Les VTT n’ont pas leur place près d’une réserve naturelle, affirme Pierre Paradis

Pierre Paradis a rappelé que la réserve privée des Montagnes-Vertes est la plus importante du genre au Canada, à l’est de la Saskatchewan.
Photo: Nicolas Raymond / CC Pierre Paradis a rappelé que la réserve privée des Montagnes-Vertes est la plus importante du genre au Canada, à l’est de la Saskatchewan.

Le ministre responsable de l’Estrie, Pierre Paradis, juge que la tenue de courses de véhicules tout-terrain n’a pas sa place sur un site situé directement à la limite de la réserve naturelle des Montagnes-Vertes. La municipalité de Potton souhaite pourtant aller de l’avant, malgré les craintes de citoyens préoccupés par la protection de la nature.

 

Le Devoir révélait la semaine dernière que le canton de Potton comptait autoriser l’organisation de quatre compétitions de moto, de VTT et de motoneiges sur un terrain pour ainsi dire enclavé dans la réserve des Montagnes-Vertes.

 

Or, ce projet est « difficilement réconciliable » avec la mission de protection de la nature de la réserve, a affirmé mardi au Devoir le ministre responsable de la région, Pierre Paradis.

 

M. Paradis a ainsi rappelé que la réserve privée des Montagnes-Vertes est la plus importante du genre au Canada, à l’est de la Saskatchewan. Créé en 2004 grâce à des fonds publics et privés, ce territoire décrété réserve naturelle par le ministère de l’Environnement en 2010 totalise aujourd’hui 70 km2 englobant le massif des monts Sutton et ses flancs jusqu’à Mansonville. Conservation de la nature Canada, qui en est le propriétaire, souhaite même l’agrandir afin d’atteindre une superficie de 100 km2.

 

En plus de cette réserve, le secteur immédiat compte la réserve écologique de la Vallée-du-Ruiter. Selon le ministre Paradis, il s’agit d’« un milieu particulièrement sensible ». On retrouve également, au sud de la réserve naturelle, la fiducie foncière de la vallée Ruiter, un secteur lui aussi dédié à la protection de la nature.

 

Bref, a résumé le ministre, « c’est un milieu qui est très sensible, tant sur le plan écologique que sur le plan social ». Député estrien depuis 1980, Pierre Paradis a aussi souligné que la région a clairement fait le choix de « l’écotourisme », une décision qui doit aller de pair avec la valorisation de « joyaux » comme la réserve des Montagnes-Vertes.

 

Il n’a toutefois pas dit si Québec allait intervenir directement dans le dossier.

 

Oui aux courses

 

Malgré les critiques concernant le projet de courses de VTT aux limites de la réserve, le canton de Potton a l’intention d’aller de l’avant.

 

Lors de la réunion du conseil de lundi soir, l’administration a toutefois annoncé son intention de réduire le nombre d’événements permis. Deux journées de compétitions de véhicules motorisés seraient autorisées. La nouvelle mouture du règlement doit être soumise au vote du conseil lundi prochain. Une contestation pourrait cependant mener à un référendum.

 

Le maire Louis Veillon, qui n’a pas manqué de défendre le projet de courses, n’était pas disponible mardi pour commenter le dossier. « Il est en vacances », a-t-on répondu à son bureau. Quant au directeur général, Thierry Roger, il n’était pas non plus disponible pour répondre aux questions.

 

Le porte-parole de Conservation de la nature Canada, Joël Bonin, a reconnu mardi avoir peu de recours contre le projet. En effet, celui-ci ne se situe pas sur le territoire de la réserve. Il a aussi dit vouloir « collaborer avec la municipalité ». Mais selon lui, le gouvernement du Québec pourrait intervenir dans le dossier.

6 commentaires
  • Bernard Plante - Abonné 9 juillet 2014 10 h 11

    Deux poids deux mesures

    Pas de course près d'une réserve mais à ce qu'on en sache des puits de forage un peu partout dans la vallée du Saint-Laurent ne pose pas trop de problème au PLQ. Pourtant le premier représente une source de pollution ponctuelle et temporaire de l'air alors que le second peut polluer de façon profonde et durable des sources d'eau potable.

    Alors, que cache ce deux poids deux mesures? Viserait-il par hasard à bien paraître en donnant l'impression que l'environnement nous préoccupe afin de faire oublier le reste? Encore une fois poser la question, c'est...

    • Christian Fleitz - Inscrit 9 juillet 2014 10 h 15

      L'un n'empêche pas l'autre : la défense de l'environnement doit être multi-forme pour être efficace. Il faut faire respecter ce qui nous reste de nature encore intacte contre toutes les agressions.....

    • Bernard Plante - Abonné 9 juillet 2014 10 h 50

      Dans un monde idéal oui, je suis d'accord. Mais ici, à choisir entre les deux, les puits de gaz de schale représentent une source de pollution pas mal plus grave et profonde. Le ministre jette visiblement de la poudre aux yeux en se servant de cette occasion pour faire du «green washing» pendant que le pire se déroule derrière.

  • Sylvain Auclair - Abonné 9 juillet 2014 10 h 23

    Manque d'imagination

    Organiser des courses de VTT (pendant quelques jours) alors qu'on a une réserve naturelle à côté, c'est refuser de vouloir profiter de ses avantages géographiques. Comme une île tropicale qui voudrait organiser des compétitions de ski alpin et refuserait les touristes en manque de soleil et de mer turquoise.

  • Danielle Caron - Inscrite 9 juillet 2014 10 h 42

    Très tendance

    La destruction de l'environnement par tous les moyens, et en plus pour des raisons de divertissement, est très "tendance" de nos jours.
    Tout comme l'empressement à combler le silence par tous les moyens. Qu'arrive-t-il lorsqu'on laisse le silence s'installer? On se retrouve avec soi-même et ça, de moins en moins de gens en sont capables, alors hourra pour le bruit sous toutes ses formes, la pollution sous toutes ses formes.
    Parce qu'on "est pas capab" de s'en passer et d'imaginer, seulement deux minutes, qu'avec un peu de créativité (les idées créatives se manifestent en plus grand nombre lorsqu'il y a plus de silence intérieur) on pourrait changer ce qu'on imagine inchangeable. À cete égard, d'autre pays ont plusieurs longueurs d'avance sur nous.

    Ces courses de VTT auraient cadré parfaitement dans un film de Mike Judge réalisé en 2006.

  • Danielle - Inscrit 9 juillet 2014 12 h 56

    J'aurai tout vu!

    ''Or, ce projet est « difficilement réconciliable » avec la mission de protection de la nature de la réserve, a affirmé mardi au Devoir le ministre responsable de la région, Pierre Paradis''.

    Y'É dont bien gentil ce petit ministre.

    Je n'en reviens tout simplement pas, ce gouvernement protège mieux ce parc que les populations touchées par les compagnies gazières et pétrolières qui font des masacres environnementaux avec la fracturation hydraulique. Aucun respect pour les populations aux prises avec ces saletés, mais beaucoup de respect pour ce parc. Remarquez bien... tant mieux pour le parc, il doit être content et tant mieux pour la population, mais cela pour dire à quel point ce gouvernement est incongruent! Pas surprenant non plus! Le parc est mieux protégé que moi.