Menace noire sur joyau bleu

Photo: Alexandre Shields

S’il n’est plus la poubelle à ciel ouvert qu’il a longtemps été, le Saint-Laurent n’en est pas moins exposé à de nouvelles menaces environnementales majeures, dont plusieurs auront des impacts encore méconnus. Et rien n’indique que la situation pourrait s’améliorer au cours des prochaines années.

En tête de liste des nouveaux risques imposés au fleuve québécois, on retrouve ironiquement une menace venue d’Alberta, souligne Pierre Béland, directeur scientifique de l’Institut national d’écotoxicologie du Saint-Laurent. « Il y a clairement une menace qui dépasse toutes les autres. C’est la transformation du Saint-Laurent en une voie majeure de transport du pétrole de l’Ouest. Ces projets n’ont jamais été analysés ni évalués. C’est une absurdité totale. Ça dépasse tous les risques qu’on peut imaginer pour le Saint-Laurent. »

Il existe bien sûr le controversé projet de port de Cacouna, qui deviendra la plus importante infrastructure d’exportation de pétrole des sables bitumineux de l’histoire du Canada. Mais à cela, il faut ajouter le chargement de brut à Sorel-Tracy. Ces pétroliers navigueront dans la portion la plus risquée de la voie maritime, et parfois à quelques dizaines de centimètres du fond du fleuve. Même chose pour les navires qui chargeront du pétrole à Montréal pour l’amener à la raffinerie de Lévis une fois complétée l’inversion du pipeline 9B d’Enbridge.

Si le passage de brut des sables bitumineux est une nouveauté sur le Saint-Laurent, le transport de pétrole, lui, devrait être multiplié par trois d’ici la fin de la décennie, au plus tard. Or, M. Béland rappelle qu’il n’existe toujours aucun plan d’intervention en cas de déversement majeur. Même le gouvernement de Philippe Couillard, pourtant un partisan de l’exploitation des sables bitumineux, le reconnaît.

Malgré l’absence de mesures d’urgence, Sorel-Tracy doit accueillir dimanche un deuxième pétrolier en à peine quelques jours, le Genmar Daphne. Ce navire de 240 mètres de longueur et de 42 mètres de largeur doit charger du brut arrivé sur place par train. La Ville de Sorel-Tracy a d’ailleurs écrit cette semaine à Québec et à Ottawa pour leur signifier qu’elle ne possède pas les moyens de faire face à un déversement.

Les pétrolières doivent en principe être en mesure de récupérer 10 000 tonnes de brut en cas de déversement. Mais les pétroliers qui circulent et qui circuleront dans les eaux québécoises transporteront de 70 000 à 200 000 tonnes de pétrole. C’est deux à cinq fois plus d’or noir que la quantité déversée par l’Exxon Valdez en Alaska en 1989.

Risques pétroliers

Le spécialiste en écotoxicologie marine Émilien Pelletier doute toutefois de la possibilité d’un déversement majeur provoqué par un pétrolier qui circulerait sur le Saint-Laurent. Selon lui, les « incidents » de déversement de mazout ou de brut chargé comme carburant d’un navire sont plus « fréquents ». Or, il évalue que tout déversement se déplacerait rapidement, notamment en raison des marées. « Si ça se produit à Cacouna, il y a donc des risques importants pour tout le secteur, y compris à l’île Verte », souligne M. Pelletier. Et s’il y a de la glace, il est impossible de récupérer tout déversement.

Émilien Pelletier estime qu’il existe un autre risque qui n’a fait l’objet d’aucune évaluation : les eaux de ballast. Les navires doivent transporter dans leurs flancs des quantités importantes d’eau lorsqu’ils ne sont pas chargés. Cela leur permet de maintenir leur équilibre. Dans le cas d’un pétrolier, ce volume peut atteindre 60 000 tonnes.

Mais cette eau, déchargée au moment de charger du pétrole, peut provenir de n’importe quelle région du monde, notamment de ports lourdement contaminés, par exemple en Asie. « En principe », explique M. Pelletier, les navires qui entrent dans les eaux canadiennes doivent auparavant changer leurs eaux de ballast. « Mais jamais un capitaine ne ferait cela, parce que le risque serait énorme pour le navire. On échange une partie de l’eau, mais ce n’est jamais complet. On peut donc se retrouver avec des eaux de ballast fortement contaminées qui sont déversées dans le Saint-Laurent en grands volumes. »

Naviguer à l’aveugle

Le problème, c’est que pour évaluer les impacts de tels projets industriels, il faudrait mener davantage de travaux de recherche. Mais cela est tout simplement impossible, en raison des compressions imposées par le gouvernement Harper à Pêches et Océans Canada. « C’est dramatique, même si c’est déjà oublié dans l’opinion publique. L’Institut Maurice-Lamontagne n’a plus aucune capacité d’étude environnementale, insiste Émilien Pelletier. Si, par exemple, un accident pétrolier survenait, nous ne serions pas en mesure d’étudier les impacts. »

La situation inquiète particulièrement le chercheur, qui travaille dans le domaine depuis plus de 30 ans. « Avec les changements climatiques, nous avons une épée de Damoclès au-dessus de la tête. Mais nous sommes dans le noir. Nous ne savons pas ce qui va se produire et nous n’avons pas ce qu’il faut pour tenter de comprendre ce qui se passe. » Pierre Béland est du même avis. « Nous nous sommes collectivement privés de notre capacité à suivre et à documenter l’état de santé du Saint-Laurent. »

Cette nouvelle réalité est d’autant plus préoccupante que les changements climatiques s’ajoutent à d’autres menaces dont on commence à peine à mesurer l’ampleur.

Le biologiste Sylvain Archambault souligne ainsi le problème de l’acidification des eaux du Saint-Laurent. Ce processus est directement lié à la baisse du taux d’oxygène dans l’eau. Selon les données de Pêches et Océans Canada, l’hypoxie, c’est-à-dire la réduction de la concentration d’oxygène dissous dans l’eau, affecte au moins 1300 km2 de fonds marins dans l’estuaire du Saint-Laurent.

L’oxygène disponible pour toute la vie marine qui en dépend y a diminué de près de moitié depuis les années 1930. Cette baisse de l’oxygène s’accompagne d’une hausse du CO2. À cela s’ajoute celui qui est produit par les bactéries qui consomment la matière organique, issue en partie de l’activité humaine intensive tout le long du Saint-Laurent et de ses affluents.

Les impacts appréhendés sur la santé de l’écosystème sont on ne peut plus sérieux, selon Alfonso Mucci, géochimiste à l’Université McGill. « C’est assez terrible. Si les eaux s’acidifient, plusieurs espèces qui sont à la base de la chaîne alimentaire pourraient disparaître. En fait, toute la chaîne alimentaire pourrait subir des impacts. »

Des chercheurs de McGill ont en outre découvert récemment que le fleuve est lourdement contaminé par le plastique. À certains endroits, entre Montréal et Québec, les chercheurs ont trouvé plus d’un millier de microbilles par litre de sédiments, une proportion largement supérieure à celle des sédiments marins dans les secteurs les plus contaminés au monde.