L’Ontario restreindra l’utilisation d’insecticides nuisibles aux abeilles

L’Ontario songe à restreindre l’utilisation d’un insecticide qui pourrait être une menace pour les abeilles, plutôt que d’en interdire totalement l’usage tel que le recommande un groupe de travail mandaté par le gouvernement.

 

Le gouvernement libéral prévoit lancer des consultations sur la possibilité de mettre en place un système qui exigerait l’obtention de permis pour l’utilisation de semences traitées aux néonicotinoïdes.

 

L’une des recommandations du groupe de travail sur la disparition des abeilles était d’interdire temporairement l’utilisation des néonicotinoïdes, jusqu’à ce que le gouvernement fédéral ait terminé sa réévaluation de l’insecticide.

 

Un rapport de Santé Canada suggère que les semences traitées aux néonicotinoïdes ont contribué à la majorité des décès d’abeilles en Ontario, mais aussi au Québec, en 2012, vraisemblablement par le biais de poussière contenant l’insecticide durant la plantation de semences traitées.

 

Selon le Conseil canadien du miel, la population d’abeilles a décliné d’environ 35 % au cours des trois dernières années au pays. Plusieurs craignent que ce déclin n’ait un impact important sur la pollinisation de nombreuses plantes et sur les réserves mondiales d’aliments.

 

Au cours de sa récente campagne électorale, la première ministre ontarienne, Kathleen Wynne, avait promis la mise sur pied d’un programme d’assurances pour aider les apiculteurs de la province à se remettre des importantes pertes d’abeilles subies ce printemps. Les apiculteurs doivent notamment détenir au moins 10 ruches enregistrées pour être admissibles au programme.

 

Le ministre provincial de l’Agriculture, de l’Alimentation et des Affaires rurales, Jeff Leal, croit que la température pourrait avoir eu un rôle à jouer dans la mortalité des abeilles cette année. Il espère malgré tout voir un système en place pour mitiger la mortalité des abeilles d’ici le début de la saison des plantations de 2015.