Plus de 50 personnes perdront leur poste

Plusieurs projets de recherche souffriront de la disparition de l’expertise des scientifiques, notamment ceux liés à l’étude du caribou des bois, une espèce menacée de disparition.
Photo: Thinkstock Plusieurs projets de recherche souffriront de la disparition de l’expertise des scientifiques, notamment ceux liés à l’étude du caribou des bois, une espèce menacée de disparition.

Ce sont finalement 53 personnes qui perdent leur emploi en raison des compressions imposées par le gouvernement Couillard au ministère des Forêts, de la Faune et des Parcs. Un geste qui prive Québec d’une expertise scientifique en matière de gestion de la faune et qui pourrait favoriser une hausse du braconnage.

 

Selon les données finalement transmises au Devoir à la suite d’une demande formelle au cabinet du ministre Laurent Lessard, 37 postes sont supprimés au sein des biologistes, des agents de recherche et des techniciens qui oeuvraient jusqu’ici sur une base contractuelle pour l’État québécois.

 

La porte-parole du ministère, Tania Marin, n’a toutefois pas précisé combien de postes de biologistes disparaissent en raison des mesures imposées pour atteindre l’« équilibre budgétaire ». Selon des chiffres fournis par le Syndicat de professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec (SPGQ), ce sont 17 biologistes qui perdent leur emploi.

 

Selon des informations obtenues par Le Devoir, plusieurs projets de recherche souffriront ainsi de la disparition de l’expertise des scientifiques qui cesseront de travailler d’ici deux semaines. C’est le cas de projets liés à l’étude du caribou des bois, une espèce menacée de disparition et dont la protection peut entrer en compétition avec les intérêts des entreprises forestières. D’ailleurs, au cours de la campagne électorale, Philippe Couillard a dit qu’il ne sacrifierait « jamais » les emplois de l’industrie « pour un caribou ».

 

Des professionnels travaillant sur le suivi de la biodiversité dans le contexte des changements climatiques, principalement dans le Nord québécois, sont aussi remerciés. Des projets liés à des mesures de rétablissements d’espèces menacés sont amputés, de même que d’autres qui ciblaient directement le suivi de certaines populations animales.

 

« Beaucoup de biologistes en région ont aussi perdu leur poste, a confirmé une source. Par exemple, la faune aquatique du Saguenay–Lac-Saint-Jean n’aura plus aucun professionnel étant donné qu’on ne remplace plus les départs à la retraite et les maternités. Le biologiste devant prendre le relais vient tout juste d’être mis à la porte. »

 

Moins d’agents

 

Un total de 16 agents de protection de la faune voient également leurs contrats « écourtés », a expliqué Mme Marin. Plusieurs régions du Québec sont touchées, dont la Gaspésie, l’Abitibi, la Mauricie et la Montérégie. Mais « la population n’a pas à s’inquiéter », notamment concernant le braconnage, a soutenu la porte-parole du ministère. « Les activités du ministère ne sont pas mises en péril. On maintient le maximum de services », a-t-elle ajouté. Il n’a pas été possible d’obtenir de commentaires de la part du ministre Laurent Lessard.

 

« Les coupes de postes au MFFP sont très regrettables, car elles priveront le Québec d’une précieuse expertise scientifique en matière de gestion de la faune et de biodiversité, a dénoncé le président du SPGQ, Richard Perron. C’est aussi un dur coup pour certaines régions durement touchées par des mesures d’austérité insensibles et incohérentes qui aggravent un climat socio-économique déjà précaire. »

 

Le porte-parole péquiste en matière de faune et de parcs, Guy Leclair, a par ailleurs souligné que ces compressions surviennent avant la première conclusion des travaux de la Commission de révision permanente des programmes. « Les dizaines d’emplois perdus sont un nouveau coup dur pour la situation de l’emploi au Québec, surtout dans nos régions. Les libéraux n’ont aucun plan pour le développement économique et la création d’emplois ; ils n’ont que l’austérité en tête », a-t-il laissé tomber.

13 commentaires
  • Guy Chicoine - Abonné 30 août 2014 03 h 48

    Raccourci !

    En enlevant les moyens de contrôle et de protection de la faune, en interrompant les recherches en cours, ENFIN, promoteurs et braconniers pourront exercer pleinement leurs activités lucratives ...
    Bravo à ce libéral gouvernement ... Qui s'occupe des VRAIES choses ! Enfin, le bon peuple peut se reposer en paix, plus il y a de règlements en moins, moins il y aura d'infraction en plus, NON ?

