Couillard veut ressusciter le Plan Nord

Le chef libéral Philippe Couillard veut reprendre le pari économique nordique de son prédécesseur. Il a annoncé vendredi son intention de « relancer » le Plan Nord, en accusant le gouvernement Marois d’en avoir fait un « plan mort ». Les libéraux ont tout faux, a répliqué la ministre Martine Ouellet, en insistant sur les investissements déjà annoncés au nord du 49e parallèle.

 

En campagne en Abitibi-Témiscamingue, Philippe Couillard a annoncé qu’en cas de victoire libérale, le fameux Plan Nord de Jean Charest deviendra le « Plan Nord + ».

 

Pour l’essentiel, le Parti libéral veut reprendre là où il a laissé en perdant le pouvoir en septembre 2012. Il est ainsi question d’injecter des centaines de millions de dollars de fonds publics dans le développement industriel du Nord québécois. La stratégie libérale propose entre autres de reconduire le montant de 1,6 milliard de dollars qui se trouvait dans le dernier budget de Raymond Bachand, dont 1,2 milliard qui serait consacré aux infrastructures.

 

Plan marketing

 

M. Couillard a du même coup accusé les péquistes d’avoir tué le projet libéral lancé en 2011. Reprenant essentiellement le discours porté par certains joueurs du lobby minier, le chef libéral a affirmé que le gouvernement Marois a « joué les matamores » pour éloigner l’industrie minière et semé beaucoup d’incertitude, d’abord en ce qui a trait à l’économie, mais aussi en raison de son « projet politique fondamental, qui tend à éloigner l’investissement au Québec ».

 

La ministre Martine Ouellet a rejeté les accusations du leader libéral. « Il ne sait pas de quoi il parle. Le développement nordique se poursuit. Ça existait avant le plan marketing du Nord et ça existe après le plan marketing du Nord », a-t-elle affirmé en entrevue au Devoir.

 

Mme Ouellet a souligné que le gouvernement Marois a lui-même pris des engagements d’investissements totalisant 1,4 milliard de dollars dans le développement du Nord.

 

Quant à l’« incertitude » qu’aurait créée l’arrivée au pouvoir du PQ, elle estime que cela est chose du passé. « Le Québec tire très bien son épingle du jeu », a assuré la ministre des Ressources naturelles. Elle a ainsi rappelé que l’entreprise Goldcorp, qui pilote un important projet de mine d’or, a dit récemment que le Québec est un endroit tout indiqué pour les investissements miniers.

 

Selon Québec solidaire, le Plan Nord est demeuré essentiellement le même depuis 2011, malgré le changement de gouvernement. « L’étiquette a changé, mais l’essentiel demeure : engloutir des fonds publics pour financer des emplois dont profitent des entreprises privées étrangères qui appauvrissent le Québec en nous dépouillant de nos richesses naturelles », a dit le député sortant Amir Khadir.

 

Avec La Presse canadienne

***

L’appel de la Constitution

Philippe Couillard n’a rien contre le fédéralisme dans sa forme actuelle, mais cela ne l’empêche pas d’estimer qu’il est temps d’entreprendre des démarches afin que le caractère spécifique de la nation québécoise soit reconnu dans la Constitution canadienne.

Ainsi, si le chef libéral est porté au pouvoir, il a l’intention d’entreprendre une tournée du Canada afin de faire passer son message auprès de ses homologues provinciaux et des partis fédéraux. Il estime que sa démarche passe d’abord par le rétablissement des ponts avec le fédéral que le PQ s’est affairé à briser depuis son arrivée au pouvoir. Il a par ailleurs l’intention de déployer des moyens afin que la notion de société distincte du Québec soit reconnue. Il ne se fixe pas d’échéancier, mais il estime qu’une fenêtre pourrait s’ouvrir vers 2017, dans le cadre des 150 ans du Canada.


La Presse canadienne

11 commentaires
  • Damien Tremblay - Inscrit 15 mars 2014 09 h 05

    Excellente idée qui sera très créatrice d'emploi

    Oui! Très créatrice d'emploi pour les escouades policières qui enquêteront sur la corruption boréale et seront suivies par une autre enquête Charbonneau sur la liberté de piller le Québec avec, comme lubrifiant, quelques tonnes d'enveloppes brunes.

    Depuis quelques décennies, tout ce que touchent ces gens se transforme en un quelque chose d'où se dégage des effluves capiteuses nauséabondes.

