Moratoire sur l'uranium - Une minière poursuit Québec pour au moins 16 millions

Le projet Matoush de Strateco est situé au nord de Chibougamau, le long de la route 167, financée à hauteur de 304 millions de dollars par l’État québécois.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Le projet Matoush de Strateco est situé au nord de Chibougamau, le long de la route 167, financée à hauteur de 304 millions de dollars par l’État québécois.

La compagnie minière Ressources Strateco réclame plusieurs millions de dollars à l’État québécois en raison de la décision du gouvernement de geler le développement de la controversée filière uranifère, le temps d’étudier ses impacts sociaux et environnementaux. Au final, les sommes exigées pourraient se chiffrer en centaines de millions de dollars.


La minière tient le ministre du Développement durable, de l’Environnement, de la Faune et des Parcs, Yves-François Blanchet, « responsable » des pertes subies en raison des « fautes commises » par le gouvernement Marois.


Essentiellement, Ressources Strateco dénonce la décision de Québec de mandater à la fin mars le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE) pour évaluer « les impacts environnementaux et sociaux de l’exploration et de l’exploitation » de l’uranium. Aucun certificat d’autorisation ne sera délivré pendant le processus, qui devrait prendre environ un an. « En fin de parcours, le gouvernement change carrément les règles du jeu de façon arbitraire », a déclaré lundi le porte-parole de la minière, Denis Boucher.


La minière exige d’abord un montant de 16 millions de dollars afin de compenser ses pertes sur les marchés boursiers depuis que le gouvernement a décidé de mandater le BAPE. « Considérant l’urgence de la situation, la balance des inconvénients, le fait qu’un préjudice grave et irréparable sera causé à Strateco et l’apparence d’illégalité de la position du gouvernement », Strateco veut aussi forcer le gouvernement à lui payer des compensations chaque mois afin de maintenir l’entreprise à flot. Elle réclame que, dès le mois prochain, de 420 000 $ à 800 000 $ de fonds publics lui soient versés, et ce, au moins jusqu’en septembre.


Denis Boucher a également souligné que les sommes demandées pourraient grimper au cours des prochains mois « s’il advenait que des délais indus dont l’entreprise est victime se poursuivent et entraînent la perte irrémédiable du projet Matoush ». On songe par exemple à exiger le remboursement des 120 millions de dollars investis jusqu’à présent, et même la « valeur » totale du projet. Celle-ci pourrait atteindre plusieurs centaines de millions de dollars, selon M. Boucher.

 

Pas question de négocier


Enfin, Strateco demande à la Cour supérieure d’ordonner la délivrance du certificat d’autorisation que Québec lui refuse, pour le moment. Cette autorisation lui permettrait de creuser une rampe souterraine afin d’achever l’évaluation du gisement d’uranium. Le projet Matoush de Strateco est toujours en phase d’exploration. Il est situé au nord de Chibougamau, le long de la route 167, financée à hauteur de 304 millions de dollars par l’État québécois.


Au cabinet du ministre Blanchet, on a dit lundi qu’il n’était pas question de revenir sur la décision de mandater le BAPE pour étudier la filière de l’uranium. Pas question non plus de négocier un montant à verser à Strateco pour compenser les pertes subies.


Le porte-parole de la coalition Québec meilleure mine, Ugo Lapointe, a dénoncé la poursuite intentée par Strateco. « Il faut que les entreprises assument leurs responsabilités et, dans ce cas, la minière savait depuis 2009 que son projet n’avait pas l’acceptabilité sociale. Des médecins ont sonné l’alarme, le Grand Conseil des Cris aussi. Maintenant, ils font semblant qu’ils sont surpris. Strateco a manqué à ses devoirs en matière d’analyse de risques. »

49 commentaires
  • Serge Grenier - Inscrit 23 avril 2013 06 h 18

    C'est à eux de payer !

    Hé ho !

    C'est Strateco qui devra nous rembourser tous les frais et désagréments qu'ils auront occasionné à la population québécoise. C'est eux qui devraient payer pour le BAPE qu'on aurait pas eu besoin de faire si cette compagnie ne s'était pas obstinée comme elle l'a fait.

    Il faudrait immédiatement déposer une contre-poursuite de plusieurs milliards de dollars afin de faire disparaître Strateco de la carte ainsi que tous les actionnaires qui l'ont soutenue dans cette aventure irresponsable.

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 23 avril 2013 12 h 43

      .....

