Un pipeline, et alors?

Sandra Bouchard, qui a déménagé dans le secteur il y a de cela quelques mois, ignorait jusqu’à la présence du pipeline. Sa maison se trouve à une quarantaine de mètres du tuyau.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Sandra Bouchard, qui a déménagé dans le secteur il y a de cela quelques mois, ignorait jusqu’à la présence du pipeline. Sa maison se trouve à une quarantaine de mètres du tuyau.
Rue du Rhône, à Terrebonne. Dans ce quartier résidentiel on ne peut plus tranquille, la limite de vitesse est fixée à 30 kilomètres à l’heure. Les enfants se rendent à pied à l’école primaire Bernard-Corbin, ou encore aux terrains de soccer et de baseball situés juste à côté. Chemin faisant, ils peuvent toutefois croiser une des nombreuses affiches portant le logo d’Enbridge, avec en dessous cet avertissement : « Attention, oléoduc sous haute pression ».

L’oléoduc 9B opéré par la pétrolière albertaine traverse en effet du nord au sud ce secteur où vivent des centaines de familles. Il passe littéralement dans leur cour, à une dizaine de mètres des maisons. Dans plusieurs cas, ce tuyau de 30 pouces de diamètre enfoui à quelques pieds de profondeur se trouve entre le cabanon et la piscine hors terre. Sur les clôtures qui délimitent les terrains, on peut d’ailleurs voir les affiches d’Enbridge indiquant le lieu de passage du pipeline qui fera bientôt couler 300 000 barils de pétrole brut de l’Ouest jusqu’à Montréal.

Si les habitants sont généralement au fait de la présence de cet oléoduc sous leur gazon, ils ne sont pas tous au courant des visées d’Enbridge. C’est Le Devoir qui a appris à Wendy que l’entreprise compte inverser le flux du pipeline 9B et augmenter la capacité de ce tuyau, actuellement sous-utilisé. « Je ne savais pas que j’étais concernée. Ils ne nous ont pas informés. Je ne savais pas qu’il s’agissait du pipeline qui passe dans ma cour, lance cette jeune mère de famille, visiblement surprise. Quel cave va accepter ça sur son terrain ? Moi, il faut croire. En même temps, c’est notre terrain. Est-ce qu’on peut dire non ? Parce que c’est inquiétant. Mes enfants jouent au-dessus. »

Sandra Bouchard, qui a déménagé dans le secteur il y a de cela quelques mois, ignorait jusqu’à la présence du pipeline. Même chose, donc, pour le projet qui fera transiter par Terrebonne du pétrole de schiste et des sables bitumineux. Ni elle ni ses voisins n’en ont entendu parler, dit-elle. « C’est le fun à savoir », ajoute-t-elle, ironique. Il faut dire que l’oléoduc ne traverse pas son terrain. En fait, sa maison se trouve à une quarantaine de mètres du tuyau.

Loin des regards

Mais comment se fait-il qu’un oléoduc puisse côtoyer d’aussi près un tel milieu de vie ? En fait, l’oléoduc 9B a été construit en 1975. À l’époque, ce quartier de Terrebonne n’existait tout simplement pas. Lors du développement résidentiel, aucun couloir distinct n’a été prévu. Invisible parce qu’enfoui, le pipeline s’est fait oublier.

Plusieurs des gens rencontrés dans le quartier ont d’ailleurs souligné qu’ils n’avaient jamais eu vent d’incidents liés à sa présence. Ayant eu une idée assez vague du projet d’inversion, aucun n’a manifesté de grandes craintes. « Sur le plan sécuritaire, ça ne m’inquiète pas. Un refoulement d’égouts pourrait être plus néfaste pour la santé », illustre Majid.

Même si l’oléoduc passe dans sa cour, Majid précise n’avoir jamais eu la moindre « formation » sur les mesures à prendre « en cas d’urgence ». Lui et sa femme ont d’ailleurs vécu pendant des années sans entendre parler d’Enbridge, ou presque. La pétrolière distribue en effet, de temps en temps, des aimants pour réfrigérateurs. Le numéro à composer en cas d’incident y est inscrit.

