Mauvais pour le climat, bon pour Harper

«Le Canada possède les troisièmes réserves pétrolières prouvées dans le monde et il est donc en mesure de répondre à la demande accrue des nouveaux marchés», a souligné le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, ci-dessus devant les installations de la pétrolière Suncor.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir «Le Canada possède les troisièmes réserves pétrolières prouvées dans le monde et il est donc en mesure de répondre à la demande accrue des nouveaux marchés», a souligné le ministre fédéral des Ressources naturelles, Joe Oliver, ci-dessus devant les installations de la pétrolière Suncor.

Le monde a de plus en plus soif de pétrole et la tendance n’est pas près de s’essouffler, conclut l’Agence internationale de l’énergie dans un rapport rendu public mardi. Le gouvernement Harper a accueilli « avec plaisir » les nouvelles prévisions de consommation mondiale d’énergies fossiles, même si celles-ci entraînent l’humanité sur la voie de bouleversements climatiques aux conséquences dramatiques.

« Les émissions de gaz à effet de serre, dont les deux tiers proviennent du secteur de l’énergie, sont toujours sur une trajectoire dangereuse. Si nous restons dans cette voie, nous n’arriverons pas à nous approcher de l’objectif international de limiter le réchauffement climatique mondial à deux degrés », a averti Maria van der Hoven, la directrice générale de l’Agence internationale de l’énergie (AIE), en présentant le World Energy Outlook.

 

Cette étude prospective, publiée sur une base annuelle, indique justement que la « trajectoire dangereuse » s’accentue. L’AIE a ainsi revu cette année à la hausse ses prévisions de consommation mondiale de pétrole à l’horizon de 2035. L’humanité consommera alors 101 millions de barils par jour, soit 14 millions de plus qu’à l’heure actuelle. Le charbon — le plus polluant des combustibles — prendra aussi plus de place en raison de l’appétit des grands pays émergents.

 

En fait, les projections de l’AIE démontrent que la consommation d’énergies fossiles connaîtra une croissance significative. Elles devraient encore représenter 75 % de l’ensemble de l’énergie consommée en 2035.

 

Ottawa se réjouit

 

La croissance continue de la consommation de pétrole est une excellente nouvelle, a commenté mardi le gouvernement de Stephen Harper. « Au cours des 20 prochaines années, cette demande en expansion constante sera satisfaite grâce à l’augmentation de la production de pétrole non classique, a déclaré le ministre canadien des Ressources naturelles, Joe Oliver, par voie de communiqué. Le Canada possède les troisièmes réserves pétrolières prouvées dans le monde et il est donc en mesure de répondre à la demande accrue des nouveaux marchés et des marchés en expansion comme la Chine et l’Inde. »

 

Les réserves canadiennes sont évaluées à 172 milliards de barils, dont 168 milliards dans les controversés sables bitumineux. De quoi militer encore davantage pour le développement de projets qui permettront aux pétrolières actives en Alberta de commercialiser leur production croissante. Le transport de cette ressource fossile nécessitera la construction d’oléoducs et le recours aux convois ferroviaires.

 

L’humanité écope

 

Ce qui est en apparence une bonne nouvelle pour l’industrie pétrolière est toutefois de mauvais augure pour le climat planétaire. L’AIE évalue ainsi que les émissions de gaz à effet de serre liées à l’énergie augmenteront de 20 % d’ici 2035, même avec les efforts déjà annoncés sur une base volontaire par les États.

 

Or, une telle croissance « laisse le monde sur une trajectoire cohérente avec un réchauffement à moyen-long terme des températures de 3,6 °C, bien au-delà de l’objectif affiché internationalement de 2 °C », a souligné l’AIE mardi. Cette organisation de l’OCDE avertissait plus tôt cette année que le bond appréhendé du thermomètre mondial « aurait des conséquences désastreuses en matière d’événements climatiques extrêmes et d’élévation du niveau de la mer, et entraînerait d’énormes coûts économiques et sociaux ».