    En ressuscitant le moribond, on va créer d'excellentes opportunités d'affaires comme le disent les petites annonces du JDM. Et l’on va sûrement créer un autre déficit de 54 milliards de dollars, à l’image des neuf années de régime Charest. Après tout, le Québec est ENCORE suffisamment riche pour se payer neuf autres années de régime politique corrompu.

    Fort habiles, les Libéraux se montrent très pudiques: ils cachent bien leur jeu. Les prestidigitations de Monsieur Couillard ne lui font ainsi sortir de son chapeau que ce genre de réchauffé susceptible d’aller chercher quelques votes au royaume de notre « Rambo boréal ».

    Le Plan Nord libéral, sera tout au plus un Plan en Or pour ceux qui auront contribué le plus généreusement à la caisse occulte du Parti. Les péquistes ont tué le Plan Nord comme on abat un monstre dont on sait qu’il va plomber d’avantage les finances du Québec, car sans aucunes redevances décentes pour l’État.

    La classe politique qui « gouverne » (un bien grand mot) le Québec n’a pas le courage de briser le carcan qui fait du Québec un paradis rêvé pour les pilleurs de richesses naturelles. Voilà! La cause est entendue.

  • Robert Raymond - Inscrit 15 mars 2014 09 h 08

    Plan nord plussse

    On dirait une mauvaise pub télé. Déjà qu'on s'était vite rendus compte qu'il s'agissait plus d'un plan marketing que d'un réel projet de développemnt sur lequel les Libéraux avaient une réelle incidence. Disons nous les vraies affaires. Je travaille dans une mine du Nord qui soutire du fer du sol nordique depuis 48 ans et je ne crois pas que ce soit Jean Charest qui soit allé ouvrir cette mine. Le Nord se développe selon le prix mondial des minerais. Les prix baissent et les investissement ralentissent. Les prix montent et les investissements reprennent et les compagnies ouvrent de nouvelles mines. Et ça il n'y a pas un chef de quelque état dans le monde qui aie du contrôle là-dessus. La baisse des prix qui s'est produite en 2012 a provoqué le ralentissement des investissements. Il n'en fallait pas plus pour que les esprits mesquins et tordus du clan Libéral en profitent pour rejeter la responsabilité sur le PQ. Libéraux, poussez mais poussez égal. (Tant qu'à être dans la pub.)

    • Gaetane Derome - Abonnée 15 mars 2014 17 h 25

      D'accord avec vous M.Raymond,ceux qui connaissent la realite du Nord savent ceci.
      Mais pendant ce temps,le chef du PLQ et aussi M.Khadir de QS peuvent raconter toutes sortes d'histoires et denigrer le gouvernement actuel pour avoir des votes tout simplement.Les gens de Montreal et ceux qui ne sortent pas de leur patelin du sud du Quebec ne peuvent juger correctement.Il faudrait que les electeurs s'informent davantage.

  • Patrick Lépine - Inscrit 15 mars 2014 14 h 46

    Couillard comme défibrillateur?

    On dirait du très ancien cinéma d'horreur, ça conserve l'appellation, mais plus du tout pour les mêmes raisons, l'horreur c'est maintenant dans le rendu de l'histoire, ça ne fait plus peur du tout, ça dégoûte au point d'en être risible.

  • Claude Champagne - Inscrit 16 mars 2014 06 h 42

    Est-ce le retour cuvé 2023-12?

    Inquiétant ressuscité un plan nord qu'on croyait mort, c'était du markekeketing. Maintenant est-ce une continuité d'un programme libérale cuvé 2003-12? Est-ce le retour de la réingénierie de l'appareil ?

    • Claude Champagne - Inscrit 16 mars 2014 10 h 18

      vous avez compris, une erreur de frappe 2003-12, merci.

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 17 mars 2014 14 h 00

      Il ne faut pas oublier qu'en 2009, Couillard et Porter étaient membres du C.A. de la société minière ''Canadian Royalties''.La nostalgie d'un passé très prometteur,semble refaire surface...

  • Normand Murray - Inscrit 16 mars 2014 10 h 05

    L'Arnaque de luxe.

    Ressant t'il une pression des Chinois et Européens à qui Charret avait promis par des ententes secrètes de livrer nos ressources naturelles pour des "peanuts"et pire de leur fournir l'électricité à des prix déficitaires pour Hydro. Rajoutons donc aussi les infrastructures routières pour avoir y accès bien le tout aux frais des contribuables et que dire des emplois créées avec l'importation spécifique de travailleurs étrangers à la direction tout comme les effectifs manuels pour les Chinois.