Le temps froid se remet de la partie

L’heure était au déglaçage lundi matin à l’oratoire Saint-Joseph, comme pour d’autres entrées de bâtiments publics de Montréal.
Photo: Annik MH de Carufel - Le Devoir L’heure était au déglaçage lundi matin à l’oratoire Saint-Joseph, comme pour d’autres entrées de bâtiments publics de Montréal.

Le froid vient de nouveau de se mêler de la partie en ce mardi de janvier. La chute du mercure va certainement compliquer les déplacements, d’autant plus qu’une vingtaine de millimètres de pluie verglaçante est tombée, lundi, dans le sud du Québec. À Montréal comme dans la région de la vieille capitale, les grandes flaques d’eau risquent de geler pour se transformer en patinoire. « Avec la chute rapide des températures, c’est sûr que toute l’eau n’arrivera pas à s’écouler et ça risque d’être problématique », mentionne André Cantin, météorologue à Environnement Canada.

 

Déjà lundi, il était préférable d’avoir des crampons pour marcher en ville. Les trottoirs et la chaussée étaient très glissants dans la métropole. La Ville de Montréal assure que ses équipes continueront d’épandre des abrasifs et des fondants pour assurer la sécurité de tous. « On va mettre du sel et de la pierre concassée autant que nécessaire, s’il le faut, on peut passer deux à trois fois au même endroit », note Isabelle Poulin, relationniste à la Ville de Montréal.


Outil virtuel

 

En entrevue à la radio de Radio-Canada, le maire de Montréal, Denis Coderre, a affirmé qu’il espérait offrir bientôt un outil virtuel aux citoyens qui leur permettrait de suivre à la trace les opérations de déneigement et d’épandage d’abrasifs. « Je veux avoir un plan de visibilité pour que les gens puissent voir que le travail se fait bien sur le terrain et qu’on voie la progression comme on fait à Chicago », a-t-il dit.

 

Cet outil pourrait éventuellement aider les citoyens à mieux planifier leurs déplacements, voire à éviter des accidents. Lundi, Urgences-santé a reçu un volume d’appels très élevé en raison des mauvaises conditions météorologiques. De nombreuses chutes et des accidents de la route ont été rapportés. Transports Québec prévient qu’il est toujours très difficile de circuler sur certaines routes de la province. Il recommande de planifier vos sorties alors que les conditions routières et météorologiques varient d’une région à l’autre.

 

Selon Environnement Canada, une nouvelle masse d’air polaire et de forts vents vont faire chuter le mercure mardi et mercredi sur l’ensemble de la Belle Province. Les températures varieront entre -16 °C et -18 °C dans les régions du sud du Québec et s’établiront autour de -25 °C en Abitibi-Témiscamingue et au Saguenay.

 

Hydro-Québec avait bon espoir lundi soir que le courant soit rétabli sur l’ensemble de son réseau en vue d’affronter cette nouvelle vague de froid. Dans la journée, 30 000 de ses clients ont été privées d’électricité à la suite de la pluie verglaçante qui a causé de nombreux bris. « Les branches des arbres cèdent souvent sous le poids du verglas. C’est souvent ça qui cause des bris sur notre réseau ou qui déclenche nos disjoncteurs », explique Mathieu Rouy, le porte-parole d’Hydro-Québec.

 

Pannes d’électricité

 

Ailleurs au pays, la situation demeure critique principalement à Terre-Neuve, où 30 000 abonnés sont toujours privés de courant après le passage d’une tempête en fin de semaine. Toronto est aussi sur les dents alors qu’on annonce une baisse importante des températures. La Ville a diffusé un avertissement de froid extrême. Des rafales de 70 km à l’heure sont aussi attendues dans la journée. Les provinces des Prairies ont, quant à elles, déjà goûté à ce genre de conditions hivernales. Ces derniers jours, la Saskatchewan et le Manitoba ont enregistré des températures de -30 °C qui atteignaient les -50 °C en tenant compte du facteur de refroidissement éolien.

 

Cette deuxième vague de froid qui touche le pays a d’ailleurs accéléré la formation des glaces notamment du fleuve Saint-Laurent. Plus d’une dizaine de navires, dont des pétroliers et des conteneurs, doivent patienter à Trois-Rivières le temps que des brise-glaces de la Garde côtière leur ouvrent le chemin jusqu’à Montréal. Les autorités recommandent pour le moment aux navires de ne pas s’aventurer dans le chenal pour éviter de rester coincés. Un navire transportant du mazout a d’ailleurs dérivé aux environs de Sorel-Tracy. Et au Saguenay, trois navires transportant de l’alumine pour alimenter les installations de Rio Tinto Alcan ont aussi été bloqués par les glaces dans le Saint-Laurent.


***

Froids records aux États-Unis

Le centre, le nord et l’est des États-Unis ont fait face lundi à un front d’air froid qui fait baisser les températures à des niveaux jamais vus en plus de 20 ans. La température ressentie la plus froide a été relevée dans le Montana, avec moins 53 °C. Des centaines de vols ont été annulés et des écoles, commerces et bureaux administratifs sont demeurés fermés. Plusieurs villes ont pris des mesures d’urgence, comme ici, à Saint Louis, où un centre d’emploi a été transformé en refuge pour la nuit.
 

Avec La Presse canadienne