 

Selon la Banque mondiale, de graves pénuries alimentaires sont aussi à prévoir. Celles-ci frapperaient notamment l’Afrique, qui risque de voir à terme sa production agricole totale reculer de 10 % d’ici à 2050. Dans certains pays du continent le plus pauvre du globe, mais aussi en Asie du Sud-Est, la part des populations en état de malnutrition risquerait de grimper « de 25 % à 90 % ». Et c’est sans compter les impacts sur la biodiversité. On risque de voir de nombreuses espèces animales et végétales être portées au seuil de l’extinction en raison des modifications majeures de leurs habitats.

 

Appel à l’action

 

Mais pour le moment, non seulement rien ne semble ralentir la demande mondiale d’énergie fossile, mais nul ne sait si la communauté internationale pourra s’entendre sur un accord contraignant de réduction des émissions de gaz à effet de serre. Plus de 190 pays sont réunis depuis lundi à Varsovie pour la 19e conférence sur le climat de l’ONU. Ils doivent justement tenter de poser les bases de l’accord mondial attendu en 2015 à Paris.

 

La Banque mondiale a d’ailleurs appelé mardi à mettre un terme aux querelles « stupides » sur la réalité des changements climatiques et à passer à l’action devant l’onde de choc du typhon qui vient de frapper les Philippines. « Ces événements arrivent de plus en plus souvent, comme l’avaient prédit les experts scientifiques sur le climat », a insisté le président de l’institution, Jim Yong-kim.

 

Selon lui, la responsabilité humaine dans le processus ne fait plus aucun doute. M. Kim a ainsi souligné que « 95 % des experts scientifiques sur le climat sont d’accord pour dire que le changement climatique anthropique [créé par l’homme] est une réalité et qu’il faut agir, faute de quoi les conséquences seront graves ».

 

Avec l’Agence France-Presse

59 commentaires
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 novembre 2013 04 h 55

    Réjouissance

    N'avons-nous pas vue en fin de semaine passé la plus grande tornade jamais enregistré au monde... à date ?

    Réjouissons-nous, nous allons tous mourir riche !

    PL

    • Sylvain Auclair - Abonné 13 novembre 2013 08 h 56

      Quelle tornade? Ne confondez-vous pas tornade et ouragan?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 09

      Peut-on s'entendre qu'il n'a jamais venté aussi fort peu importe le nom qu'on lui donne ?

    • Danielle - Inscrit 13 novembre 2013 10 h 30

      Qu'il s'agisse de tornades, d'ouragans, d'inondations monstres ou autres types de catastrophes écologiques, il s'agit de conséquences directement liées aux changements climatiques et dont l'être humain est en grande partie responsable. Jouer avec les mots est ridiculisé et minimuisé l'importance de la ''chose'', soit notre responsabilité. Si la trajectoire humanitaire se poursuit comme maintenant, plus personne ne rira demain et là, il sera trop tard!

    • Sylvain Auclair - Abonné 13 novembre 2013 10 h 50

      Pas vraiment. On n'a jamais réussi à mesurer la vitesse du vent dans une tornade importante, mais on l'évalue à environ 500 km/h. Heureusement, les tornades sont très petites et se déplacent vite (elles peuvent dépasser 100 km/h).

      Les ouragans sont très grands (souvent des centaines de kilomètres de diamètre) et se déplacent plus lentement (20 à 50 km/h); leurs effets durent donc des heures. Le récent cyclone (synoyme d'ouragan et de typhon) avait des vents de près de 300 km/h près de son œil.

    • Michel Richard - Inscrit 13 novembre 2013 11 h 33

      Mme Houle,
      Il est absolument impossible de faire un lien entre le typhon qui vient de frapper les Philippines et un quelconque réchauffement de la planète. Aucun scientifique qui se respecte n'oserait faire ce lien, de proche ou de loin.
      D'ailleurs, la planète, cette année, est à peu près à la même température que l'an passé, et l'année d'avant.
      Le réchauffement dont tout le monde parle, c'est pour dans 20 ans ou dans 50 ans, si les modèles utilisés s'avèrent corrects.

