Un centre d’innovation ferme ses portes

Un organisme dédié à la valorisation des technologies vertes et des bioproduits industriels se voit contraint de mettre les clés sous la porte d’ici la fin du mois. À la suite des récentes coupes annoncées par le gouvernement Couillard dans les crédits d’impôt à la recherche, le Centre québécois de valorisation des biotechnologies (CQVB) a vu sa contribution financière réduire radicalement. L’organisation, fondée en 1985, devra procéder à un licenciement collectif de ses 15 employés le 31 juillet prochain. «Un maillon important de la chaîne de l’innovation au Québec va être brisé. Le Québec prend un retard sérieux sur ce qui se passe ailleurs dans le monde», a déclaré mercredi le président-directeur général, Richard Cloutier. Ce dernier déplore que le gouvernement ne saisisse pas l’importance de soutenir «l’écosystème québécois de l’innovation». La mission du CQVB visait notamment à assurer le transfert de technologies entre les centres de recherche et diverses entreprises développant des biotechnologies, ou encore effectuant de la transformation alimentaire. Certaines entreprises soutenues par le CQVB ont d’ailleurs connu un succès à l’international, par exemple Medicago, pour son procédé de fabrication de vaccins à base de plantes.

1 commentaire
  • Marie-Josée Gagné - Inscrit 11 juillet 2014 00 h 31

    Mieux vaut poursuivre le chemin de nos ancêtres

    M. Couillard associe son gouvernement au démarrage de la mine de diamants Stornoway.
    Gros projet, loin au Nord, qui nous rappelle la Baie James, Manic. C’est çà le vrai développement économique !
    Sans critiquer ce projet, peut-on admettre qu’en 2014, la R&D et le support à l’innovation de nos nouvelles PME qui emploient nos nouveaux diplômés bacheliers ou détenteurs de maitrise sont plus en lien avec nos besoins de demain.
    Le gouvernement Couillard prétend que sous son gouvernement, les entreprises seront plus confiantes et positives à investir au Québec.
    De quelles entreprises parlons-nous ? Nos PME axés sur l'innovation? Non!
    Réalisons que ce gouvernement est composé de gens d’une génération qui pensent comme il y a 40 ans en terme de développement économique: des investissements matériels (de vrais investissements, de vrais affaires…, des routes, du béton, des équipements).
    Pendant ce temps, l’économie du savoir, celle de 2014 est ignorée, les crédits d’impôts pour la supporter sont réduits, les centres de recherche voient leur budget diminués.
    Un vrai gouvernement de gens d’hier qui hypothèquent notre entrée dans le monde d’aujourd’hui.