L’état d’urgence déclaré à la suite d’un déversement

L’état d’urgence est en vigueur depuis mercredi dans le district régional de Cariboo, au centre de la Colombie-Britannique, à la suite d’un déversement d’eaux usées provenant d’une mine de cuivre et d’or.

 

La rupture de la digue du bassin de décantation de 4 km a provoqué le déversement de « 10 millions de mètres cubes d’eau et de 4,5 millions de mètres cubes de sable fin dans le lac Polley », avec un écoulement sur le réseau hydrographique local jusqu’à sa confluence avec la rivière Frazer. Le district régional a expliqué, sur sa page Facebook, que l’état d’urgence lui permettrait d’accéder à des pouvoirs additionnels, qui pourraient s’avérer nécessaires pour « protéger davantage la propriété privée et les infrastructures gouvernementales dans la ville de Likely ».

 

Le ministère de l’Environnement de la province a ordonné à l’exploitant de la mine, Imperial Metals, de soumettre un résumé écrit des mesures qu’il prendra pour stopper le déversement des résidus miniers.

 

Au total, plusieurs centaines de personnes, ainsi que des animaux, sont affectées par cette pollution. Compte tenu de la toxicité des produits utilisés par la mine, située entre les lacs Polley et Quesnel, il est strictement interdit de consommer, de se baigner ou d’utiliser l’eau du bassin hydrographique en aval du lac Quesnel, a rappelé le district régional.

 

Les procédés de production d’or et de cuivre de la mine nécessitent l’usage de métaux comme le sélénium, l’arsenic, le plomb, le cadmium ou encore le mercure, autant de produits toxiques qui se retrouvent ensuite dans le bassin de résidus.


Avec l'Agence France-Presse

1 commentaire
  • Monique Landry - Abonnée 7 août 2014 16 h 35

    deviner...

    Laissez-moi prédire l'avenir... La compagnie impliquée va faire faillite. Elle n'aura pas souscrit un montant d'assurance suffisant pour couvrir les dommages considérables. Les présidents, directeurs et gérants de tout ça ne seront pas inquiétés. On trouvera peut-être un ou deux employés subalternes à blâmer. Finalement, le gouvernement de la Colombie-Britannique paiera pour le nettoyage des dégâts et la région sera toxique pendant des années. Ne me demandez pas comment je fais pour deviner! j'ai un don.