«Irresponsable», disent les groupes environnementaux

Le cofondateur et porte-parole d’Équiterre, Steven Guilbault, s’étonne de l’empressement du gouvernement Marois dans le projet.
Photo: Canal D Le cofondateur et porte-parole d’Équiterre, Steven Guilbault, s’étonne de l’empressement du gouvernement Marois dans le projet.

L’engagement financier du gouvernement Marois dans l’exploration pétrolière a été dénoncé jeudi par les groupes environnementaux, qui estiment qu’il est irresponsable de s’engager dans cette voie, surtout dans un contexte de changements climatiques.

 

Le cofondateur et porte-parole d’Équiterre, Steven Guilbault, s’étonne de l’empressement du gouvernement Marois à se lancer dans l’exploration, même si la première ministre Marois avait déjà fait part de son intérêt. « On ne s’attendait pas à ce que ça aille aussi vite. Le PQ, lorsqu’il était dans l’opposition, avait réclamé un moratoire sur le gaz de schiste. Il y a eu un premier BAPE, il y a eu une évaluation environnementale stratégique de 18 mois et là, sur le pétrole de schiste à Anticosti, il n’y a pas eu d’évaluation environnementale, pas de consultation. On parle vraiment des deux côtés de la bouche », a-t-il fait valoir.

 

Steven Guilbault croit que Québec s’aventure sur un terrain glissant. « C’est inquiétant de voir le PQ vouloir se jeter là-dedans un peu tête baissée. Je veux bien comprendre qu’on s’en va en élection, mais il y a toujours bien des limites. »

 

Pour Patrick Bonin, responsable de la campagne Climat de Greenpeace, il s’agit d’un « cadeau » au lobby pétrolier. « Le Québec devrait plutôt miser sur le développement des ressources énergétiques propres au lieu de subventionner les pétrolières », a-t-il ajouté. Il rejette aussi l’argument d’« indépendance énergétique » évoqué par la première ministre Pauline Marois. « L’indépendance énergétique ne signifie pas de se lancer dans l’exploitation pétrolière. Ça ne changera rien à notre dépendance aux énergies fossiles, et ça ne changera rien au prix qu’on paie pour notre pétrole. »

 

M. Bonin a aussi rappelé que l’Agence internationale de l’énergie préconise de laisser dans le sol plus des deux tiers des réserves prouvées de combustibles fossiles. Selon l’organisme, une telle mesure est essentielle pour parvenir à limiter le réchauffement climatique et ainsi éviter les conséquences appréhendées en raison du dérèglement du climat planétaire.

 

Gaz à effet de serre

 

Or, dans ce domaine, le plan d’action de Québec se fait attendre. « Nous attendons toujours un plan de réduction des gaz à effet de serre et les mesures de réduction de notre dépendance au pétrole semblent encore loin également », a souligné André Bélisle, le président de l’Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique.

 

« Nous avons maintenant la preuve, s’il en fallait, que le Parti québécois est au service des pétrolières, a lancé pour sa part le député solidaire Amir Khadir. Plutôt que de mettre en place un plan crédible pour sortir le Québec des énergies fossiles, il choisit l’énergie la plus sale qui soit : le pétrole de schiste. Le Parti québécois nous enfonce dans le pétrole et abandonne la lutte contre le changement climatique. »

40 commentaires
  • Pierre Couture - Inscrit 14 février 2014 06 h 48

    Le lobbyiste désarçonné

    Souvenons-nous que M. Guilbeault a rempli plusieurs contrats grassement rétribués par divers ministres du gouvernement Charest.

    Son indignation actuelle peut donc sembler teintée de partisannerie.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 10 h 07

      M. Guilbault, un écologiste notoire qui critique l'exploration pétrolière proposée par le PQ pour donner un coup de pouce au PLQ, le parti des gaz de chiste. C'est possible M. Couture, mais cela me semble hautement improbable.

    • Rodrigue Guimont - Inscrit 14 février 2014 11 h 16

      Un instant les apocalypticiens! Tout le monde ne peut du jour au lendemain M. Guilbeault utiliser le vélo et le cheval comme moyens de transport! La transition doit se faire, je vous l’accorde, mais pas à n’importe quel prix.

      Ce que propose le gouvernement Marois va dans la bonne direction: récupérer, du moins en partie et dans un premier temps les droits sur le territoire exploitable qui furent, rappelons-le, céder en 2008 par l’ex gouvernement libéral, et faire en sorte que dans quelques années, s’il y a vraiment du pétrole ou du gaz sur l’Île, de l’exploiter avec un minimum d’effets nocifs pour l’environnement.

      C’est d’autant plus envisageable que les moyens d’exploitation dans quelques années ne seront pas nécessairement ceux d’aujourd’hui.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 14 février 2014 11 h 28

      Son indignation est liée à ses convictions environnementalistes.
      Critiquer le PQ ne signifie pas pour autant que le critique est libéral.
      Quelle pensée binaire bornée.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 13 h 18

      @ M. Guimont

      « Un instant les apocalypticiens! (M. Guimont) »?

