Une coalition veut un portrait des puits d’hydrocarbures à l’abandon

Le Collectif moratoire alternatives vigilance intervention s’oppose à l’exploitation des hydrocarbures, dont le gaz de schiste.
Photo: Annik MH De Carufel Le Devoir Le Collectif moratoire alternatives vigilance intervention s’oppose à l’exploitation des hydrocarbures, dont le gaz de schiste.

Des écologistes québécois reviennent à la charge pour exiger du gouvernement Couillard qu’il dresse un état de situation des centaines de puits de gaz de schiste et de pétrole abandonnés, tout en invitant les citoyens à faire eux-mêmes des inspections sur ces emplacements.

Dimanche, un groupe de citoyens membres du Collectif moratoire alternatives vigilance intervention (CMAVI) s’est présenté près d’un puits de gaz abandonné à Sainte-Françoise, au nord de Plessisville, dans la MRC de Bécancour.

Le 30 août, le groupe avait, au même endroit, sensibilisé la population et le gouvernement au fait qu’il y avait, autour de ce puits fermé il y a plus de trente ans, d’« importantes » fuites de méthane. Le ministère de l’Énergie et des Ressources naturelles a alors procédé à une opération de « sécurisation du puits », mais le Collectif estime que le tout n’a pas été réalisé parfaitement.

« L’évent du puits a été prolongé jusqu’à 5 mètres et le site a été clôturé pour en interdire l’accès, a dit l’organisme. On souhaite que ces mesures de “sécurisation” soient un prélude à une action plus sérieuse pour tenter de colmater la fuite de ce puits, qui s’étend sur un grand périmètre autour de l’évent, ainsi que des centaines d’autres puits au Québec », a ajouté le CMAVI.

Le regroupement souhaite donc que Québec procède à un inventaire des quelque 600 à 900 puits abandonnés et colmate les fuites s’il y a lieu. « Le ministre du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte contre les changements climatiques doit s’assurer qu’une équipe d’inspecteurs soit déployée et doit mettre en place un plan d’action avec un échéancier serré afin de colmater les fuites de gaz », a mentionné son porte-parole, Serge Fortier.

Les citoyens en renfort

Mais en attendant, les écologistes lancent aussi une campagne intitulée « À la recherche des puits abandonnés : les citoyens passent à l’action ! », invitant les citoyens à se rendre sur les lieux où se trouve un puits abandonné et à en évaluer l’état.

« Avant de commencer à forer d’autres puits, il faudrait commencer à vérifier si l’héritage qu’on nous laisse, ce n’est pas du poison, a tonné M. Fortier. Actuellement, les puits qui ont été forés puis colmatés fuient quand même. Voulons-nous en avoir 20 000 de plus comme prévu, des puits qui vont fuir aussi, nécessitant des interventions aux frais des contribuables ? », demande le porte-parole du mouvement citoyen.

Il y aurait, au dire de M. Fortier, des fuites dans les deux tiers des puits abandonnés. « Le méthane s’échappe dans l’atmosphère. Personne ne le sait, et ce n’est pas comptabilisé dans le bilan des gaz à effet de serre au Québec »,a-t-il déploré.

En plus de détecter d’éventuelles fuites, le groupe a lancé un appel à tous afin de photographier tout emplacement visité et de partager les informations sur la plateforme www.cmavi.org. « J’invite les gens à repérer les puits et à faire une évaluation. Et l’on pourra par la suite comparer notre liste avec celle du gouvernement », a ajouté Serge Fortier.

10 commentaires
  • Victoria - Inscrite 15 septembre 2014 08 h 01

    Comment faire?

    « … le groupe a lancé un appel à tous afin de photographier tout emplacement visité et de partager les informations sur la plateforme www.cmavi.org. »

    L’idée pourrait être bonne sauf que… certains puits abandonnés seraient sur des propriétés privées peu accessible visuellement de la route. Comment photographier à travers la forêt sans pénétrer sur la propriété ?

    Les vieilles cartes et recensement du ministère devraient peut-être faire l’affaire. Si c’est possible d’accéder à l’information, bien sûr.
    Les municipalités devraient peut-être être au courant. Qui sait ? L’exploration se serait déroulé dans les années 60 sur leur territoire et, peut-être à d’autres époque ???

    • Pierrre Bluteau - Inscrit 16 septembre 2014 15 h 01

      Comme nous le disons sur notre site internet www.cmavi.org il faut évidemment demander la permission au propriétaire où sont forés les puits avant d'aller sur son terrain. Le propriétaire sera peut-être intéressé de savoir qu'il peut y avoir des fuites de méthane sur son terrain. La carte des puits que nous utilisons, confectionnée par monsieur Jean-Hugues Roy du Devoir est très précise pour trouver les puits abansonnés sur le territoire.

