Forages: Québec veut changer les règles du jeu

La nouvelle mouture du règlement sur l’eau potable, actuellement en élaboration, pourrait changer la donne pour les compagnies pétrolières qui veulent forer le sol québécois à la recherche d’hydrocarbures.


Selon Radio-Canada, le gouvernement, qui a terminé la version préliminaire du texte, veut imposer la réalisation d’études hydrogéologiques avant de donner son feu vert à tout forage sur son territoire.


Ces études sur les eaux souterraines, réalisées par Québec, seront nécessaires pour tous les projets, même ceux déjà annoncés. Il n’y aurait donc pas de droits acquis pour les compagnies - comme Pétrolia en Gaspésie - qui ont déjà des permis de forage en poche.


« À partir du moment où on dit voilà les nouvelles règles, ils doivent se conformer aux nouvelles règles », a dit la première ministre Pauline Marois lors de son passage à Gaspé vendredi.


« Les permis de forage n’ont pas préséance sur le règlement sur l’eau potable. C’est deux choses qui s’appliquent en même temps et que l’entreprise doit respecter », a pour sa part affirmé la ministre des Ressources naturelles, Martine Ouellet.


Pétrolia possède un permis d’exploration sur le territoire de la Ville de Gaspé, qui lui a été octroyé par l’ancien gouvernement libéral. La compagnie a toutefois suspendu son projet de forage afin de négocier une entente avec la municipalité qui avait adopté un règlement pour protéger ses sources d’eau. En avril dernier, Pétrolia a déposé une requête en Cour supérieure afin de faire invalider le règlement de la Ville de Gaspé.


Le nouveau règlement sur l’eau potable doit être déposé d’ici le début de l’été.

À voir en vidéo