      Vous trouvez que mon commentaire et celui de M. Couture (ci-haut) utilisent l'enflure verbale? Je vous invite à nous relire M. Guimont!

  • Gaston Langlais - Inscrit 14 février 2014 07 h 02

    Les No No...

    Bonjour,

    Il se déplace comment ce M. Guilbault? À pied, à vélo, en chaloupe à rames ou à la nage! Cet individu qui s'affiche contre tout voyage comme tout le monde en polluant lui aussi. Tous ces regroupements de "contras" représentent moins de deux dixièmes de un pourcent (0.2%) de la population. Ils sont extrêmement chanceux de bébéficier d'une couverture de presse aussi large compte tenu de leur importance.

    Gaston Langlais - Gaspé.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 février 2014 08 h 59

      Et n'oublions pas qu'il dégage du CO2 toutes les fois qu'il respire.

      PL

    • Mario K Lepage - Inscrit 14 février 2014 08 h 59

      Mr Langlais, les "Contras" étaient des contre-révolutionnaires à la solde de la CIA... Tout le contraire de ce que nous sommes! Vendre votre âme à la consommation à outrance et à la religion du capital demeure votre choix, mais pour votre désinformation, on repassera... Encore chanceux que nous sommes au Québec: selon vous, aux States, on nous accuserait d'anti-patriotisme et on nous relèguerait en prison à Guantanamo!

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 09 h 52

      Où prenez vous votre « 0.2% »? Et en ce qui a trait à M. Guilbault, sur quoi vous appuyez pour laisser sous-entendre qu'il consomme du pétrole « comme tout le monde » lorsqu'il se déplace? La Maison du développement durable où loge Équiterre se situe au centre-ville de Montréal ; une ville où il y a une bonne offre pour le transport en commun et où les pistes cyclables sont abondantes. D'ailleurs, j'ai croisé M. Guilbault alors qu'il était en vélo à Montréal près de la Maison du développement durable il y a quelques mois.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 11 h 13

      @ M. Langlais

      J'ai oublié de le souligner: le métro ne carbure pas au pétrole.

    • Geneviève Dubreuil - Abonné 14 février 2014 11 h 27

      M. Langlais,

      Effectivement, d'où vient votre 0.2%? Je n'ai pas de chiffre exact, mais je sais que deux arrondissements densément peuplés de Montréal, soit Rosemont- la-Petite-Patrie et Le Plateau Mont-Royal ont élu 2 députés de Québec Solidaire, parti qui a une politique très claire en efficacité énergétique et développement durable, ce qui exclut l'exploitation des gaz ou pétrole de schiste. Donc, ça fait pas mal de monde à partager ce type d'idées "révolutionnaires", sans compter tous les autres citoyens québécoises qui ont des idées semblables ailleurs au Québec mais qui ne sont pas représentés politiquement.

      Et aussi, je ne crois pas qu'il faille attribuer à la chance la couverture médiatique donnée à M. Guilbault et à Équiterre, mais plutôt à leurs propos intéressants, visionnaires et basés sur d'excellentes connaissances.

      Pour ce qui est des déplacements, il y a possibilité d'utiliser et de développer nombre de moyens de transport qui sont beaucoup moins polluants que les véhicules automobiles qui sont les plus utilisés actuellement. Bien sûr, les moyens sont différents selon que l'on habite dans une grande ville ou une plus petite. Donc, préconiser la réduction de la pollution liée à l'utilisation des combustibles fossiles n'exclut pas les déplacements des gens.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 14 février 2014 11 h 30

      Vous avez tout faut M. Langlais.
      Vous n'avez qu'à jeter un coup d'oeil dans votre propre ville pour vous rendre compte que votre statistique sur la supposée insignifiance numérique des «sceptiques» n'est que le fruit de vos propres fantasmes.

      Meilleure chance la prochaine fois.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 12 h 06

      @ Mme Dubreuil

      J'ai l'impression que vous mélangez PM avec QS.

    • Patrick Boulanger - Abonné 14 février 2014 13 h 07

      @ M. Langlais

      Tous ces regroupements de "contras" représentent moins de deux dixièmes de un pourcent (0.2%) de la population. (M. Langlais) »?

      M. Langlais, un sondage du Devoir datant de 2013 souligne qu'il y a 36% de la population québécoise qui sont contre l'exploitation du pétrole au Québec et 75% en ce qui a trait à l'exploitation du gaz de chiste dans la province : pohttp://www.ledevoir.com/documents/pdf/sondage9fevr

      Et ces mêmes Québécois, ils sont une majorité à dire non au pétrole albertin : http://www.lapresse.ca/environnement/201304/21/01-

    • Djosef Bouteu - Inscrit 14 février 2014 14 h 12

      Seulement 36% d'opposition à l'exploitation des ressources pétrolières?

      Si les pétrolières ne répètent pas les mêmes comportements sociopathes que les gazières et que le projet est rentable et pas trop polluant, ce qui reste à démontrer, ça pourrait se faire.

