Consignation: la SAQ sous pression

Des groupes environnementaux mettent de la pression sur la Société des alcools du Québec (SAQ) pour qu’elle permette la consigne des bouteilles de vin. Ils enjoignent aux consommateurs de rapporter leurs bouteilles vides dans les succursales « jusqu’à ce qu’une consigne sur ses produits soit instaurée ».

L’opération baptisée « Verre-vert » a été lancée par Les AmiEs de la Terre et le Front commun pour la gestion écologique des déchets notamment. Ils en ont fait l’annonce simultanément à Montréal, Québec, Sherbrooke et Drummondville et ont fait parvenir des bouteilles de verres contenant leur argumentaire à tous les députés de l’Assemblée nationale.

Pourquoi ? Parce que le système de recyclage actuel fonctionne mal pour le verre. Dans les quatre villes citées plus haut, le reste du verre récupéré n’est pas recyclé. Les débouchés pour le verre sont rares et ils le sont particulièrement pour le verre qui sort des centres de tri parce qu’il est souvent cassé ou souillé par d’autres produits.

Le groupe souligne aussi que le principal fabricant de produits de verre au Québec, la compagnie Owens Illinois de Montréal, reproche au verre québécois sa mauvaise qualité et doit même en importer. « La récupération du verre devrait servir les intérêts des entreprises de recyclage, pas ceux de la SAQ », plaide-t-on.

40 millions de dollars par année

À la SAQ, on maintient que la consigne n’est pas une bonne solution. « La question est légitime », rétorque le porte-parole Renaud Dugas. Or une entreprise comme Owens Illinois ne pourrait pas réutiliser les bouteilles de la SAQ à cause de leur couleur verte, selon lui. « Elle utilise du verre ambré ou clair. Nous, plus de 80 % de nos bouteilles sont faites en verre coloré. Actuellement, il n’y a pas de demande pour ça au Québec. »

La porte-parole des AmiEs de la Terre, Estelle Richard rétorque qu’une autre entreprise Owens Illinois en Ontario recycle ce type de verre, mais selon M. Dugas, ils n’offrent ce service qu’une partie de l’année et l’Ontario qui a un système de consigne doit lui-même faire recycler son verre aux États-Unis.

La société d’État, dit-il, préfère investir dans « l’innovation » et la recherche pour créer de nouveaux débouchés au verre. Il concède toutefois que les coûts d’une éventuelle consigne pèsent aussi dans la balance. « C’est certain que pour le contribuable, y a une question de coûts. […] On estime que ça coûterait 40 millions de dollars par année à administrer, et 60 millions de dollars juste la première année. »

11 commentaires
  • Peter Kavanagh - Inscrit 29 octobre 2014 08 h 17

    Mauvaise avenue...

    Plutot que de demander à la SAQ, aux épiceries et aux depanneur, On devraient plutot se diriger vers des ''bottles depot''. Cela existe ailleurs, entre autre en Alberta, des petites entreprises qui recoivent tout ce qui est consigné. C'est beaucoup plus simple pour le consommateur qui n'a qu'une place à aller et j'ai meme déjà vu des levées de fond utiliser ce systeme. Ils annonçaient quelques semaines avant qu'ils feraient une collecte de contenants consignés et tout ce que les gens devaient faire, c'est de les laisser pres de la porte et c'étaient ramassé.

    • Mathieu Bergeron-Legros - Abonné 29 octobre 2014 11 h 26

      Je ne suis pas d'accord. Ces centres sont souvent excentrés et nécessitent ainsi l'utilisation d'un moyen de transport personnel. Payer pour aller porter mes vieilles bouteilles? No way. Je vais préférer les déposer dans le bac vert.

  • Marie-Claude Delisle - Inscrit 29 octobre 2014 08 h 34

    Une solution verte

    Et la SAQ veut faire payer le 60M$ au consommateur ? Faudrait voir ce que le consommateur est prêt à payer pour qu'on s'aligne enfin vers des solutions vertes et durables. Personnellement, je suis prête à payer plus par bouteille. Et si j'arrive pas à me les payer ben, j'en boirai moins.
    Point. La planète est plus importante que les biens de luxe. La Norvège l'a compris depuis longtemps...

  • André Michaud - Inscrit 29 octobre 2014 09 h 55

    Recycler pour rien?

    Si j'ai bien compris ont recycle le verre pour rien!

    Il n'y aurait que deux compagnie recyclant le verre au Québec et ils n'acceptent pas le verre que l'on met dans nos back !!

    Qui voudrait courir à travers la ville avec ses bouteilles de vin vides pour les apporter à un magasin de la SAQ , quand le bac vide est devant la maison ? La solution doit passer par le bac, on un bac supplémentaire ?

  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 29 octobre 2014 11 h 06

    Bouteilles consignées ailleurs au Canada ...

    Pourtant plusieurs provinces canadiennes ont établi un système de consigne ... (8 provinces d'après ce que j'ai lu).

  • David Huggins Daines - Abonné 29 octobre 2014 11 h 21

    La SAQ vend déja des bouteilles consignées...

    ...de bière.

    Est-ce son porte-parole l'ignore?

    Il est pourtant vrai que le système de consigne actuel au Québec fonctionne aussi très mal, comme tout le monde peut constater en essayant de rapporter ses cannettes et bouteilles vides au dépanneur et se faire refuser la moitié chaque fois.

    Le système de consignation de la Colombie-Britannique, le plus vieux et plus compréhensif du continent, semble assez bien fonctionner.