de dresser un portrait de la population de rorquals bleus, la Station de recherche des îles Mingan (MICS) étudie les autres grands cétacés qui fréquentent les eaux du Saint-Laurent, dont la baleine à bosse (notre photo).
Photo: Katy Gavrilchuk MICS En plus de dresser un portrait de la population de rorquals bleus, la Station de recherche des îles Mingan (MICS) étudie les autres grands cétacés qui fréquentent les eaux du Saint-Laurent, dont la baleine à bosse (notre photo).

Pionnière internationale dans l’étude des grands cétacés, la Station de recherche des îles Mingan est plus que jamais menacée, faute de financement adéquat, a appris Le Devoir. Et ni Québec ni Ottawa ne soutiennent cet organisme scientifique qui se consacre depuis 35 ans à l’étude d’espèces menacées.

Le groupe de recherche travaille, année après année, sur le Saint-Laurent, essentiellement dans les eaux du golfe. L’équipe du biologiste Richard Sears, fondateur de la Station de recherche des îles Mingan (MICS), y étudie principalement le rorqual bleu, le plus imposant animal vivant sur la Terre.

L’organisme a d’ailleurs été le premier, pour tout l’océan Atlantique, à mener des recherches sur cette espèce, en 1979. À cette époque, rappelle M. Sears, « à peu près personne ne s’intéressait aux baleines qui nageaient dans les eaux du Saint-Laurent ». C’était bien avant le succès des croisières d’observation des baleines, qui génèrent aujourd’hui des dizaines de millions de dollars chaque année.

Le MICS a ainsi été à l’origine de la photo-identification du rorqual bleu, le moyen privilégié pour reconnaître les individus qui composent la population, les habitudes des animaux et le succès de reproduction. Au fil des ans, la recherche a d’ailleurs permis de bâtir un catalogue unique au monde pour cette espèce, mais aussi pour le rorqual à bosse et le rorqual commun. Un projet qui nécessite obligatoirement plusieurs années de travaux continus. « Ça prend un certain temps pour bâtir des bases de données qui nous permettent de faire des études. Il faut identifier les individus d’abord si on veut espérer mieux connaître l’espèce », explique le chercheur.

En plus de dresser un portrait des populations, le MICS prélève des biopsies sur ces énormes mammifères, notamment pour en apprendre davantage sur les impacts de la pollution des milieux marins. « Qu’il s’agisse des baleines, de la morue ou des oiseaux marins, on parle d’espèces sentinelles, fait valoir Richard Sears. Elles nous donnent des informations importantes sur l’écosystème marin. C’est essentiel dans le cas d’un milieu comme le Saint-Laurent. »

Preuve de l’importance des données recueillies par le MICS, celles-ci ont été utilisées par de nombreux scientifiques d’ici et d’ailleurs, mais aussi par le gouvernement fédéral dans le cadre de l’évaluation de la situation des grands rorquals par le Comité sur la situation des espèces en péril au Canada. C’est en partie grâce aux efforts de l’équipe de Richard Sears que le rorqual bleu de l’Atlantique Nord a été classé « en voie de disparition ». Il ne resterait aujourd’hui que 250 individus matures, descendants des baleines qui ont échappé à la chasse commerciale qui a décimé l’espèce au XXe siècle.

L’espèce ne montre d’ailleurs aucun signe de rétablissement, malgré le statut de protection dont elle bénéficie. « On voit une tendance à la baisse dans le nombre d’animaux qui viennent dans le Saint-Laurent, année après année. Est-ce que cette baisse va se poursuivre ? On ne sait pas. » À titre d’exemple, à peine 23 baleineaux ont été vus dans le Saint-Laurent en 35 ans de recherche. La moyenne, dans d’autres régions du monde, se situe autour de deux ou trois jeunes par année.

Survie menacée

Pour mieux comprendre ce qui se passe, mais aussi juger de l’impact des menaces qui pèsent sur les grands rorquals (pollution, trafic maritime, changements climatiques, exploration pétrolière, etc.), il faudrait assurer la pérennité de la recherche. Or, la survie de celle-ci est de plus en plus précaire, estime le fondateur du MICS. « Il nous faudrait un sérieux coup de main financier, sans quoi il sera difficile de poursuivre les opérations de la station », laisse-t-il tomber.

