Écologistes et Amérindiens veulent bloquer l’élargissement d’un oléoduc

Des écologistes et des Amérindiens ont annoncé mercredi qu’ils poursuivaient en justice le département d’État américain pour avoir autorisé des travaux visant à accroître les capacités d’un vieil oléoduc, visant à doubler le volume de pétrole canadien acheminé aux Etats-Unis.

La diplomatie américaine, qui bloque par ailleurs depuis 2008 la construction d’un autre oléoduc transfontalier controversé (Keystone XL), a cette fois donné son «approbation cet été» au projet du groupe canadien Enbridge pour presque doubler les capacités d’approvisionnement de l’oléoduc baptisé «Line 67», ont accusé les huit ONG qui ont déposé leur plainte mardi devant un tribunal du Minnesota.

Cette autorisation a été donnée «sans consultation publique, ni étude obligatoire», pointent les opposants.

Le document de 26 pages vise le département d’État et le secrétaire d’État John Kerry.

Une question de permis

Enbridge avait informé en juin le département d’État de son intention de porter le volume de son oléoduc Line 67, construit en 1968, de 450 000 barils par jour actuellement, à 800 000 baril par jour mi-2015.

Le groupe canadien informait Washington que les travaux d’élargissement des conduites prévus s’inscrivaient «dans les termes du permis présidentiel actuel».

Cependant, le dernier permis émis pour Line 67 en 2009 portait sur un volume maximum de 500 000 barils par jour.

Toute nouvelle hausse de volume «doit normalement passer à travers un processus de révision et nécessite un nouveau permis», a estimé mercredi Doug Hayes, avocat du Sierra Club, l’une des huit associations ayant porté plainte.

Aux côtés d’autres ONG environnementales et des Amérindiens de la nation White Earth du Minnesota, Me Hayes a expliqué en conférence de presse avoir «déposé une poursuite judiciaire contre l’approbation secrète par le département d’État américain d’un plan pour presque doubler le volume de sables bitumineux acheminé» par cet oléoduc.

En activité depuis 1968

Celui-ci est en activité depuis 1968. À l’époque le Canada n’exploitait pas encore ses gisements de sables bitumineux, troisième réserve d’or noir de la planète.

Line 67 court du sud d’Edmonton jusqu’au Wisconsin (nord des Etats-Unis), via notamment le Minnesota où quatre nouvelles stations de pompage vont être construites.

Le Canada a un besoin crucial de nouvelles infrastructures pour écouler sa production de pétrole et soutient avec vigueur le projet Keystone XL qui doit acheminer le pétrole des sables bitumineux de la province de l’Alberta vers les raffineries américaines du golfe du Mexique.

Face à l’opposition de l’administration de Barack Obama à ce projet, plusieurs pistes ont été étudiées, dont la plus récente propose d’exporter l’or noir vers l’Europe via le fleuve Saint-Laurent.