Projet d'Enbridge - Montréal a des réserves sur l’inversion du flux de pipeline

La Ville de Montréal se réjouit des impacts économiques positifs de l’arrivée de pétrole albertain sur son territoire, mais elle doute de la capacité de la pétrolière Enbridge d’intervenir en cas de déversement le long du pipeline qui doit permettre d’amener ici 300 000 barils de brut chaque jour.


Dans la « lettre de commentaires » envoyée à l’Office national de l’énergie (ONE) dans le cadre des consultations du projet d’inversion du flux de pétrole dans la ligne 9B, la Ville rappelle ainsi qu’Enbridge a connu plusieurs accidents au fil des ans. Selon l’Institut Polaris, la pétrolière serait responsable de pas moins de 804 déversements en Amérique du Nord entre 1999 et 2010, dont celui de la rivière Kalamazoo. Ce déversement, survenu en 2010, a laissé couler plus de quatre millions de litres de brut dans la rivière. Et les autorités américaines ont démontré qu’Enbridge savait dès 2005 que son pipeline présentait des faiblesses à cet endroit.


« En raison notamment des conséquences et des délais d’intervention de l’entreprise, il devient légitime de soulever des questions sur l’état de sa préparation réelle en cas de fuite, de déversement ou autre incident reconnu comme sinistre », souligne la Ville de Montréal dans le document d’une trentaine de pages.


Elle rappelle aussi que l’ONE a récemment jugé non conformes à la sécurité plusieurs stations de pompage de la pétrolière, « dont celle de Terrebonne sur la ligne 9B ». Il s’agit en fait de 117 de ses 125 stations opérées au Canada par Enbridge. L’entreprise a dit cette semaine avoir besoin de trois ans pour se conformer aux règles de l’ONE.


Risques de déversements


La Ville reconnaît néanmoins que le recours aux pipelines est plus sécuritaire que le transport par train. Mais il n’en demeure pas moins que « ce mode de transport n’est pas sans risque et des enjeux de sécurité aux conséquences graves demeurent présents ». Ainsi, dans le cas de l’inversion du flux dans la ligne 9B, « l’accroissement de la capacité et le changement de type de produit transporté sur un pipeline âgé de 37 ans pourraient avoir une incidence sur ce risque ».


Montréal reconnaît toutefois ne pas être en mesure d’« évaluer » le risque. Elle demande donc que des mesures soient prises pour s’assurer de la sécurité du pipeline, notamment par des inspections systématiques aux points critiques, par exemple sous la rivière des Outaouais. Une rupture à cet endroit pourrait mettre en péril « l’approvisionnement en eau de plus de deux millions de personnes ». On réclame aussi des inspections sur les 2,5 kilomètres de pipeline situés à Montréal.

 

Analyses de risques


Dans ses commentaires, la Ville affirme aussi que pour qu’une autorisation soit accordée à Enbridge, l’entreprise devrait partager ses analyses de risques, ses scénarios de fuites et les caractéristiques du pétrole transporté. Elle devrait aussi prévoir les fonds nécessaires au nettoyage d’un éventuel déversement.


On reconnaît par ailleurs « certains avantages économiques pour Montréal » liés à l’arrivée de pétrole albertain, dont du brut tiré des sables bitumineux. Les deux raffineries encore en activité au Québec ont déjà souligné que l’approvisionnement en pétrole canadien était nécessaire pour assurer le maintien des installations. Plusieurs lobbyistes plaident d’ailleurs la cause d’Enbridge auprès du gouvernement du Québec. Le rôle de certains de ces lobbyistes est de « favoriser le processus d’acceptabilité sociale ».


Québec a récemment confirmé au Devoir qu’une « consultation » sur le projet doit être lancée à l’automne prochain. Depuis qu’elle est au pouvoir, Pauline Marois n’a pas caché son ouverture pour deux importants projets de transport de brut albertain jusqu’au Québec. En plus de celui d’Enbridge, TransCanada souhaite faire transiter 850 000 barils de pétrole par jour sur le territoire québécois, en direction des Maritimes. On ignore quelle consultation pourrait être menée pour ce projet.


La décision définitive d’Ottawa sur l’inversion de la ligne 9B d’Enbridge est attendue en 2014.

À voir en vidéo