Premiers jeux d’hiver pour les jeunes lynx du Biodôme

Les employés du Biodôme ont ajouté de la neige, mercredi, dans l’habitat des lynx, une première pour les jeunes. Ils y ont tout de suite vu une occasion de jouer — même la mère s’est mise de la partie.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Les employés du Biodôme ont ajouté de la neige, mercredi, dans l’habitat des lynx, une première pour les jeunes. Ils y ont tout de suite vu une occasion de jouer — même la mère s’est mise de la partie.

Impossible de ne pas tomber sous le charme. À preuve, les visiteurs du Biodôme forment toujours un véritable embouteillage de curieux devant leur habitat, les jours fériés. Il faut dire qu’à moins d’une chance inouïe, vous ne verrez jamais de lynx du Canada en liberté. Mais là, à quelques pas du Stade olympique, on peut non seulement observer une femelle, mais aussi ses trois jeunes.

 

Ils sont nés le 4 juin dernier et font sourire les visiteurs depuis qu’ils ont été introduits dans leur habitat, à la mi-août. Vedettes instantanées dont chaque étape de vie est publicisée par le Biodôme, les deux jeunes femelles et leur frère sont toutefois chanceux d’avoir survécu.

 

Leur mère en était en effet à sa troisième portée depuis son arrivée à Montréal, il y a sept ans, explique Bianca Tinker, préposée aux soins animaliers pour l’habitat « forêt laurentienne ». « Les rejetons de sa première portée sont tous morts et un seul de la deuxième portée a survécu après sa naissance, l’an dernier. » Il vit désormais dans un zoo de la région de Toronto.

 

Mme Tinker, qui s’occupe quotidiennement des félins en pleine croissance, constate que cette fois, la femelle a entièrement assimilé les comportements maternels propres à l’espèce. Elle a, par exemple, passé des semaines à bondir d’un rocher à l’autre, afin de ramener près d’elle ses jeunes un peu trop téméraires. Ils avaient tendance à vouloir explorer le moindre recoin de leur habitat et à grimper aux arbres.

 

Il faut dire que les bébés lynx n’ont pas développé de méfiance particulière par rapport à l’humain, contrairement à leur mère. « La femelle ne vient pas d’un jardin zoologique. Elle vient d’un élevage, donc elle n’a pas grandi en présence de visiteurs, souligne Bianca Tinker. Mais les jeunes qui grandissent en la présence d’humains sont beaucoup plus à l’aise avec les visiteurs. » Et ils sont plusieurs milliers à passer chaque semaine devant leur habitat, le plus souvent bruyamment.

 

Mme Tinker a néanmoins dû développer un « programme d’entraînement » lié à leur alimentation et conçu pour faciliter la vie en captivité de ces animaux tout de même sauvages. Les trois jeunes ont ainsi appris à monter sur une balance et à entrer dans une cage de transport. Ils acceptent même de mettre leur tête dans une sorte de cône de plastique qui permet à la préposée de couper la pointe de poil noir de leurs oreilles, afin de les différencier.


Problèmes de logistique

 

La curiosité des trois nouveaux lynx de 2013 — déjà de bons grimpeurs — pose aussi des problèmes de logistique pour le Biodôme. La préposée aux soins des félins explique que des obstacles ont dû être installés au sommet de certains arbres pour stopper les tentatives d’évasion de l’espace circonscrit pour eux. La mère et ses petits doivent également partager le même habitat que le mâle. Il y est seulement la nuit, quand la femelle et les jeunes sont dans leur « quartier de nuit ».

 

Le fait qu’ils n’aient absolument pas la liberté de mouvement dont bénéficient leurs congénères en liberté représente un défi supplémentaire. « Il faut complexifier et modifier parfois l’habitat pour éviter, autant que possible, que les animaux s’ennuient. On ne veut pas qu’ils développent des comportements stéréotypés de va-et-vient », fait valoir Bianca Tinker. Ils ont aussi parfois droit à des variations de leur menu quotidien, fait à base de viande préparée et de rats.

 

Quand Le Devoir est passé au Biodôme mercredi, on venait tout juste d’ajouter de la neige. Les jeunes, qui en étaient à leur premier contact avec la neige, y ont tout de suite vu une occasion de jouer. Même la mère s’est mise de la partie.


