Côte-Nord - Appel à la protection de la rivière Magpie

Dans son plan stratégique de 2009-2013, Hydro-Québec avait évalué que la rivière Magpie, qui se déverse dans le Saint-Laurent dans la région de la Minganie, avait un potentiel de production de 850 mégawatts d’électricité.
Photo: Boreal River Dans son plan stratégique de 2009-2013, Hydro-Québec avait évalué que la rivière Magpie, qui se déverse dans le Saint-Laurent dans la région de la Minganie, avait un potentiel de production de 850 mégawatts d’électricité.

La rivière Magpie sur la Côte-Nord est l’un des joyaux naturels du Québec. Pendant qu’Hydro-Québec mène son projet hydroélectrique sur la rivière Romaine, les amateurs de descente en eau vive s’en donnent à coeur joie sur cette rivière encore libre de barrage. La Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) et l’Association Eaux-Vives Minganie appellent maintenant les élus de la Côte-Nord et le gouvernement du Québec à protéger la Magpie alors que des consultations publiques sur le développement du territoire sont en cours.

 

Dans une nouvelle étude dont Le Devoir a obtenu copie, et qui a été réalisée par le Laboratoire d’expertise et de recherche en plein air (LERPA) à Chicoutimi, il est démontré que la rivière Magpie a un fort potentiel pour les activités d’eau vive telles que le rafting, le kayak et le canotage. Cette rivière dispose notamment d’une forte pente, d’un niveau de difficulté assez élevé, d’un débit d’eau favorable tout au long de la saison touristique, en plus d’être relativement accessible.

 

« La partie supérieure de la rivière a déjà un certain statut provisoire de protection, mais nous aimerions maintenant que la partie basse où il y a des rapides et des chutes en ait un aussi », indique Guillaume Peterson St-Laurent, chargé de projet en conservation pour la SNAP Québec. Or, la partie non protégée de la rivière est aussi celle où il y a un fort potentiel de développement hydroélectrique.

 

Après 2025

 

Dans son plan stratégique de 2009-2013, Hydro-Québec avait évalué que la rivière Magpie, qui se déverse dans le Saint-Laurent dans la région de la Minganie, avait un potentiel de production de 850 mégawatts d’électricité. Lors de la sortie du plan, le président, Thierry Vandal, avait indiqué que le développement de la Magpie était envisageable après 2025.

 

« Nous ne sommes pas contre le développement hydroélectrique, mais il y a des endroits exceptionnels qui doivent être conservés et qu’il faut faire connaître, comme la rivière Magpie, qui est du calibre des rivières de renommée internationale », mentionne monsieur Peterson St-Laurent en ajoutant que le National Geographic l’a classée deuxième parmi les dix meilleures rivières au monde pour la pratique de rafting en eau vive. Elle figure aussi souvent dans les palmarès aux côtés de la rivière Colorado aux États-Unis, la Zembezi en Zambie ou la Yangtze en Chine.

 

Croissance touristique

 

Dans l’étude de la LERPA, la rivière Magpie est également comparée à d’importantes rivières en Amérique du Nord, dont la rivière Middle Fork of The Salmon aux États-Unis. Les chercheurs constatent que le parcours de la Magpie est 44 % plus long que celui de la Middle Fork et qu’elle a plus de sections d’eau vive.

 

Depuis quelques années, une centaine d’amateurs de descente en eau vive, dont certains provenant des États-Unis, viennent faire leur tour sur la Côte-Nord pour descendre la rivière Magpie. Avec la croissance du tourisme d’aventure, Guillaume Peterson St-Laurent croit qu’il est d’autant plus important de protéger dès maintenant la rivière pour générer de nouvelles activités économiques dans la région.

 

Bien que la rivière Magpie peut offrir des sensations fortes, il faut prévoir un budget d’environ 4000 $ pour s’y rendre. Comme elle est située à plus de 1000 kilomètres de Montréal, il faut compter 13 h de route, et rendu au village de Magpie, entre Sept-Îles et Havre-Saint-Pierre, le seul moyen de se rendre à la source de la rivière est d’y aller en hydravion.

2 commentaires
  • Francois Parent - Inscrit 25 juillet 2013 07 h 34

    Hydro en surplus d'électricité

    Hydro Québec est en surplus de d'électricité, ce serait de la folie de demander à construire un nouveau barrage. Il veulent s'accaparer de tout le territoire et refiler la facture aux contribuables Québécois et vendre l'électricité à bas prix aux étrangés. C'est ce qui est en train de se produire avec la Romaine et il est même pas construit encore. Belle réalisation ??? Des hommes de vision ou des opportunistes ??? Je crois qu'ils sont davantage des opportunistes.

  • Mathieu Mathieu Bourdon - Inscrit 26 juillet 2013 00 h 12

    coût et accessibilité d'un voyage sur la magpie

    Pour préciser le coût d'un voyage sur la Magpie comme cité dans l'article plus haut, Pour les gens autonomes, il en coute environ 300$\pers. pour accèder par avion sur la basse magpie pour un voyage de 6 jours. À cela s'ajoute l'essence pour ce rendre sur place et la nourriture. Donc pour plus ou moins 500$ on peut faire la Magpie.
    Pour ceux qui désire être encadré et faire un voyage tout inclus de luxe, Boreal River offre un voyage à 1850$/pers. Pour ceux qui désirent faire le voyage à partir de la source le train au départ de Sept-Iles est le plus économique.