Marche mondiale contre Monsanto

Des centaines de manifestants ont dénoncé Monsanto devant la Maison-Blanche, à Washington.
Photo: Agence France-Presse (photo) Nicholas Kamm Des centaines de manifestants ont dénoncé Monsanto devant la Maison-Blanche, à Washington.

Plusieurs centaines de personnes ont manifesté samedi au Canada, aux États-Unis et dans plusieurs pays d’Europe pour dénoncer Monsanto, le géant des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Les organisateurs de la « Marche contre Monsanto » affirment vouloir attirer l’attention sur les dangers que posent les aliments génétiquement modifiés et les entreprises qui les produisent.


Des manifestations étaient prévues dans au moins 250 villes du monde, notamment à Montréal et à Québec.


Plusieurs villes américaines et sud-américaines ont été le théâtre de protestations, notamment à Washington, Los Angeles et Buenos Aires.


À Paris, plusieurs centaines de protestataires de tous âges s’étaient rassemblés pour un sit-in sur la place du Trocadéro dans le cadre d’une mobilisation citoyenne mondiale lancée sur les réseaux sociaux par le mouvement Occupy-Monsanto.


À Strasbourg, dans l’est de la France, entre 350 et 450 manifestants ont défilé de la place du Parlement européen au centre-ville.


Quelque 1000 personnes se sont réunies place de la Bourse à Bruxelles avant de s’élancer pour une marche à travers la capitale belge. Selon le quotidien Le Soir, environ 80 personnes ont été arrêtées lors d’une manifestation non autorisée à Anvers.


Aux Pays-Bas, les rassemblements ont réuni, selon les organisateurs, plus de 4000 personnes, en particulier à Wageningen, centre de l’industrie agroalimentaire surnommé la Food Valley. Des protestataires ont manifesté devant les bureaux de Monsanto en brandissant des pancartes clamant Monsanto tue, Sauvez la biodiversité.


À Vienne, en Autriche, quelques centaines de personnes avaient sorti écharpes et bonnets pour défiler dans le centre-ville, malgré la fraîcheur des températures, avec des pancartes indiquant Non aux OGM, Stop Monsanto.


Ils étaient également environ trois cents à manifester sous une pluie battante à Berlin, et autant à Munich.


Étiquetage obligatoire


Les OGM sont issus de semences conçues pour résister aux insecticides et aux herbicides, ajouter des bénéfices nutritionnels aux aliments et améliorer le rendement des récoltes. Certains opposants aux OGM estiment qu’ils peuvent causer des problèmes de santé et nuire à l’environnement.


Ils réclament un étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM, même si le gouvernement fédéral et plusieurs scientifiques affirment que cette technologie est sans danger.


L’entreprise Monsanto, dont le siège se trouve à Saint-Louis, au Missouri, a déclaré samedi qu’elle respectait le droit des gens à exprimer leur opinion, mais affirme que ses semences aident les agriculteurs à produire plus de nourriture, tout en économisant de l’eau et de l’énergie.

9 commentaires
  • Guy Vanier - Inscrit 27 mai 2013 06 h 34

    Nous voulons juste savoir!

    A ce stage-ci,nous ne voulons pas discuter du pour ou du contre! Juste savoir dans quel produit il y a des OGM et nous allons décider nous même si nous voulons en manger. C'est pas sorcier ça!
    Mais la compagnie et les gouvernements savent que ça serait la fin des OGM.
    Monsanto produits 35,000 produits chimiques,ils les utilisent ou vous pensez?
    Et les cancers ça vient juste du soleil??

  • Céline A. Massicotte - Inscrite 27 mai 2013 06 h 48

    Dommage...

    " À Paris plusieurs centaines de protestataires de tous âges s’étaient rassemblés pour un sit-in sur la place du Trocadéro".

    Quansd on voit le nombre de manifestants qui sont sortis encore une fois contre le mariage gai, mintenant que la loi a été adoptée et qu'une majorité de citoyens l'appuie... c'est pitoyable.

    Des fois il fait bon bon vivre au Québec!

  • Chris Lavallée - Inscrit 27 mai 2013 12 h 58

    manifestation d'ignorance

    La grande majorité des personnes qui protestent ne connaissent à peu près rien de la cause qu'ils épousent et ca vaut pour les OGM. La majorité de ces protestataires sont manipulés par des groupuscules qui propagent des campagnes de peur et de désinformation à propos des ogm par fanatisme et ignorance. Protester devient une raison de vivre peu importe la cause.

    Si vous vous renseignez un peu sur le sujet, vous verrez bien que sans les ogms, la famine dans le monde frapperait grandement les populations du tiers monde. Tous ces petits écolos bon chic bon genre qui protestent contre les ogm et qui achètent leur produits bios à grand prix n'ont aucun sens des réalités.