Depuis trois ans, la pétrolière se fait toutefois plus présente à Terrebonne, ont souligné plusieurs résidants. « Nous n’avons pas entendu parler d’eux pendant des années, et maintenant, ils nous harcèlent », lance Majid. Selon ce qu’il explique, l’entreprise lui demande de démolir une partie de son patio, qui surplombe le pipeline. Elle veut être en mesure de repérer toute fuite lors des survols effectués en hélicoptère, mais aussi avoir accès au tuyau en cas d’urgence. « On ne s’obstine pas avec une multinationale. On se fait tout petit. On essaie de négocier », concède-t-il.

Négociations

Certains de leurs voisins ont tout simplement refusé de donner leur nom au Devoir, craignant de nuire à d’éventuelles discussions avec Enbridge. La pétrolière prévoit en effet des travaux d’excavation directement dans la cour des gens au début de 2014, soit quelques mois avant l’inversion du flux. Il serait question de réparer des sections de l’oléoduc.

Des négociations individuelles ont donc lieu avec des propriétaires au sujet du dédommagement financier qui leur sera offert. Sylvie et Pierre (noms fictifs) estiment qu’ils n’ont pas les connaissances nécessaires pour mener ce genre de tractations. Ils jugent cependant qu’Enbridge agit de bonne foi et qu’elle est ouverte au dialogue. Ils soulignent aussi qu’ils reçoivent régulièrement des dépliants d’information de la part de l’entreprise. Mais c’est Le Devoir qui a expliqué le projet d’inversion à la famille.

Réjean Landry, lui, n’est pas rassuré par les bons mots de la multinationale. Il dit craindre un bris de ce pipeline de près de 40 ans. « Et si jamais il y a un accident, que le tuyau pète, qui va payer ? À Lac-Mégantic, on ne sait pas encore qui va payer. C’est nous autres. Et cette compagnie-là vient d’où ? D’Alberta ! »

Passage à Laval et Montréal

Outre Terrebonne, le pipeline traverse des secteurs résidentiels de Mirabel, Laval et Rivière-des-Prairies. Pour ces deux dernières villes, il se trouve dans un couloir derrière les cours des résidants. Pendant des années, ils pouvaient utiliser cette portion de terrain. Mais depuis deux ans, Enbridge a fait dégager ce couloir et il est désormais clôturé.

Comme à Terrebonne, plusieurs résidants de Laval, voisins de l’oléoduc, ignorent tout du projet d’inversion de la ligne 9B. « J’ai vu ça à la télé, mais je ne savais pas qu’il était question du pipeline situé dans ma cour. Je me disais : ça ne passera pas ici », avoue Isabelle. Le pipeline passe à quelques mètres derrière sa piscine hors terre et les balançoires de ses enfants.

« Je ne savais pas qu’il y avait un pipeline, je pensais que c’était un terrain d’Hydro-Québec », disait aussi cette semaine une femme qui réside dans le quartier Saint-François-de-Laval. Près de chez elle, au coin des rues Mélisande et Marius-Barbeau, le pipeline passe sous un arrêt abribus scolaire et municipal, près d’une affiche où on peut lire : « Attention à nos enfants ».

À Rivière-des-Prairies, où l’oléoduc passe entre la 57e et la 58e Avenue, les personnes rencontrées étaient plutôt indifférentes au projet, ou alors en ignoraient les détails. « Je n’ai eu aucune information d’eux. J’en ai plus entendu parler à la radio », déplore Kevin. « Que ça passe dans un sens ou dans l’autre, pour moi, ça ne va rien changer », laisse tomber François en ouvrant sa porte au Devoir. Selon lui, le battage médiatique est surtout dû au « lobby environnemental ». Il dit d’ailleurs avoir appris l’existence de cette infrastructure de transport d’énergie fossile dès l’achat de sa maison. « Le notaire nous l’a dit rapidement. Mais j’ai confondu oléoduc et aqueduc. »

 
Afficher Tracé de l'oléoduc en territoire québécois sur une carte plus grande
31 commentaires
  • Raymond Chalifoux - Inscrit 7 décembre 2013 07 h 24

    "Servitude"? Ça vous dit quelque chose?

    C'est à croire qu'il n'y aurait aucune mention de "servitude" dans les certificats de localisation/plans d'implantation, et autres documents "notariés" que ces gens-là ont signés et qu'ils ont dans leur filière "ma résidence"...

    De un...