  • Luc Pépin - Abonné 30 août 2014 09 h 26

    Couillard suit la même voie que Harper

    Ces spécialistes sont nos sentinelles. Ce sont ces gens qui étudient la faune et la flore et qui sont en mesure d'évaluer les impacts de notre développement sur l'environnement... et de nous en informer.

    En les limogeant , le gouvernement Couillard aura moins de bâtons dans les roues et pourra plus facilement donner son aval à tous les projets des entreprises minières et pétrolières, qu'ils soient au nord ou dans le Saint-Laurent. Par chance, il nous reste encore le ministre de l'Environnement, David Heurtel, pour les stopper...
    Pour M. Couillard, l'économie est la seule «vraie affaire», et il le prouve une fois de plus. Il avait même osé dire durant la campagne que l'environnement n'était pas une priorité. Comment un homme de son intelligence, un homme qui j'imagine cultivé et bien informé, a pu tenir ce genre de propos???

    Harper a fait la même chose au fédéral en coupant dans les spécialistes qui étudiaient l'évolution du climat, en enlevant des pouvoirs à Pêches et Océans et en coupant à Radio-Canada qui nous informe si bien. À part quelques ONG qui tentent de le ralentir, plus rien ne semble arrêter ce gouvernement...

    Luc Pépin

    • Roxane Bertrand - Abonnée 1 septembre 2014 09 h 29

      "Cultivé et bien informé"

      Une élection "clé en main" ne peut mettre qu'un pantin au pouvoir. Pour déposséder les québécois de leurs biens et guider les gens vers un état d'esclavage inconscient, monsieur Couillard si prend très bien!

      La vrai question, c'est pour les vrais affaires de qui ces décisions si peu subtils sont prises?

      Le plus triste, c'est que le parti libérale fut par le passé responsable de grand et beau développement....mais ce parti est mort!

      Et rien ne peut l'arrêter avant quatre ans...

  • Jacques Prescott - Inscrit 30 août 2014 10 h 48

    Une décision à courte vue

    En réduisant le personnel et les efforts dévolus au suivi et à la protection de la diversité biologique, le gouvernement du Québec faillit aux orientations qu’il a adoptées en cette matière en 2013. Il s’était alors engagé à «Acquérir des connaissances pour soutenir une prise de décision éclairée; à déterminer des foyers de diversité biologique, développer un réseau de suivi de la diversité biologique et améliorer la connaissance sur la valeur des services écologiques.»
    En ne respectant pas ses propres engagements, le gouvernement du Québec réduit sa capacité à s’adapter aux changements climatiques qui ont déjà un impact énorme sur l’agriculture, les pêcheries, la foresterie, la répartition des espèces vivantes et les services écosystémiques. Cette décision à courte vue met aussi en péril la crédibilité internationale du Québec qui se doit d’être exemplaire sur le plan de la protection de la biodiversité pour justifier le maintien à Montréal du Secrétariat de la Convention des Nations Unies sur la diversité biologique.

    Jacques Prescott, biologiste, professeur associé à la Chaire en éco-conseil de l’Université du Québec à Chicoutimi

  • Gaetane Derome - Abonnée 30 août 2014 11 h 52

    La faune sacrifiée..

    Bien sur les animaux ne votent pas et n'ont pas leur mot a dire...Les gens contestent en ce moment contre la loi 3,mais qui se levera pour proteger la faune? L'economie,l'argent,les retraites dorees tout ca passent evidemment avant l'ecologie et nos amis les animaux qui vivent a l'etat sauvage...Le gouvernement des "vraies affaires" et les humains en general ne semblent pas comprendre qu'on a bien plus besoin de la faune et de la flore pour notre survie que de ce bout de papier avec la tete d'une reine etrangere dessus...!

  • Claude Froment - Abonné 30 août 2014 13 h 14

    Pour quelques sous

    Bel exemple de coupure idiote ! Ne serais-t-on mieux de voir à couper les abris fiscaux ? Cela rapporterait beaucoup plus au gouvernement.

    Bien sur, j'oubliais qu'il est toujours plus facile de taper sur les petits. Fonctionnaires de toute sorte !

    • André Savary - Abonné 1 septembre 2014 08 h 17

      Pas question de toucher aux paradis fiscaux...Couillard et le premier à s,en servir...