Échanges nord-américains

 

Ces lynx, qu’on ne verrait pour ainsi dire jamais dans la nature, se retrouvent tout de même confinés dans un espace clos. Mais le fait que le couple du Biodôme se reproduise donne à penser qu’ils sont bien adaptés à leur milieu. « Normalement, quand nous sommes en présence de reproduction, ça démontre un certain bien-être de l’animal. C’est un comportement naturel. Et un animal stressé n’aura pas tendance à se reproduire », explique Bianca Tinker, qui côtoie le mâle et la femelle depuis leur arrivée, en 2006.

 

Heureuse nouvelle donc, que cette reproduction réussie. Mais que faire des bébés lynx, qui seront bientôt trop grands pour rester avec leur mère ? Ils ne peuvent être relâchés dans la nature, puisqu’ils n’ont pas appris les comportements de prédation et de crainte de l’être humain qui leur permettraient de survivre en pleine forêt.

 

Le Biodôme fait partie d’un réseau nord-américain de jardins zoologiques qui ont, eux aussi, des lynx. Un programme gère le cheptel de façon à diversifier autant que possible le bassin génétique des félins. Il se peut que les trois jeunes soient envoyés dans trois lieux différents, ou encore qu’un jeune demeure à Montréal. Rien n’a encore été décidé. Chose certaine, les nouveaux venus resteront en ville pour le temps des Fêtes.

 

Les jeunes lynx à un mois:



Les jeunes lynx à trois mois, dans leur habitat:

6 commentaires
  • Jacqueline Rioux - Abonnée 19 décembre 2013 09 h 30

    J'ai vu des lynx dans la nature

    J'ai eu cette chance inouïe de voir une femelle avec ses deux petits il y a 5 ans environ, à la fin du mois d'août ou au début du mois de septembre. Je marchais sur le chemin qui mène à mon chalet, en Abitibi.

    Ils étaient sur un rocher et se préparaient sans doute à traverser le chemin qui mène à une partie plus sauvage de la forêt. Je n'ai ressenti aucune peur, mais je n'ai pas tenté de les approcher, je suis restée immobile à les regarder pendant un petit moment. Eux non plus ne bougeaient pas, la mère me regardait elle aussi. Je suis repartie un peu à contre coeur pour ne pas les déranger et leur permettre de traverser la route.

    À la suite de cette expérience, je me dis qu'on en croise peut-être parfois sans le savoir parce qu'ils se fondaient très bien avec la couleur du rocher.

  • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 19 décembre 2013 12 h 27

    Tellement ridicule

    Ces lynx ne seraient-ils pas plus heureux de jouer dans la neige à l'extérieur ? Ne les prive-t-on pas de l'essentiel ? Même s'ils ont une prison dorée ?

    • Robert Léger - Inscrit 19 décembre 2013 15 h 46

      On peut en dire autant de tous les animaux que vous avez mangé dans votre vie ! (Et ne me dites pas que vous êtes végétarien depuis votre naissance...)

      La vérité, c'est qu'il faut faire un maximum pour assurer le bien-être des animaux, quels qu'ils soient, mais il faut éviter de faire de l'angélisme...

    • Jean-Marie Francoeur - Inscrit 21 décembre 2013 13 h 34

      À m. Léger
      Les animaux destinés à la table et les sauvages ne se comparent pas. Les premiers sont destinés à nourrir, les autres à vivre leur vie d'animal sauvage dans leur milieu. Bien entendu les premiers doivent bénéficier des meilleurs traitements, comme c'est le cas en Europe où la législation améliore les élevages de porcs, boeufs, poulets etc.

      Étendre de la neige dans une cage intérieure lorsque Dame nature en fournit à profusion dehors est totalement ridicule.

      Et oui, je suis pour le végétarisme. Pour plusieurs raisons. Mais je ne suis pas allergique à la viande, loin de là. Tôt ou tard l'humanité devra se tourner un peu plus vers le végétarisme, car il produit davatange de nourriture et moins de pollution.

  • Marie-France DOUCET - Inscrit 19 décembre 2013 13 h 21

    Petit cadeau de Noel!

    Merci, Alexandre, pour ce bel article qui réveille la joie des fêtes. C'est vraiment magnifique de voir évoluer les chatons, même si leur véritable place est en nature. Au moins, ils sont bien traités et rendent les gens heureux durant de bons moments.