      Des québécois qui veulent travailler vont tout risquer dans notre nord pour travailler et ils ont eu les autorisations nécessaires et étais prêt à commencer les travaux et du jour au lendemain, un gouvernement populiste les arrêtes et ça serait à eux de payer???

      Ils avaient les autorisations M. Grenier et voulaient travailler....

      La population québécoise veut des entrepreneurs comme ces gens, pas des profiteurs du système.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 23 avril 2013 15 h 56

      Les véritables « profiteurs » comme vous dites, ce sont justement les minières qui s'enrichissent impunément. Dois-je vous rappeler que profiteur provient du terme profit ? Donc, ce sont les « entrepreneurs » qui sont les profiteurs, puisqu'ils font des profits.

      Dois-je vous rappeler également que votre opinion ne représente pas celle de «la population québécoise», cette population si hétérogène et divisée ?

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 23 avril 2013 21 h 34

      "La population québécoise "

      hihi je parlais exactement comme le PQ et les environnementaliste parlent... Ils s'approprient toujours les "intérêt du Québec"

    • Patrick Boulanger - Abonné 25 avril 2013 20 h 43

      @ M. Lamontagne

      Je pense que vous faites fausse route en accordant plus d'importance au développement économique qu'à la protection de l'environnement. L'argent, ça ne se mange pas M. Lamontagne.

  • Serge Marchand - Inscrit 23 avril 2013 06 h 39

    Dommages collatéraux

    On doit toujours se méfier quand quelle chose semble trop beau.

    Avoir à payer des miettes comme redevances et qu’en plus le gouvernement désire plus payer certaines infrastructures requises par la minière ainsi que des réductions d'impôt semble louche à mon avis.

    Les gens du Québec n’ont pas fini de découvrir la magouille libérale de ces 9 dernières années.

  • Yves Perron - Inscrit 23 avril 2013 06 h 59

    Une p'tite vite

    Comme toutes les patentes Libérales des dernières années...On a essayé de nous en passer une p'tite vite, mais cette fois ils n'en ont pas eu le temps. Finis les vols en plein jour.

  • Reynald Du Berger - Inscrit 23 avril 2013 06 h 59

    INCURIE DU GOUVERNEMENT

    Dans son communiqué, Strateco précise " qu'elle a déjà transmis les instructions nécessaires afin qu'une procédure judiciaire soit instituée en vue d'obtenir des dommages compensatoires et punitifs." J'espère que le geste de Strateco sera vite imité par des actions analogues entreprises par d'autres minières, gazières et pétrololières. Il est temps que les Québécois réalisent l'énorme et efficace frein à l'économie que constituent tous ces groupuscules environnementaux.

    • Robert Séguin - Inscrit 23 avril 2013 09 h 28

      Vous savez, monsieur Du Berger, il existe de nombreuses façons de faire rouler l'économie tout en respectant l'environnement...

      Même que la science économique moderne prend en considération le sort de la planète de laquelle nous puisons toutes nos ressources et sur laquelle nous vivons.

    • Mathieu Massicotte - Inscrit 23 avril 2013 09 h 49

      M. du Berger, Strateco et ses apologistes, dont vous faites évidemment partie, sont les ennemis incontestés du bien commun et du développement durable. Vous êtes petit, M. du berger , terriblement petit.

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 23 avril 2013 12 h 58

      M. Séguin, Statéco ne respecte pas l'environnement???

    • François Querry - Inscrit 23 avril 2013 13 h 23

      M. "pétrololières", ne me faites pas rire!

    • François Querry - Inscrit 23 avril 2013 13 h 28

      Si Strateco poursuit le gouvernement, c'est fort probablement parce qu'elle risque d'être poursuivie par ses actionnaires. Qui sont ses actionnaires?

      Il y a une loi anti-masque pour les manifs, est-ce qu'il y a des lois de transparence concernant l'identité des actionnaires des entreprises?

    • Dominic Lamontagne - Inscrit 23 avril 2013 21 h 37

      Si tu as des REER, fond de pension, placement, tu peux être actionnaires de strateco....

  • André Lemay - Inscrit 23 avril 2013 07 h 14

    Think Big stie

    NAtionalisons nos ressources.

    • Sylvain Auclair - Abonné 23 avril 2013 14 h 24

      Les ressources nous appartiennent déjà.

    • Jean-Sébastien Rozzi - Inscrit 23 avril 2013 15 h 57

      Alors, nationalisons toute forme d'exploration et d'exploitation de nos ressources!