Des opposants aux OGM manifestent contre Monsanto à travers le monde

 Les OGM sont issus de semences conçues pour résister aux insecticides et aux herbicides, ajouter des bénéfices nutritionnels aux aliments et améliorer le rendement des récoltes.
Photo: La Presse canadienne (photo) Dan Gill Les OGM sont issus de semences conçues pour résister aux insecticides et aux herbicides, ajouter des bénéfices nutritionnels aux aliments et améliorer le rendement des récoltes.

Plusieurs centaines de personnes manifestaient samedi au Canada, aux États-Unis, aux Pays-Bas, en France, en Autriche et en Allemagne pour dénoncer Monsanto, le géant des organismes génétiquement modifiés (OGM).

Les organisateurs de la «Marche contre Monsanto» affirment vouloir attirer l'attention sur les dangers que posent les aliments génétiquement modifiés et les entreprises qui les produisent.

Des manifestations étaient prévues dans au moins 250 villes du monde, notamment à Montréal et à Québec.

À Paris, plusieurs centaines de protestaires de tous âges s'étaient rassemblés pour un sit-in sur la place du Trocadéro dans le cadre d'une mobilisation citoyenne mondiale initiée via les réseaux sociaux par le mouvement Occupy-Monsanto, a constaté un journaliste de l'Agence France-Presse.

À Strasbourg (est de la France), entre 350 et 450 manifestants ont défilé de la place du Parlement européen au centre-ville.

Aux Pays-Bas, les rassemblements ont réuni, selon les organisateurs, plus de 4000 personnes, en particulier à Wageningen, centre de l'industrie agroalimentaire situé dans l'est du pays et surnommé la Food Valley.

Les manifestants (3000 selon l'organisation) ont déposé des gerbes devant les bureaux de Monsanto en brandissant des pancartes clamant Monsanto tue, Sauvez la biodiversité. À Amsterdam, ils étaient 1.200 à manifester sur le Dam, la place centrale.

À Vienne, en Autriche, quelques centaines de personnes avaient sorti écharpes et bonnets pour défiler dans le centre-ville, malgré la fraîcheur des températures, avec des pancartes indiquant Non aux OGM, Stop Monsanto.

Ils étaient également environ 300 à manifester sous une pluie battante à Berlin, et autant à Munich.

Les OGM sont issus de semences conçues pour résister aux insecticides et aux herbicides, ajouter des bénéfices nutritionnels aux aliments et améliorer le rendement des récoltes.

Certains opposants aux OGM estiment qu'ils peuvent causer des problèmes de santé et nuire à l'environnement.

Les opposants réclament un étiquetage obligatoire des aliments contenant des OGM, même si le gouvernement fédéral et plusieurs scientifiques affirment que cette technologie est sans danger pour la santé.

L'entreprise Monsanto, dont le siège se trouve à Saint-Louis, au Missouri, a déclaré samedi qu'elle respectait le droit des gens à exprimer leur opinion, mais affirme que ses semences aident les agriculteurs à produire plus de nourriture, tout en économisant de l'eau et de l'énergie.

Avec l'Agence France-Presse


3 commentaires
  • Victoria - Inscrite 26 mai 2013 07 h 43

    Faudrait voir...

    Si tous les producteurs de céréales, mais (blé d'inde) et maraîchers étaient sondés et voulaient dire vrai, ont-ils vraiment diminuer leur apport de pesticides depuis l'arrivée sur le marché des semences OGM ?

    À vérifier...

    • Mathieu Léger-Dalcourt - Inscrit 26 mai 2013 10 h 39

      Le but des OGMs n'est pas d'utiliser moins de pesticides. C'est plutôt le contraire même. Parmi les OGMs les plus répandus dans la production céréalière, on retrouve notamment les semences "Roundup Ready". Le Roundup est un herbicide très généraliste qui tue à peu près toutes les plantes qui ne sont pas modifiées pour le tolérer. Cet herbicide et son OGM correspondant sont notamment omniprésents dans la culture du soya au Québec.

      Ainsi, le but des OGMs est rarement d'utiliser moins d'herbicides ou de pesticides, mais bien de rendre les cultures résistantes à ces mêmes produits. Leur utilisation n'a donc pas baissée, mais plutôt augmentée avec l'arrivée des OGMs sur le marché.

      J'espère que ça répond un peu à votre question. Pour plus d'information, je vous encourage fortement à visionner l'excellent documentaire de Marie-Monique Robin "Le monde selon Monsanto" ou à lire le livre d'enquête du même nom.

    • Frédéric Jeanbart - Inscrit 27 mai 2013 09 h 03

      Monsieur Léger, de plus dans l'ouest canadien certains agriculteurs voyaient leurs cultures se faire envahir par les plantes OGM du voisin, plus résistantes elles prenanient toute la place. Finalement tout le monde s'est mis aux OGM, pas le choix. Autre symptome : on ne peut plus faire germer les noyauts des avocats que l'on peut acheter au marché "5 Saisons" de mon quartier, fini les belles plantes il faut les acheter... Le problème, c'est que dès lors il faut payer un droit à des monopoles tels Monsanto, utilisant ces OGM comme arme de conquête. Usant aussi de tant de corruption politique, que maintenant l'Europe tente d'imposer l'utilisation exclusive des semences de ces compagnies : là où l'agriculture naturelle ou bio, les potagers familiaux , etc, ainsi que la liberté de se nourrir par autosuffisance, seraient dès lors interdits par la loi : dictature. Une dictature qui détruit l'héritage et l'évolution de "mère Nature", tels ces détraqués se prenant pour Dieu et jouant les méchants dans les James Bond de naguère...