    • Saivann Carignan - Inscrit 28 mai 2013 00 h 53

      Renseignez-vous pour commencer. L'ONU tire la conclusion inverse et encourage l'agriculture d'écosystème pour protéger la souveraineté alimentaire de ces pays, augmenter la productivité et régler des problèmes environnementaux.

      http://www.srfood.org/index.php/fr/component/conte

      L'agriculture intensive industrielle est plus couteuse et moins productive dans les pays chauds. Et elle est généralement perçue comme neutre en terme d'augmentation de rentabilité. Soit donc, non indispensable. Tout en étant beaucoup plus dommageable.

      Et dans tous les cas, il s'agit bien de la seule forme d'agriculture où l'agriculteur est prisonnier d'un brevet qui peut se propager de cultures en cultures, et rendre d'autres agriculteurs prisonniers de ce piège juridique sans issue et dont une seule société ne contrôle les ficelles.

    • Richard Laroche - Inscrit 28 mai 2013 09 h 46

      Étiqueter les OGM ne change absolument pas leurs qualités ou leurs défauts. Libre au consommateur de juger. L'étiquetage permet juste au consommateur d'exercer sa liberté de choix.

      Si le capitalisme est la démocratie des marchés et des choix libres, alors l'opposition de Monsanto à l'étiquetage est certainement une position communiste totalitaire.

    • Max Windisch - Inscrit 28 mai 2013 10 h 05

      Dans la façon de rapporter ce genre de nouvelle, on semble toujours mettre l'emphase sur le risque biologique immédiat (la fruit est-il bon ou pas bon pour la santé?).

      Personnellement ce sont les risques énoncés par M. Carignan qui me paraissent bien plus préoccupants. On vient de présenter un projet de "souveraineté alimentaire" au PQ, pratiquement vide de toute considération concernant les OGMs (il y a un petit paragraphe d'une mollesse désolante). Comment peut-on se dire souverain quand on est obligé de payer les semences qu'on utilise à un producteur étranger, qui nous force à utiliser ses pesticides, nous interdit de replanter du fruit l'année suivante, et qui poursuit le pauvre type chez qui quelques oiseaux ou coups de vent auront eu le malheur de propager cette semence?

      Si on connaissait un peu mieux la superficie couverte, on commencerait peut-être à réfléchir à ce qui se passe.

    • Chris Lavallée - Inscrit 28 mai 2013 10 h 14

      Mr. Carignan,
      Bravo pour la désinformation et les sophismes. Le rapport dont vous parlez a été ''déposé'' devant le Conseil des droits de l'homme à l'ONU est il s'agit de la vision d'un seul homme, Olivier DeSchutter, qui prone l'agroécologie. De toute façon, il n'y a pas de contradiction entre les OGM et l'agroécologie. Les OGM ne sont pas réservé aux grand producteurs. Il s'agit d'une technologie qui permet de meilleures récoltes peu importe ou on l'utilise.

    • Saivann Carignan - Inscrit 28 mai 2013 23 h 52

      Chris Lavallée, cherchez pour la peine et vous trouverez :

      http://www.fao.org/news/story/fr/item/176795/icode

      http://www.un.org/apps/newsFr/storyFAr.asp?NewsID=

      Les OGM et l'agroécologie sont deux approches opposées, car les OGMs sont destinés à la production intensive industrialisée de monocultures et sont optimisés pour l'usage de pesticides ciblés. C'est à dire, la destruction systémique des écosystèmes. Donc ne rêvons pas trop, les OGM comme on les utilise aujourd'hui sont pas compatibles avec l'agroécologie pour un sous.

      L'agriculture intensive n'offre globalement pas de rendements supérieurs. À moins de vouloir croire à un mythe.

      http://www.ucsusa.org/assets/documents/food_and_ag

      L'agriculture biologique et l'agriculture d'écosystème se sont modernisés au même rythme que les autres formes d'agricultures et sont aujourd'hui très loin d'être artisanales. Elles sont spécialisées et modernes. L'agriculture intensive pour sa part commence à se faire un peu désuète, surtout lorsqu'on commence à compatibiliser les dégâts.

      L'expertise de demain sera sans doute davantage axée sur les processus biologiques que sur la chimie inorganique. Je ne parie pas très fort sur le futur de l'agriculture intensive (et de l'usage actuel des OGMs de masse). Mais bon, je peux me tromper, hein!

  • Éric Cyr - Inscrit 28 mai 2013 10 h 53

    Pas le choix!

    Si ce n'est pas étiquetté, c'est parce qu'ils savent bien que les gens n'en veulent pas !
    On ne nous laisse pas le choix et on sera (est) devant le fait accompli, sans rien à dire. On subira les conséquences comme des cobayes pendant que Monsanto s'empli les poches aux dépends de notre santé.