    • Paul Sven - Inscrit 14 février 2014 21 h 52

      Je suppose que Jacques Brassard est votre idole ?
      On se demande pourquoi ce ton persifleur, vindicatif pour me pas dire méchant pour désigner ceux qui souhaitent un milieu de vie sain. Pourquoi cette hargne envers ces personnes ?
      En réalité, la vraie question est plutôt : qu'est-ce qui vous dérange tant dans l'idée d'un milieu de vie sain ? Il me semble que, comme Brassard et les siens, votre réaction fait sérieusemet penser à la réaction du diable qui tombe dans le bénitier.
      Il ne s'agit pas d'aller en chaloupe, il s'agit d'évoluer. D'aller plus loin que le gros moteur bébette. Évoluer ! Comprenez-vous ce terme ou êtes-vous encore en train de rêver aux gros carburateurs ?

  • Gaston Langlais - Inscrit 14 février 2014 09 h 54

    Contras c'est en espagnol... En français...Contre.

    Bonjour,

    @ M. Mario Lepage.

    Contras signifie contre dans mes écrits. Ceux et celles qui se promènent en véhicules de toutes sortes et qui prêchent contre le pétrole sont des tartufes qu'il ne faut surtout pas prendre au sérieux. On les connait bien en Gaspésie. Avec leur tuque de laine enfoncée jusqu'aux oreilles en plein mois de juillet, au volant de leur bagnole ils conseillent de troquer le tracteur pour la pioche. Heureusement que les gens rationels représente 99.8% de la population

    Gaston Langlais - Gaspé.

    • Luc Pépin - Abonné 14 février 2014 10 h 55

      Votre 99.8% est sûrement très exagéré, M. Langlais, car de plus en plus de gens sont sensibles à la cause environnementale. Et de toute façon, ce n'est pas parce que vous êtes plusieurs à avoir tort que vous avez raison... ;)

      Luc Pépin

    • Mario K Lepage - Inscrit 14 février 2014 11 h 21

      Je vais en Gaspésie 5 à 6 fois par année et ceux qui ont des tuques de laine enfoncées jusqu'aux oreilles sont les mêmes qui transforment la Gaspésie avec de nouvelles idées: produits du terroir, tourisme écolo, sports extrèmes et j'en passe. Ces jeunes ont choisi la Gaspésie pour de nouvelles possibilités quand les gouvernements ont abandonné cette terre ancestrale ou encore fait du dumping avec l'énergie éolienne qui n'est pas rentable et défigure la beauté gaspésienne... Mr Langlais, regardez bien les nouveaux investisseurs, ils ne portent pas de tuques, ils ont maintenant des cagoules....

    • Sylvain Auclair - Abonné 14 février 2014 11 h 32

      Et les souverainistes québécois qui utilisent l'argent canadien, ils sont des contras, eux aussi?

  • Claude Savard - Abonné 14 février 2014 10 h 02

    L'Avenir

    J'aimerais souligner à tous les lecteurs que la croissance économique éternelle (et la consommation de ressources qu'elle suppose) est une utopie et qu'elle mène purement et simplement à la destruction de l'environnement qui a permis l'apparition de la vie. Il est irresponsable pour la race animale supposément la plus intelligente de poursuivre dans cette voie.

    Au bout de la pente de la croissance, il n'y a qu'un précipice où nos descendants s'écraseront comme un troupeau de caribous en panique. Les énergies propres existent. Pourquoi ne pas les utiliser et bannir carrément toutes sources d'énergie provenant de la combustion? Parce qu'il n'est pas dans l'intérêt économique de certains lobbys de le faire. Point.

    • Danielle Caron - Inscrite 14 février 2014 16 h 47

      Tout à fait d'accord. Un commentaire des plus sensés dans cette marée noire d'aveuglement.

  • André Michaud - Inscrit 14 février 2014 10 h 06

    éoliennes et solaire

    Ce n'est pas pour demain que les technologies vertes vont pouvoir fournir les citoyens les plus énergivores au monde!

    Mêm là certains dénoncent les éoliennes comme faisant du bruit, passage de camions fréquents, et massacrant les beaux paysages..

    Et qui veut d'un auto à 40,000$ avec 75 kl d'autonomie ?

    à moins que de jeunes scientifiques nous trouvent de nouvelles technologies..ce que je nous souhaite ! Le monde a plus besoin de bons scientifiques avec des solutions concrètes et efficaces que d'écolos.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 14 février 2014 11 h 33

      Et qui veut d'un auto à 40,000$ avec 75 kl d'autonomie ?

      Essayez la bicyclette ou la marche M. Michaud. C'est économique et surtout ça garde le corps (et les neurones) en forme.
      Et si vous vivez trop loin de l'endroit où vous travaillez, et bien rapprochez-vous. Ce n'est pas aux générations futures de payer pour votre confort.

      Vivement plus de bons scientifiques... et plus d'écologistes !!!