      Ceci étant dit, ça change rien à la calamité qui vient de frapper les pays de l'autre bord du Pacifique.

    • Pierre Vaillancourt - Abonné 13 novembre 2013 14 h 31

      @ Michel Richard

      Il est vrai qu' aucun scientifique sérieux n'affirmera qu'il y a un lien entre le échauffement climatique et la force des typhons ou des ouragans, tout simplement parce que pour faire une telle affirmation scientifique, il faudrait que cela soit prouvé hors de tout doute raisonnable, tout comme on sait hors de tout doute raisonnable que la cigarette cause le cancer, même s'il subsiste encore quelques doutes.

      Toutefois, tous les scientifiques sérieux seront d'accord pour dire que la force des ouragans est directement liée à la température de l'eau où se développent les tempêtes tropicales qui deviennent des ouragans ou des typhons.

      Alors mis à part les quelques négationnistes qui subsistent - car il y a encore des gens qui contestent des évidences telles que le concept de l'évolution, par exemple - tout le monde s'entendra pour dire ceci :

      a) le réchauffement climatique existe et est causé notamment par l'activité humaine, du moins selon une certitude à 95 %, exactement comme celle qui affirme que la cigarette cause le cancer;

      b) comme le réchauffement existe, il est normal de s'attendre à ce que la température de l'eau des océans augmente éventuellement, au moins à certains endroits sur la planète;

      c) en conséquence, il est normal de s'attendre à ce que, maintenant ou plus tard, le réchauffement climatique contribue de manière significative à l'augmentation de la violence des ouragans et des typhons.

      Tout cela n'est pas encore démontré scientifiquement hors de tout doute, c'est vrai, pas plus qu'on a prouvé scientifiquement que les gens démontrant une plus grande empathie pour autrui sont généralement plus sensibilités à la question des impacts du réchauffement climatique et que les adeptes de Milton Friedman sont en général des personnes moins sensibles aux valeurs humanitaires.

      Quand je parle à un imbécile idiot, je n'ai cependant pas besoin de preuve scientifique pour m'en rendre compte.

    • Michel Richard - Inscrit 13 novembre 2013 15 h 04

      Pourquoi je me sens traité d'imbécile idiot ? Je vous ai rien fait ! J'ai juste dit que la mer est à peu près la même température que l'an dernier (c'est strictement vrai) et que l'année d'avant (idem).
      Et qu'on pouvait pas faire de lien entre le typhon des derniers jours et le réchauffement de la planète. (encore une fois, strictement vrai).

      Alors ça doit être parce que mes opinions sont en général différentes des vôtres. Pas fort.

    • Luc Falardeau - Abonné 13 novembre 2013 15 h 40

      @ Pierre Lefebvre . J'ai pris votre commentaire "nous allons tous mourir riches" comme de l'ironie... C'est pas tout le monde qui apprécie ce genre d'humour au 2e degré.

    • Pierre Vaillancourt - Abonné 13 novembre 2013 18 h 30

      @ M. Richard.

      1. Je ne vous ai pas traité d'imbécile idiot, VOUS avez choisi de mettre le chapeau.

      2. Mais il vrai que je vous réponds de manière assez directe, non pas parce que vous avez des opinions qui sont généralement différentes des miennes, mais bien parce que vous affirmez clairement dans votre premier courriel que le réchauffement climatique est pour dans 20 ans ou 50 ans, en affirmant pour preuve que la température des océans n'a pas bougé l'an passé et l'année d'avant (selon quelles études, quels chiffres ?) et en cela, vous niez ce qui a été clairement démontré, tout autant qu'il a été démontré que la cigarette cause le cancer.

      C'est cela qui n'est pas fort, que je dénonce et que je continuerai de dénoncer.

      Voilà, monsieur.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 14 novembre 2013 07 h 32

      L'ironie M. Falardeau, c'est tout ce qui me reste pour démontrer mon manque de patience devant la stupidité humaine.

