Pesticides : Ottawa évaluera les produits litigieux

Visé par une poursuite d’Équiterre et de la Fondation David Suzuki, le gouvernement Harper entend finalement respecter la Loi sur les produits antiparasitaires. Cette loi exige qu’Ottawa réévalue l’approbation des pesticides contenant des ingrédients qui sont interdits dans un pays de l’OCDE. Or 23 de ces ingrédients bannis ailleurs sont toujours autorisés au Canada. Les groupes environnementaux estiment donc avoir remporté une victoire en forçant la main au gouvernement. Selon les précisions publiées sur le site de Santé Canada, l’Agence de réglementation de la lutte antiparasitaire devrait procéder à des « examens spéciaux » pour les produits qui contiennent un des ingrédients montrés du doigt. Une consultation publique doit faire partie du processus.

1 commentaire
  • Claudette Piché - Inscrit 6 février 2014 08 h 04

    AUCUNE contrainte, TOUT le MONDE peut appliquer des pesticides PARTOUT

    Dans ma région, je suis la seule à être légale avec la loi d’utilisation des pesticides, jusqu’à preuve du contraire pour les autres! Cela a un cout que les clients doivent assumer : permis d’achat, d’application et pour certains permis pour la vente.
    Des producteurs de végétaux en culture chimiques, des paysagistes, des fonctionnaires achètent et appliquent des pesticides sans contrainte et même avec l’accord des élus municipaux…car on ferme les yeux lors des demandes de soumissions d’entretien paysager, on ne le mentionne pas tout simplement dans les devis et cela favorise les ptits amis! On ne peut ignorer que des végétaux sont sujets à diverses applications de pesticides même écologiques.
    De plus plusieurs en vendent et en font une publicité dans les journaux au vue et au sus de tous…Donc le contrôle des pesticides ce n’est qu’une façon de faire travailler des fonctionnaires pour la formation des utilisations et pour certains qui veulent s’y conformer des permis. Il n’y a pas de vérificateurs et encore il ne faudrait pas qu’ils seraient de connivence avec les fautifs?
    Qu’on cesse de nous faire croire qu’on est protéger!