Une chaire d’étude sur le béluga

Les spécialistes des bélugas affirment d’ores et déjà que le port pétrolier de Cacouna pourrait signer l’arrêt de mort de ces mammifères menacés de disparition.
Photo: GREMM Les spécialistes des bélugas affirment d’ores et déjà que le port pétrolier de Cacouna pourrait signer l’arrêt de mort de ces mammifères menacés de disparition.

La pétrolière TransCanada a approché l’Institut des sciences de la mer de Rimouski dans le but de financer une chaire de recherche sur le Saint-Laurent axée sur l’étude du béluga, a appris Le Devoir. Les discussions sont d’ailleurs déjà en cours.

Composante de l’Université du Québec à Rimouski, l’Institut des sciences de la mer (ISMER) se consacre à la recherche sur les milieux marins et sur les impacts de l’activité humaine sur ces écosystèmes. Ses travaux scientifiques sont menés dans le but de développer des connaissances permettant « l’utilisation durable » et « la conservation de notre patrimoine marin », précise l’établissement sur son site Web.

Il pourrait maintenant s’associer à TransCanada, qui souhaite transporter du pétrole des sables bitumineux vers le Québec. L’entreprise derrière le projet controversé de port pétrolier d’exportation de Cacouna a en effet contacté l’ISMER au cours des dernières semaines. Selon les informations obtenues par Le Devoir, la multinationale albertaine aurait proposé de financer une chaire de recherche consacrée au Saint-Laurent, et plus spécifiquement au béluga.

Le financement de cette chaire pourrait être assuré par la pétrolière pour une période de cinq ans. Grosso modo, il s’agit du temps nécessaire pour compléter la construction du projet Énergie Est, dont les 700 kilomètres de pipeline en territoire québécois et le port pétrolier de Cacouna.

La directrice de l’ISMER, Ariane Plourde, a d’ailleurs confirmé jeudi que des discussions étaient en cours avec TransCanada, et ce, à l’initiative de l’entreprise. « C’est TransCanada qui nous a approchés », a-t-elle affirmé. Est-ce que le cas du béluga est au coeur des discussions entre l’ISMER et la pétrolière ? « C’est assez évident, oui », a répondu Mme Plourde.

« Nous avons eu deux rencontres avec TransCanada portant sur leur intérêt à soutenir la recherche sur l’estuaire, a aussi précisé la directrice de l’établissement. Mais nous ne sommes pas au stade de confirmer si nous allons de l’avant ou pas. »

Controverse

Chose certaine, cette initiative aurait déjà provoqué une certaine controverse au sein du personnel de l’institution universitaire. Certains estiment qu’il est pour le moins contradictoire d’associer l’ISMER à une entreprise qui développe un projet qui facilitera l’exploitation et l’exportation de pétrole des sables bitumineux. Un projet qui fera du Saint-Laurent un point de passage majeur pour le transport de brut albertain, avec tous les risques que cela comporte, notamment pour le béluga.

Même chez les partisans d’une chaire de recherche TransCanada au sein de l’ISMER, il semblerait que la proposition initiale qui aurait été présentée par la pétrolière ne soit pas satisfaisante. Certains auraient en effet soulevé l’idée que celle-ci ne devrait pas se limiter à l’étude du béluga. Pour eux, il faudrait en fait englober plus largement les nombreux enjeux environnementaux liés au Saint-Laurent. Après tout, ce vaste écosystème est aux prises avec de multiples menaces environnementales, dont les changements climatiques, l’existence de plusieurs sources de contaminants et le transport accru de pétrole.

Ariane Plourde n’a toutefois pas voulu confirmer si cette contreproposition était celle privilégiée par l’ISMER. « Ça fait partie de nos discussions, mais nous sommes en négociations. Nous ne sommes pas au stade de confirmer si on s’entend sur quelque chose. »

Les tractations doivent continuer au cours des prochaines semaines entre l’institution scientifique et TransCanada. « On poursuit nos discussions », a dit Mme Plourde. Reste toutefois à « trouver un terrain d’entente », ce qui ne serait pas acquis, selon elle. « Après seulement deux rencontres, vous comprendrez qu’il faut s’apprivoiser et comprendre les attentes de chaque côté. »

Le Devoir a contacté TransCanada pour lui demander les raisons de sa proposition présentée à l’ISMER, mais aussi pour faire le point sur l’avancement des négociations en vue du financement de travaux de recherche. Au moment de mettre sous presse, l’entreprise n’avait pas répondu aux questions du Devoir.

Risques réels

Par ailleurs, qu’on lance ou non de nouvelles recherches sur le béluga du Saint-Laurent, les spécialistes de l’espèce affirment d’ores et déjà que le port pétrolier de Cacouna pourrait signer l’arrêt de mort de ces mammifères menacés de disparition.

Robert Michaud, un scientifique qui étudie le béluga depuis plus de 30 ans, soutient que la construction du port risque d’« accélérer son déclin et réduire les chances de survie de la population ». Le nombre de bélugas a déjà reculé au cours des dernières années, passant de quelque 1000 individus à environ 880. La population a été décimée par la chasse au cours du XXe siècle, avant de subir les impacts de la pollution et de l’accroissement du trafic maritime sur le Saint-Laurent.

Dans ce contexte, les scientifiques estiment que la protection du secteur de Cacouna est cruciale pour tenter de sauver l’espèce de l’extinction. Dans les documents remis à l’Office national de l’énergie, TransCanada reconnaît clairement que le terminal où seront chargés les pétroliers sera construit directement dans l’« habitat critique » du béluga. L’entreprise souligne aussi le risque que représente la pollution sonore sous-marine. Mais elle estime que la présence de la jetée de 500 mètres où viendront s’amarrer des pétroliers de 250 mètres de longueur n’aura pas d’impact sur les bélugas.

Jusqu’à 175 pétroliers pourraient venir jeter l’ancre en plein coeur de la pouponnière des bélugas du Saint-Laurent chaque année. Ces navires transporteront de deux à cinq fois plus de pétrole que la quantité déversée par l’Exxon Valdez en Alaska en 1989.

À Cacouna, les élus affirment désormais qu’un référendum sur le projet de port pourrait être organisé, afin de prendre le pouls de la population. Celle-ci serait divisée sur la question.

Avec le projet de TransCanada — le plus gros projet de pipeline en Amérique du Nord — et l’inversion de l’oléoduc 9B d’Enbridge, ce sont 1,4 million de barils de pétrole brut de l’Ouest qui couleront chaque jour vers le Québec au plus tôt en 2018. C’est l’équivalent de la moitié de toute la production des sables bitumineux attendue en 2020. Le pipeline Énergie Est fera du Québec le point le plus névralgique au Canada pour l’exportation de pétrole albertain.