La SAQ doit consigner ses bouteilles pour éviter l’accumulation dans les centres de tri, dit le FCQGED

La simple récupération des bouteilles de verre de la Société des alcools du Québec (SAQ) ne serait pas adéquate.

 

Karel Ménard, directeur général du Front commun québécois pour une gestion écologique des déchets (FCQGED), demande plutôt à la société d’État de les consigner pour mettre un terme à ce qu’il prétend être un problème du verre dans les centres de tri.

 

Dans une lettre ouverte, M. Ménard affirme qu’actuellement, les contenants de boisson non consignés en verre - constitués à 80 % de bouteilles de la SAQ - se cassent tout au long de la chaîne de recyclage, ce qui les rend impropres au recyclage et contamine les autres matières.

 

Depuis la fermeture de l’usine Klareco en avril dernier, le verre ne serait donc presque plus recyclé, mais plutôt entreposé dans les centres de tri ou utilisé comme matériau de recouvrement journalier dans les dépotoirs, ce que le directeur général du FCQGED qualifie « d’enfouissement déguisé ».

 

M. Ménard demande donc à la SAQ de consigner ses bouteilles de verre. La mesure comporterait en plus l’avantage d’augmenter la qualité et la valeur de toutes les matières recyclables, y compris le verre.

 

Accueil tiède de la SAQ

 

Cependant, Karel Ménard a expliqué en entrevue à La Presse canadienne que la SAQ n’était pas chaude à cette idée pour des raisons qu’il estime « nébuleuses ».

 

Il croit notamment que la société d’État ne tient compte que des coûts du projet - 60 millions de dollars pour l’implantation et de 20 à 40 millions annuellement pour le fonctionnement - sans prendre en considération les retombées pour la province.

8 commentaires
  • Sylvain Auclair - Abonné 8 août 2013 09 h 33

    Mais encore?

    Les consigner pour les réutiliser ou bien les consigner pour les recycler?

    • André Michaud - Inscrit 8 août 2013 12 h 13

      Comme le recyclage semble non rentable et techniquement très difficile, j'imagine que l'on propose de réutiliser ?

      Cependant , contrairement aux brasseries , la SAQ vend peu de vins qu'elle met elle-même en bouteille.

      Faudrait-il retourner les bouteilles à chaque producteur à travers le monde? Ça me semble absurde, non?

  • Marc Belliveau - Abonné 8 août 2013 13 h 11

    Taxe pour étendre le recyclage.

    Perso, je préfèrerais une taxe de recyclage qui permettrait de payer les frais de recyclage et d'en étendre le réseau. Ainsi, on aurait plus d'accessibilité au recyclage pour le cytoyen. D'un coté, on a besoin d'une usine pour recycler et d'un autre coté, c'est l'accès étendu au recyclage qui incite le plus grand nombre de cytoyens à recycler.

    • André - Inscrit 8 août 2013 20 h 46

      Je pense que la SAQ devrait OBLIGATOIREMENT reprendre ses bouteilles , tout comme les brasseries et les liqueurs douces(Pepsi, Coke etc.) et les consigner.

  • Jean-Yves Marcil - Inscrit 9 août 2013 09 h 57

    Utilisation du verre récupéré ...

    Ce qui aurait entrainé la fermeture de l'usine de Longueil serait qu'il n'y a pas de débouchés pour le verre récupéré. Je ne vois pas en quoi la consignation des bouteilles de la SAQ pourrait créer des débouchés et permettre de créer une nouvelle usine pour remplacer celle de Longueuil.

  • Normand Lemyre - Inscrit 9 août 2013 11 h 02

    Pourquoi recycler le verre?

    S’il n’y a pas de marché pour le verre recyclé, le but est-il simplement de le sortir de l’incinérateur? Ou de l’enfouissement?? Ou d’empêcher la dégradation des autres matières dans le bac???
    Le 20% restant de verre non-SAQ ne va-t-il pas continuer à contaminer les autres matières recyclables?
    Ce qu’il faudrait alors, c’est isoler le verre, quelle qu’en soit la provenance, des autres matières. Un bac à verre, alors? Ou des dépôts à verre?? Ou des dépôts à verre à la SAQ??? Pour tout le verre, et sans consigne!

  • Sylvain Auclair - Abonné 9 août 2013 13 h 38

    Comment ça, pas de marché?

    Ce qu'il faudra, alors, c'est obliger les fabricants de bouteilles à y mettre du verre recyclé.

    • Michael Murphy - Inscrit 9 août 2013 20 h 11

      Le problème c'est que les fabricants de bouteilles sont où la production de vin est, donc pas ici. De transporter du verre concassé c'est très cher. Étant donné que du verre c'est essentiellement du sable chauffé, c'est plus simple d'en prendre là ou la fabrication se fait.

      Par contre, d'enfouir le verre n'est pas si dramatique. C'est comme enfouir du sable, il n'y a pas d'impacts environnementaux.