Le budget annuel nécessaire pour assurer le fonctionnement de la station de recherche avoisine les 250 000 $. « Nous sommes assez sobres dans notre façon de fonctionner », souligne M. Sears. L’atteinte de cet objectif dépend surtout des gens qui participent au programme de tourisme scientifique, qui permet de prendre part directement aux travaux sur l’eau pendant quelques jours. Une expérience plus riche en observations de cétacés que la traditionnelle croisière. Mais si le MICS a été un pionnier dans l’organisation de ce genre de stages, il fait aujourd’hui face à une concurrence internationale.

« Il faut tenter de trouver d’autres sources de financement, autrement ça devient très difficile de faire fonctionner la station de recherche », constate le biologiste. Le MICS, qui recueille des dons et offre des rorquals bleus en « adoption », organisera d’ailleurs en mars une soirée-bénéfice au Biodôme de Montréal afin de recueillir des fonds pour la recherche.

Étonnamment, même si la valeur scientifique des travaux de la station est reconnue depuis des années, les gouvernements du Québec et du Canada n’offrent aucun financement. Le MICS participe toutefois à un programme fédéral de pose de balises sur des rorquals bleus, ce qui permet de financer l’équivalent de deux semaines d’activités. Il n’existe aucun programme de subvention du gouvernement du Québec.

Richard Sears observe d’ailleurs un recul continu du soutien des gouvernements aux travaux de recherche sur les cétacés. « Les groupes de recherche ont de plus en plus de difficultés à financer leurs activités. On dirait que les gouvernements et les fondations n’ont plus de fonds. » La chose est d’autant plus vraie dans un contexte d’austérité budgétaire. Pour le biologiste, c’est un « patrimoine scientifique » appartenant à toute la collectivité qui est aujourd’hui en voie de disparition.

14 commentaires
  • André Chevalier - Abonné 9 février 2015 05 h 47

    Une responsabilité publique

    Nos dirigeants ne comprennent pas que ce type de rechercherche scientifique ne sera jamais assumé par les entreprises privées. Quand les gouvernements concentrent le financement de la recherche scientifique vers celles qui apportent des retombées économiques immédiates et négligent la recherche fondamentale, ils trahissent leur mission.
    La recherche fondamentale est à la base du développement de la société.

    • Nicole Moreau - Inscrite 9 février 2015 09 h 28

      c'est vrai, la recherche fondamentale est très importante, mais quand on a des données, qu'elles sont publiques et, par conséquent, accessibles à tous, on est, à toutes fins pratiques, tenus d'agir dans le sens de la préservation - est-ce à cause de ça que monsieur Couillard a dit à l'automne à TransCanada que pour Cacouna, considérant que le béluga est une espèce à protéger, la décision d'un port pétrolier devait y être reconsidérée?

      quand on n'a pas d'information, quand on a décidé d'arrêter de soutenir la recherche que l'on peut trouver "embêtante" pour le développement économique, au sens néolibéral, soit sans autre considération que le rendement financier à très court terme, la voie est ouverte pour tous les projets pétroliers possibles et imaginables, est-ce qu'on n'en est pas là maintenant?

  • Daniel Le Blanc - Inscrit 9 février 2015 06 h 32

    misère bleue

    Les libéraux de Philippe Couillard devrait comprendre que l'avenir de nos enfants dépend beaucoup plus de la qualité de notre environnment que de l'état de la dette publique et dire que 250 000$ ce n'est que le prix d'une rénovation de bureau de député de Rivière-du-Loup.

  • Pierre-R. Desrosiers - Inscrit 9 février 2015 07 h 36

    Les vraies affaires

    Combien de fois faut-il le répéter: pour libéraux et conservateurs, l'environnement, la science, la langue et la culture NE SONT PAS DES VRAIES AFFAIRES.

    Desrosiers
    Val David

    • François Dugal - Inscrit 9 février 2015 09 h 00

      En plus des "vraies affaires", il y a également "l'emploi et l'économie", notion totalement étrangère au rorqual bleu.

  • François Dugal - Inscrit 9 février 2015 08 h 07

    Le consommateur

    Le rorqual bleu ne vote pas et ne consomme pas, il est donc inutile.
    La logique de la droite néo-lebérale a le mérite d'être claire.

  • robert morin - Inscrit 9 février 2015 08 h 14

    Couillard et Harper...

    même idéologie, même hypocrisie, même cupidité, même combat!