Exploitation pétrolière - Un préjugé favorable qui inquiète les environnementalistes

Les groupes environnementaux s’inquiètent du préjugé favorable du gouvernement Marois envers l’exploitation pétrolière dans le golfe du Saint-Laurent. Ils estiment que le rapport de l’évaluation environnementale stratégique (EES) publié vendredi démontre sans l’ombre d’un doute que les risques sont mal connus et qu’une marée noire serait totalement incontrôlable.

 

« Le rapport indique clairement qu’il y a des lacunes importantes dans nos connaissances du Golfe et que les mesures pour répondre aux déversements sont déficientes, a souligné lundi Danielle Giroux, porte-parole de la Coalition Saint-Laurent. L’évaluation environnementale pour l’estuaire allait dans le même sens, et le gouvernement a décrété une interdiction totale de l’exploration et de l’exploitation pétrolière. Pourquoi est-ce que la ministre [Martine Ouellet] n’arrive pas à la même conclusion pour le golfe ? »

 

Le gouvernement Charest avait en effet commandé une évaluation environnementale stratégique portant sur l’estuaire du Saint-Laurent. Devant l’ampleur des risques environnementaux recensés dans l’étude, Québec avait décidé d’interdire aux pétrolières l’accès à ce milieu marin « complexe et fragile ». Tant d’un point de vue physique que biologique, l’estuaire et le golfe sont intimement liés, disent les scientifiques.

 

Dans le cas du golfe, le rapport de 800 pages de l’EES - rendu public vendredi sans préavis - insiste sur la méconnaissance des risques pour la faune et la flore, sur l’ignorance de l’impact des changements climatiques sur ce milieu et sur l’incapacité de répondre à un déversement pétrolier. La ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet, a toutefois réitéré la volonté des péquistes d’ouvrir le secteur pour la recherche d’énergie fossile. « On pense qu’il y a un intérêt économique pour le Québec de pouvoir exploiter son propre pétrole, a-t-elle dit au Devoir. Mais il faudra que ça se fasse avec les plus hauts standards environnementaux. »

 

Manque de connaissances

 

« Nous nous étonnons de voir le gouvernement mettre l’accent sur la création de deux comités, un technique et un économique, alors que le rapport déplore le manque de connaissances environnementales », a déploré Jean-Patrick Toussaint, chef des projets scientifiques à la Fondation David Suzuki.

 

Greenpeace condamne pour sa part la volonté du gouvernement Marois de lancer le Québec sur la voie de l’exploitation d’éventuels gisements d’or noir. « L’exploration et l’exploitation pétrolière comportent des risques majeurs dont le Québec peut bien se passer, a ainsi déclaré Charles Latimer, responsable de la campagne océans chez Greenpeace. La ruée vers l’or noir, que ce soit le projet de la ligne 9 [d’Enbridge], l’île d’Anticosti ou l’exploitation du site d’Old Harry, entraînerait davantage le Québec dans l’économie du passé qui augmente les risques associés aux changements climatiques et menace nos écosystèmes marins. »

 

Les groupes contactés par Le Devoir ont par ailleurs tous remis en question la décision de rendre public un tel rapport, très technique, un vendredi après-midi. Au cabinet de Martine Ouellet, on a affirmé vendredi que cette décision n’avait rien de « stratégique ».

4 commentaires
  • Robert Côté - Inscrit 17 septembre 2013 07 h 37

    Avancez par en arrière !

    Peu importe ou vous irez les politiciens sont issus d'un même moule.
    Plus au service de l'industrie qu'à celui des citoyens et de l'environnement.
    Pressés de présenter un bilan économique positif ils sont toute ouies(oui) aux compagnies qui leurs promettent des emplois.
    Subventions,allègements fiscaux,ententes secrètes,tout est possible.
    Avancez par en arrière ! A t-on vraiement besoin d'exploiter ce pétrole ? Devons nous encore accepter que les minières nous laissent des tonnes de déchets et partent avec des tonnes de profits ?

  • Éric Cyr - Inscrit 17 septembre 2013 08 h 54

    Martine! T'en a gros sur les épaules!

    Le PQ s'est fait élire en partie parce qu'il faisait miroiter un virage vert... ou serait-ce viroiter un mirage vert? ... en tk...

    Il a marché sur sa réputation et sur celle de Daniel Breton qu'il a trahit à peine quelques semaines après les élections.

    Si Martine Ouellet pouvait cesser de tergiverser et démissionner carrément, on saurait à quoi s'en tenir.

    Martine, il ne faut PAS permettre le pétrole dans le Golfe ni sur Anticosti. C'est une frontière qu'il ne faut pas franchir pour nous et pour nos descendants.

    --- Continuer de l'acheter pour quelque temps est bien peu cher payé pour sauvegarder notre environnement propre et vivable!

    Hier je lisais que Tesla préparerait pour 2015 une pile de 700km d'autonomie pour sa fameuse Tesla S

    L'électrification des transports devrait attirer toute votre attention car les hydrocarbures sont un poison d'un autre siècle, destructeur de santé, de faune et d'habitats. Nous risquons collectivement le cataclysme climatique.
    Les hydrocarbures c'est OUT!

    SVP ne faites pas du Québec le dernier territoire moribond de cette guerre Écosphères vs Pétrole qui s'achève, car le gagnant évident sera l'électricité propre du vent, de l'eau et du soleil.

    Pour moi Pauline est au service de Sagard et je souhaite à tous ceux qui se sont fait avoir en votant pour un PQ qu'ils croyaient vert de ne plus faire la même gaffe. Malheureusement, le seul parti qui tient à ses convictions et a un programme intelligent et parfaitement réalisable se fait ignorer par nos tellement "impartiaux" médias.

    Je rêve de la défection des politiciens de tous les partis qui croient que l'écologie est primordiale et que les compagnies doivent y être subordonnées, le sabordement de petits partis et la formation d'une coalition verte avec Québec-Solidaire.

    Ne sommes nous pas les champions des énergies propres sur ce continent?!?

  • LAURENT PRADIES - Inscrit 17 septembre 2013 09 h 00

    vieilles idées ...

    DEs idées qui ont l'âge de ce qui les soutiennent depuis 50 ans....par définition une classe politique au pouvoir est un groupe d'individus à qui on a toujours donné raison, pourquoi voulez-vous que spontanément ils se déjugent ?....les idées en vigueur ont forcément l'âge de ceux qui les portent, des gens qui ont eu 20 ans dans l'expansion industrielle du tout automobile des années 60' véhiculent aujourd'hui des idées qui ont 50 ans ... et ces gens sont élus par des individus du même âge ... de fait il est normal qu'en 2013 , il n'y ait pas eu d'évolution et que l'on soit conduit selon des idées vieilles d'un demi-siècle...c'est à dire inadaptées au monde actuel...sinon changez de personnel politique !!!

  • André Michaud - Inscrit 17 septembre 2013 19 h 39

    Une vie sans risque ?

    Si je ne traverse jamais la rue je ne risquerai pas d'accident..et encore plus si je reste toujours enfermé dans ma maison.

    Ceux qui ne prennent aucun risque dans leur vie sont ceux...qui ne font rien !

    Il est sûrement possible au XXI siècle d'exploiter du pétrole en minimisant les risques. Nous avons besoin en ce sens de bons scientifiques , pas d'alarmistes dont la seule solution est de ne rien faire.