Au Japon, une entreprise vante ses biscuits pour chiens à base de baleine

Les gâteries destinées aux chiens sont faites à base de chair de rorqual commun d’Atlantique Nord. Cette viande provient d’animaux mis à mort par les baleiniers islandais. L’Islande est en effet, avec la Norvège, le seul pays à pratiquer ouvertement une chasse «commerciale» à la baleine.
Photo: Glenn Lockitch/Sea Shepherd Australia Les gâteries destinées aux chiens sont faites à base de chair de rorqual commun d’Atlantique Nord. Cette viande provient d’animaux mis à mort par les baleiniers islandais. L’Islande est en effet, avec la Norvège, le seul pays à pratiquer ouvertement une chasse «commerciale» à la baleine.

Une entreprise japonaise a eu l’idée de vendre des biscuits pour chiens fabriqués avec de la viande de rorqual commun, une espèce de baleine menacée de disparition.

Sur son site web, Michinoku Farm vante ses biscuits en précisant que cette viande est bonne pour la santé des chiens, car elle est «basse en calorie, pauvre en graisse, et riche en protéines». L’entreprise propose ainsi ses biscuits destinés à une clientèle fortunée à 37$ les 500 grammes. On peut aussi acheter un sachet de 60 grammes.
 
«Les chiens sont comme des membres de la famille pour plusieurs personnes au Japon. Nous voulions simplement vendre une plus grande variété de nourriture pour chiens», s’est défendu le président Michinoku Farm, Takuma Konno. «[Les écologistes] considèrent que les baleines sont des animaux importants, mais nous considérons que les chiens sont aussi importants», a-t-il ajouté. M. Konno a toutefois dit songer à retirer le produit de la vente.

Pour le groupe Ikan, l’une des associations japonaises qui est tombée sur cette publicité et a révélé l’histoire, c’est le summum de l’abomination: «la raison la plus probable pour que des boutiques vendent de tels biscuits, c’est viser une clientèle friquée qui veut uniquement montrer son argent en achetant ça», a expliqué mardi à l’Agence France-Presse Nanami Kurasawa, responsable de cette organisation.

«Chasse commerciale»

Il faut dire que ces gâteries destinées aux chiens sont faites à base de chair de rorqual commun d’Atlantique Nord. Cette viande provient d’animaux mis à mort par les baleiniers islandais. L’Islande est en effet, avec la Norvège, le seul pays à pratiquer ouvertement une chasse «commerciale» à la baleine. Le pays rejette le moratoire mis en place par la Commission baleinière internationale depuis 1986. L’Islande considère qu’elle mène une chasse légale et durable, basée sur des données scientifiques.

Après deux années d’interruption, le pays a d’ailleurs annoncé récemment qu’elle lancera en juin une nouvelle campagne de chasse. Deux navires doivent lever l’ancre pour aller harponner un total de 154 rorquals communs, une espèce considérée comme menacée de disparition.

Les animaux abattus seront essentiellement exportés au Japon. La demande pour la viande de baleine a fortement diminué au cours des dernières décennies dans ce pays. Tokyo ne ménage d’ailleurs pas les efforts pour tenter de stimuler la demande, puisque le pays est pris avec d’importants stocks de viande invendus. « C’est une longue tradition historique. Nous n’avons jamais dit que tout le monde devait manger de la baleine. Nous avons cette culture et vous ne l’avez pas », soulignait en février dernier le ministre japonais de l’Agriculture et de la Pêche, Yoshimasa Hayashi.

Espèce «en péril»

Les spécialistes des rorquals communs estiment que les évaluations de la population de l’Atlantique Nord sont trop imprécises pour permettre de déterminer le nombre d’individus. Ils seraient, au mieux, quelques milliers. Au Canada, le deuxième plus animal de la planète est inscrit sur la liste des espèces «en péril». Une partie de cette population passe en effet plusieurs mois par année dans les eaux du Saint-Laurent. Certains individus, qui peuvent atteindre près de 25 mètres, sont observés depuis plus de 20 ans.

C’est essentiellement la chasse intensive menée au 20e siècle qui a fait disparaître une bonne partie de l’espèce. Les rorquals communs sont aujourd’hui confrontés à plusieurs menaces, dont la principale est la pollution sonore causée par la navigation, l’exploration sismique, le sonar militaire et le développement industriel.

Le Japon et l’Australie doivent par ailleurs croiser le fer en juin et juillet devant la Cour internationale de Justice, qui a en effet accepté d’entendre la plainte déposée par l’Australie en raison du programme de chasse mené par Tokyo. Canberra, opposée depuis plusieurs années à la chasse pratiquée par le Japon, a déposé une plainte officielle en mai 2010, après avoir tenté de négocier une réduction progressive des prises annuelles dans les eaux ceinturant l’Antarctique. L’objectif avoué de l’Australie est de mettre fin au programme de chasse japonais.

Les autorités japonaises font valoir que la chasse à la baleine est bel et bien « scientifique ». « Le but des recherches du Japon est scientifique, car c’est grâce à la science que, lorsque la pêche commerciale sera de nouveau autorisée, elle sera respectueuse du développement durable », réitérait récemment l’Institut japonais de recherche sur les cétacés.

 
Avec l’Agence France-Presse
2 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 28 mai 2013 21 h 20

    Donc

    Compte tenu du fait que les japonais chassent la baleine à des fins scientifiques, doit-on conclure qu'il s'agit de biscuits scientifiques...? Ou bien que les japonais ont un sens de l'humour particulier?

    Quoiqu'il en soit Je recomande à tout le monde de lire le livre d'Emmanuelle Grundmann intitulé Demain seuls au monde : http://www.editions-calmann-levy.com/catalogue/liv

    On verra que la fin est pour bientôt, conséquence directe de l'imbécilité des humains..

  • Georges LeSueur - Inscrit 29 mai 2013 09 h 25

    Qui osera...?

    Qui osera pour cela boycotter l'achat des voitures et motos japonaises. Et les ordinateurs et appareils numériques ?
    Et pourtant, c'est par une contestation économique qu'on pourrait sauver les espèces menacées.