      Je pourrais crier, sauter partout, me promener avec des tonnes de pancartes, m'arracher le reste des cheveux qui me poussent encore sur la tête, tout ce que j'obtiendrais c'est de me faire enfermer. Pas ma tasse de thé, je suis bien chez-moi à faire comme tout le monde ici : exposer ma frustration à ma manière. Vous n'aimez pas ? Libre à vous. Et je vous invite à exposer la vôtre comme vous le désirez. Et je vais faire un effort pour trouver vos points de vue; vous m'avez rendu curieux.

      En tout respect.

      PL

    • Luc Falardeau - Abonné 15 novembre 2013 10 h 51

      Pour ma part M. Lefebvre, votre ironie et votre franchise sont appréciées... En effet, une bonne partie de la population est réduite à exposer sa frustration dans les colonnes des commentaires de réaction en bas des articles de journaux électroniques (et je m'inclus à l'occasion)... Triste constat.

      Je sais toutefois qu'on peut faire mieux... Il suffit de se regrouper pour défendre des valeurs communes et de faire partie de l'article plutôt que des commentaires de réaction en bas de l'article... Plus facile à dire qu'à faire cependant... car dans la réalité médiatique ou politique, on peut être victime de diner de cons...

      Nul besoin cependant de s'arracher le reste des cheveux ou de se faire enfermer... On est si bien devant notre tasse de thé comme vous le dites... Lâchez pas !

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 16 novembre 2013 06 h 05

      M. Falardeau, ce que j'ai remarqué dans les regroupements, c'est qu'il y a autant de monde d'un côté comme de l'autre. On fini par jouer au souc à la corde et on va nul part.

      Je commence à comprendre la position de Trudeau junior quand il dit que la Chine l'impressionne : Si t'es pas d'accord avec le gouvernement, c'est les travaux forcés. Moralement à condamner, mais efficace ! Il ne reste qu'à souhaiter que ce soir votre gang qui soit au top. Vous avez 50% des chances; c'est mieux que la Loto !

      Bonne journée.

      PL

  • François Beaulé - Abonné 13 novembre 2013 05 h 18

    Le méchant Zorglub

    Pour comprendre un tant soit peu les nouveaux monstres qui nous dirigent, il faut relire les aventures de Spirou et Fantasio et connaître le personnage de Zorglub créé en 1961 par André Franquin dans «Z comme Zorglub». Voir http://www.spirouworld.com/zorglub.htm

    Mais Zorglub était comique alors que Joe Oliver ne l'est pas du tout.

  • Alexie Doucet - Inscrit 13 novembre 2013 05 h 51

    Le monde a de plus en plus soif de pétrole ?

    Rectification: Le monde a de plus en plus soif d'énergie... et l'avenir appartient à ceux qui développeront la plus propre!

    • Jean Richard - Abonné 13 novembre 2013 08 h 10

      Il n'y a pas d'énergie propre. Toute forme de transformation de l'énergie (solaire à l'origine) implique une modification, voire une perturbation de l'environnement.

      On parle trop de soif de pétrole et pas assez de soif d'énergie. C'est la seconde qui est la plus inquiétante.

    • Claude Smith - Abonné 13 novembre 2013 08 h 51

      M. Richard, est-ce qu'on peut s'entendre sur le fait qu'il y a des énergies qui perturbent d'avantage que d'autres.

      Quand aux conservateurs et leur réjjouissance que la consommation du pétrole augmente, ils sont un exemple de la stupidité humaine.

      Claude Smith

    • Jocelyne Lapierre - Abonnée 13 novembre 2013 09 h 10

      Il y a une trentaine d'années environ, les pays développés, je me souviens, commençaient à peine à se sensibiliser sur les questions environnementales et le renouvellement des ressources naturelles, quand soudainement, les pays sous-développés ou peu industrialisés sont devenus des pays émergents avec la mondialisation de l'économie, répondant à un besoin criant des investisseurs et des grands propriétaires de ce monde de faire plus de profits. C'est ainsi que pendant qu'on tentait de sensibiliser les populations des pays développés qu'il fallait économie sur notre consommation d'énergie, on conditionnait les populations des pays émergents à prendre goût à la consommation. Du coup, tous les idéaux écologiques sont partie en fumée et ont fait place à des crises alimentaires et des désastres écologiques sans précédent.

