Québec n’a toujours pas de plan de restauration

Les entreprises contribuent déjà aux finances de l’État québécois par l’entremise des redevances qu’elles versent et n’auront pas à assumer les coûts de nettoyage des mines, selon Québec.
Photo: Source IOC Les entreprises contribuent déjà aux finances de l’État québécois par l’entremise des redevances qu’elles versent et n’auront pas à assumer les coûts de nettoyage des mines, selon Québec.

Même si la restauration des sites miniers abandonnés coûtera plus de 1,2 milliard de dollars à l’État québécois, le gouvernement Marois n’a toujours pas de plan pour les travaux à venir. Il affirme pourtant que cet héritage toxique sera chose du passé dès 2027.

 

« Ce que je peux dire, c’est que le plan du gouvernement pour les sites miniers orphelins est presque finalisé », a répondu Devoir Olivier Caron, le porte-parole de la ministre Martine Ouellet. Aucun échéancier n’a été précisé. En juillet 2013, le bureau de la ministre des Ressources naturelles avait formulé une réponse similaire. Lorsqu’elle était dans l’opposition, Mme Ouellet avait dénoncé l’absence de plan de la part du Parti libéral.

 

« On prévoit que 100 % des sites inclus dans le plan seront restaurés en 2027 », a ajouté M. Caron au cours d’un bref entretien téléphonique. Il a toutefois refusé de préciser si le « plan » du gouvernement inclurait l’ensemble des 698 sites miniers laissés à la charge de l’État au fil des ans. Selon les calculs du Devoir, au rythme actuel moyen des investissements consacrés à la restauration, il ne faudra pas moins de 83 ans pour venir à bout de l’ensemble des travaux.

 

Le porte-parole de la ministre n’a pas non plus voulu dire si le gouvernement augmentera les montants injectés par l’État pour venir à bout de la pollution générée par les sites laissés à l’abandon. Si le gouvernement souhaitait traiter l’ensemble des sites d’ici 2027, il devrait y consacrer plus de 85 millions de dollars par année. Depuis que le gouvernement a inscrit ces sites contaminés aux comptes publics, en 2007, la moyenne annuelle des sommes dépensées avoisine les 14 millions de dollars.

 

La ministre Ouellet a déjà admis que ce sont les Québécois qui paieront toute la facture. Selon elle, les entreprises contribuent déjà aux finances de l’État québécois par l’entremise des redevances qu’elles versent.

 

Inacceptable

 

Une situation totalement inacceptable pour Québec solidaire. « C’est un constat terrible. Nous envoyons le message, dans les milieux industriels, qu’avec l’État québécois, vous pouvez vous en tirer », a répliqué mardi Amir Khadir. Selon lui, il est urgent de « mettre fin à l’impunité », notamment en imposant une « redevance spéciale » qui contribuerait au financement des travaux de restauration.

 

Du côté de la Coalition avenir Québec, on déplore la « négligence majeure » des gouvernements péquistes et libéraux, qui ont laissé des minières s’en tirer sans nettoyer leurs dégâts. Le Parti libéral du Québec, qui a toujours refusé de mettre les minières à contribution, n’a pas rappelé Le Devoir.

 

Le porte-parole de la Coalition Québec meilleure mine, Ugo Lapointe, estime aussi que les Québécois ne doivent pas assumer seuls l’ensemble de cette facture, héritage de décennies de négligence environnementale. « C’est insultant pour les Québécois d’avoir à nettoyer autant de sites abandonnés, avec une facture de 1,2 milliard, sans que les minières versent le moindre sou dans un fonds de restauration. Ça n’a aucun sens. »

5 commentaires
  • Pierre-Antoine Ferron - Inscrit 13 mars 2014 07 h 12

    Sommes.nous borgnes?

    Redevances?...........c'est a voir!
    Loi sur les mines?.........a revoir!
    Nettoyage............nous verrons!

    Merci.

  • Denis Miron - Inscrit 14 mars 2014 07 h 39

    Où sont passés les ardents défenseurs de la «juste part»

  • Simon Thibault - Abonné 14 mars 2014 12 h 23

    Dépense électorale

    Cet article doit-il être considéré comme une dépense électorale pour Québec solidaire ??

    • Michel Vallée - Inscrit 14 mars 2014 14 h 25

      @Simon Thibault

      Bien oui ! Ne critiquons surtout pas les politiques girouettes et poudre aux yeux du PQ de Mme Marois…

  • René Poireau - Inscrit 14 mars 2014 14 h 55

    Tout ceci n'est pas important ...

    La raison SVP. Tout ceci n'est pas important. La SÉPARATION du Québec règlera ces petits problèmes avec tout l'argent que nous recevrons d'Ottawa. Il faut faire confiance à Madame Marois.

    Votez PQ, votez Madame Marois et votez pour un référendum ... car nous en tiendrons un dans les deux prochaines années avec le PQ!

    René Poireau, Gatineau