Une «superbactérie» dans les eaux où se dérouleront les épreuves de voile aux Jeux

Rio de Janeiro — A un an et demi des épreuves de voile des Jeux Olympiques, le cadre de la baie de Rio est sublime mais la qualité de l’eau n’est pas au rendez-vous: des chercheurs viennent d’y trouver une «super-bactérie» résistante à la plupart des antibiotiques.

Cette «super-bactérie», qui peut provoquer des infections pulmonaire, urinaire et gastrique, produit l’enzyme KPC, résistante aux antibiotiques courants.

Jusqu’à présent aucun baigneur infecté n’a été recensé, mais un contact avec ces bactéries, provenant probablement de déchets hospitaliers, pourrait provoquer des infections demandant une hospitalisation, a alerté la microbiologiste Ana Paula d’Alincourt, responsable de l’étude de l’institut Oswaldo Cruz (IOC/Fiocruz) dans un communiqué envoyé à l’AFP mardi.

 
Si quelqu’un se baigne dans ces eaux, «il existe le risque d’attraper des maladies qui ne sont pas plus graves que celles provoquées par d’autres micro-organismes. Le problème c’est qu’en cas d’infection, il est possible que le traitement exige une hospitalisation et des antibiotiques qui ne sont plus utilisés parce que toxiques pour l’organisme», souligne la microbiologiste.

Près de 70 % des égouts de cette ville de 10 millions d’habitants se déversent dans la baie de Rio (ou Guanabara).

La bactérie a été détectée à trois endroits du fleuve Carioca, l’un des principaux traversant Rio, et notamment sur la plage de Flamengo où se jette cette rivière.

L’un des endroits de la compétition de voile des JO, la Marina da Gloria, touche justement cette plage.
 

Plan de dépollution insuffisant

La ville s’est engagée à réduire de 80 % la pollution dans la baie pour les JO, du 5 au 21 août 2016.

«Nous regrettons que les jeux Olympiques ne soient pas l’occasion de traiter complètement la baie de Guanabara», déclarait il y a quelques mois le maire de Rio, Eduardo Paes, assurant cependant que ces eaux ne présentent pas de danger pour la santé des athlètes.
 

«Rio de Janeiro du XXIe siècle a le même système d’assainissement qu’au XVIIIe siècle. Tous les fleuves de la ville sont transformés en égouts», a déclaré mardi à l’AFP le biologiste Mario Moscatelli, l’un des experts en la matière.

«La Baie de Rio n’est pas en condition de recevoir les JO car rien n’a été fait. Ils disent que tout est sous contrôle mais pratiquement rien n’a été fait à ce jour», a-t-il ajouté.

Selon lui, du point de vue environnemental «Rio est un fiasco total et le Comité Olympique International ferme les yeux» : «Il reste de moins en moins de temps pour dépolluer. Ils vont probablement se contenter de vacciner les athlètes».

Lors du premier test olympique de voile en août à Rio, le champion olympique australien Nathan Outteridge avait heurté un chien mort avec son bateau. Les navigateurs avaient raconté avoir vu ou dû éviter aussi des chats morts et des rats, des tables, des chaises ou des valises flottant dans l’eau.