      Vous avez raison, monseiur Richard, c'est l'avarice et la gloutonnerie qui sont inquiétants, et surtout le fait que nos économies sont fondés sur la consommation et les profits.

    • Damien Tremblay - Inscrit 13 novembre 2013 11 h 08

      Une soif qui va de plus en plus provoquer des inondations et des désertifications. Paradoxal et fatal? NON! Ce sont les réajustements normaux du biotope planétaire.

    • Luc Falardeau - Abonné 13 novembre 2013 11 h 55

      @ Damien Tremblay. Une soif qui va de plus en plus provoquer des inondations et des désertifications. Paradoxal et fatal ? ... Les réajustements du biotope planétaire incluant l'humain peuvent ils se produire à un rythme accéléré ? J'en doute.

    • Luc Falardeau - Abonné 13 novembre 2013 15 h 11

      @ Alexie Doucet. Vous m'enlevez les mots de la bouche... En effet, le pétrole n'est pas la seule source d'énergie pour apaiser cette soif insatiable.

      Subtilement, par leurs choix de mots, certains journalistes font le jeu de l’industrie pétrolière qui essaie de nous inculquer l'idée que le pétrole et l'énergie, c'est égal… et que les autres sources d’énergies sont marginales et donc indignes de mention.

      Les médias se font trop souvent volontairement ou non, les porte-voix de l'industrie pétrolière dans cette guerre de marketing entre les énergies renouvelables et les non-renouvelables.

    • LAURENT PRADIES - Inscrit 14 novembre 2013 02 h 27

      ERREUR !
      Sans doute est-ce le fait d'une certaine ignorance des questions énergétiques...
      En premier lieu, la première source d'énergie est l'économie d'énergie, efficacité énergétique; isolation, réduction des circulations inutiles..etc...le Canada peut diviser par 2 sa consommation sans changer le mode de vie des habitants tout en créant des emplois dans les activités liées à cette réduction...
      la géothermie, l'éolien, le solaire fournissent des alternatives qui correspondent dans les pays tempérés (Allemagne, Danemark...etc..) à 15 à 25 % de l'énergie nécessaire...la force des courants marins est insuffisemment utiliséeet peut fournir une énergie majeure à la presque totalité des pays du monde, sachant que 75 % des humains vivent à moins de 50 km de la mer, c'est sur les littoraux que se trouvent presque toutes les grandes métropoles mondiales ...
      Un bus, c'est l'équivalent de 40 voitures à pétrole, un tramway, c'est 150 à 200 voitures...etc...est-il nécessaire d'éclairer stationnement, routes, bureaux après 11 h le soir...il y a des éclairages économes...etc..l'humain a été capable d'inventer des équipements de destruction, il peut inventer autre chose...rien n'est obligé, mais choisi .

  • Guy Lafond - Inscrit 13 novembre 2013 05 h 57

    Sables mouvants


    De plus en plus, je pense à vendre ma voiture à essence. Mais qui va vouloir l'acheter?

    Est-ce qu'on s'enfonce dans des sables mouvants?

  • Gilbert Fafard - Inscrit 13 novembre 2013 06 h 13

    Les vrais coupables

    Réchauffement climatique et consommation de pétrole.Cela donne froid dans le dos même si notre planète se réchauffe.
    Sommes-nous des assassins en puissance lorsque la plupart des scientifiques s'accordent pour dire que l'impact du réchauffement planétaire à pour conséquence directe une diminution de la production alimentaire dans certaines parties du monde.Le cause à effet....c'est mortel.

    • Julie Carrier - Inscrite 15 novembre 2013 11 h 54

      Vous devriez demander plutôt aux Consevateurs s'ils se sentent eux des assassins en puissance..