    Et de deux... comment peut-on avoir émis des permis de construction résidentielle en pareil endroit?

    Ah!, le monde municipal... Je vois d'ici les pressions de la Chambre de Commerce locale: "Aïe! Come on! monsieur le maire, ça va créer des jobs, de la business, des revenus de taxes foncières, on peut pas se priver de cette manne-là, vous avez déjà de la misère à arriver dans votre budget... Il faut sauter sur l'occasion, monsieur le maire!!")

    La question n'est pas de savoir si, mais où et quand ça va fuir, ce gros boudin.. Et combien de temps cela prendra pour s'en apercevoir... Alors que le flux, lui, les 300,000 barils par jour (12,500 à l’heure, votre honneur) se moque pas mal des garderies en milieu familial, si je puis m'exprimer ainsi... Fait que…

    • Hélène Paulette - Abonnée 8 décembre 2013 10 h 11

      @Chalifoux: commentaire très pertinent. On s'y croirait!

  • Simon Pelchat - Abonné 7 décembre 2013 07 h 54

    La responsabilité est aussi individuelle

    Je m'explique mal ce niveau de désinvolture de la part des personnes qui risquent d'être touchées personnellement par un accident sur cet aléoduc, ni le silence des municipalités concernées et leur responsabilité à informer leurs citoyens de l'existence et des risques de cet aléoduc. Qui peut après la tragédie du Lac Mégantic faire confiance à des compagnies et au Gouvernement Harper qui a abdiqué la responsabilité de la protection des citoyens en laissant le contrôle des inspections aux entreprises elles-mêmes qui sont devenues juge et parti. Il n'est pas question de freiner le développement mais de tirer les leçons des nombreux évènements récents. Soyons vigilants et protègons-nous en fixant nos conditions pour l'utilisation de notre patrimoine. Tout se négocie,les entreprises le savent elles.

  • Roland Berger - Inscrit 7 décembre 2013 08 h 08

    Lac-Mégantic récupéré

    La tragédie de Lac-Mégantic a été si bien récupéré par l'industrie pétrolière qu'un malin pourrait penser qu'elle a été planifiée pour assurer le feu vert à l'inversion de la pipeline Sarnia-Montréal. Je sais, aucun industriel ne pourrait étouffer sa conscience à ce point.

    • Christian Gagnon - Abonné 8 décembre 2013 00 h 04

      Lac Mégantic était-il vraiment un accident?

    • Michel Richard - Inscrit 9 décembre 2013 09 h 30

      C'est sûr que Lac Mégantic était un accident. J'espère tout de même qu'on est pas rendus à imaginer que quelqu'un quelque part a fait exprès pour que les événements de Lac Mégantic se produisent.

      Voyons donc.

  • Michel Vallée - Inscrit 7 décembre 2013 08 h 43

    J’ai confondu oléoduc et aqueduc

    Comment peut-on encore parler de démocratie, quand les citoyens sont si peu informés sur les enjeux sociaux ?

    Les élections ? La belle affaire ! Les dés sont pipés ; par exemple, qui aurait cru lorsqu’il était dans l’opposition, que le PQ de Mme Marois ferait fi des enjeux environnementaux de cette nature ?

  • Claude Smith - Abonné 7 décembre 2013 08 h 51

    Je ne comprends pas

    Avec toute l'information qui a été véhiculée dans les médias, je ne comprends pas qu'il existe encore des personnes qui ne soient pas au courant du projet d'Enbridge, tout particulièrement si ces dernières sont directement concernées.

    Claude Smith

    • Sylvain Auclair - Abonné 8 décembre 2013 13 h 11

      Mais il y a tellement d'autres sujets bien plus imporants, comme les victoires du Canadien ou les amours de nos artistes.

    • Lise Thibault - Inscrite 9 décembre 2013 07 h 56

      "L'ignorance crasse", c'est exactement çà.

    • Christian Gagnon - Abonné 9 décembre 2013 12 h 47

      Plus dApplication pour te faire oublier le désastre écologique en cours ... plus et plus pour ton iPhone ou iPad et autre écran voleur d'âme!

    • François Ricard - Inscrit 10 décembre 2013 05 h 45

      De là l'importante existence des groupes environnementaux et la nécessité pour nous de les appuyer.