    • Victoria - Inscrite 17 septembre 2014 07 h 20

      Désolé de vous décevoir, M. Bluteau…
      Ce n’est pas si facile que ça de convaincre certains propriétaires de nous laisser vérifier un puits sur leur propriété privée. De un, ce sont parfois des non-résidents et de deux, ils attendent le bon moment. De trois, certains ont presque barricadé leur fonds de terre, genre de site protégé non officiel. De plus et comme par hasard… certains puits sont situés non loin des installations d’une grande société d’État, qui attend également le bon moment.
      Alors, ça prend presqu’un miracle afin d’obtenir une permission de suivi sur le fonds de terre de ces personnages absents.
      Si les assureurs responsabilités étaient mis au fait qu’un ou deux puits est ou sont abandonné(s) sur certains fonds de terre, peut-être que ces propriétaires deviendraient des alliés vérificateurs. Qui sait ?

  • Sylvain Auclair - Abonné 15 septembre 2014 08 h 31

    Fuites

    Existe-t-il une manière simple de vérifier si un puits fuit?

    • J-Paul Thivierge - Abonné 15 septembre 2014 22 h 31

      une simple camera infra-rouge attaché à un petit drône à 6 hélices électriques téléguidé d'un véhicule avec 2 écrans témoins pour bien diriger et voir.

    • Pierrre Bluteau - Inscrit 16 septembre 2014 15 h 17

      Si vous allez sur notre site www.cmavi.org nous expliquons très bien comment déceler une fuite sur un puits abandonné. En cliquant sur un point de la carte interactive dont le lien se trouve sur notre site vous verrz apparaître une fiche descriptive avec des mentions telles "abandonné-sec" ou "abandonné-indice de gaz". Dans ce dernier cas il risque d'y avoir une fuite de méthane sur ce puits.

  • Claude Lachance - Inscrite 15 septembre 2014 08 h 54

    Un ministère de l'environnement incompétant sous l'égide du gouvernement en place, nous donne à frémir devant l'avènement de transcanada et cie, qui envahissent le québec, sans autres formalité que de foncer au mépris des citoyens , de la nature, sans responsabilités autres que de se servir impunément ,pour débarrasser l'ouest du ROC des saletés dont personne au monde ne voudrait.Québec suicidaire, Bonjour!

  • Marc Brullemans - Abonné 15 septembre 2014 17 h 01

    Voici comment...

    Pour localiser les puits il suffir de taper "960forages" et le lien de la carte mise en ligne par le Devoir apparaîtra. Suffit ensuite de se déplacer avec la souris et le zoom afin de s'approcher de votre coin de pays. En ce qui concerne le terrain, il faut demander l'accès au propriétaire; lequel sera en général bien intéressé à connaître l'emplacement de ce puits abandonné. Comme ces puits ne sont pas aux normes et ne sont pas en général identifiés, il faut se fier à des indices du paysage et fouiller le sol au besoin. Pour les fuites, il faut tendre l'oreille si l'on a accès à la structure du puits; sinon, il faut attendre une bonne pluie et regarder la présence de bulles. Évidemment, toute émanation de gaz méthane n'est pas nécessairement reliée à un ancien puits; il peut s'agir de méthane d'origine biogénique, du gaz issu de la putréfaction d'organismes.

    Bonne chasse et dites-vous que le méthane pourrait rapidement nous amener au point de bascule climatique si nous n'y prenons pas garde.

    • Pierrre Bluteau - Inscrit 16 septembre 2014 15 h 21

      Afin de conserver la trace de votre visite vous pouvez participer à l'opération "À la recherche des puits abandonnés" du www.cmavi.org Ainsi, des renseignemenets que vous trouverez seront ajoutées à la fiche qui apparaît sur la carte des 960 forages. Cette carte est accessible via notre site internet ainsi que la marche à suivre et l'accès à une "Fiche d'inspection citoyenne"

  • Yvan Croteau - Inscrit 15 septembre 2014 17 h 19

    Et les autres déficites environnementaux, d'autres coalitions !

    Nos gouvernements fédéraux et provinciaux entre ces passifs environnementaux dans la colonne des actifs du PIB. Couillards et Harper veulent parler des vrais affaires, en voici d'autres: Nous avons 50 000 sites contaminés aux hydrocarbures. Le MDDE n'a que 6000 dossiers d'ouverts. Il y a trois étapes et seulement 1000 dossiers ont passé l'étape 1. Cette situation nuit aux ententes économiques avec les autres pays car ailleurs ces sites sont traités soit par l'entreprise responsable ou par une nouvelle entreprise qui ne peut s'étaler comme nous le faisons au Canada. Des pénalités pourraient même être appliquées au Canada car nos entreprises bénéficient d'un avantage déloyal. Il faut dire que l'état n'y fait pas grand choses aussi ! Et nos sites miniers orphelins ? Et les déversements illégaux à Bécancourt ? (Aller prendre des échantillons d’eau le long des fossés qui se déversent vers le fleuve). Vive les dépotoirs québécois ! Nous sommes dans une impasse, créer de la richesse dans une logique capitaliste = polluer pour les générations à venir.