Gagnant Mobiligo - La Commission de la construction du Québec déménageait…

Pierre Vallée Collaboration spéciale
Les employés de la CCQ qui utilisent le vélo comme moyen de transport bénéficient d’un endroit sécurisé pour ranger leurs bicyclettes.
Photo: Jacques Grenier - Le Devoir Les employés de la CCQ qui utilisent le vélo comme moyen de transport bénéficient d’un endroit sécurisé pour ranger leurs bicyclettes.

Ce texte fait partie du cahier spécial Environnement - Transport durable

La Commission de la construction du Québec (CCQ) a pris le virage du transport durable. Certaines mesures sont déjà en place, d’autres seront implantées au courant de l’année prochaine.

« Ce qui a déclenché notre réflexion sur le transport durable, c’est d’abord le déménagement de notre siège social, explique Audrey Murray, vice-présidente aux services à la clientèle et au développement de la CCQ. Ce déménagement impliquait la construction d’un nouvel édifice. La première contrainte que nous avons rencontrée, imposée par l’arrondissement, était que l’espace disponible pour un stationnement était limité. Cette réalité nous a incités à apporter un changement à notre façon d’aborder le transport. »


On a d’abord créé un comité à l’interne qui s’est penché sur la question et qui en est arrivé à la conclusion qu’il fallait commencer par effectuer un sondage sur le comportement en transport des employés. Pour ce sondage, la CCQ a fait appel au Centre de gestion des déplacements Mobiligo. « On s’est intéressé d’abord aux habitudes de transport de nos employés, pour se rendre compte que, peu importe les habitudes, plusieurs de nos employés étaient intéressés par le transport collectif. Ce sondage nous a aussi démontré qu’il se faisait déjà du covoiturage parmi nos employés, mais que ce dernier se faisait un peu sur le bras. On a aussi profité de ce sondage pour cartographier les lieux de résidence de nos employées. »

 

Première phase


Le sondage a permis d’établir un diagnostic de la situation et a servi à l’élaboration d’un plan d’action. « Nous avons choisi de commencer par le covoiturage, parce qu’il s’en faisait déjà. On a mis en place une plateforme électronique qui facilite la création d’équipages. On a aussi réservé des places de stationnement avantageuses pour les équipages de covoiturage. On s’était donné la cible de rejoindre 100 personnes avec ce programme, on en a aujourd’hui 93 qui forment 41 équipages. Neuf autres équipages devraient entrer en fonction d’ici peu. »


Quant à la question de favoriser l’usage du vélo, elle était abordée dans la conception même du nouvel immeuble. « Les plans prévoyaient déjà un lieu sécurisé à l’intérieur pour ranger les vélos et un vestiaire pour accommoder les cyclistes. »


Ce sont les mesures favorisant l’usage du transport collectif qui seront introduites à partir de 2013. « Nous nous penchons présentement sur la façon dont nous allons aider nos employés à acquitter une partie des coûts d’abonnement à des titres de transport, comme la carte TRAM ou la carte CAM. Ce qu’on sait, par contre, c’est qu’on veut une certaine souplesse, afin que les employés qui y adhèrent puissent répondre à des situations d’urgence où le déplacement en transport collectif ne serait pas indiqué. Nous songeons à mettre en place une politique de billets de taxi d’urgence. Par exemple, l’employé pourrait avoir un billet de taxi de 40 $, cinq fois par année, qui serait utilisé uniquement pour se déplacer lors d’une urgence. »


Selon Audrey Murray, le choix du transport durable implique plus de choses qu’il n’y paraît à première vue. « Ce n’est pas uniquement une question d’adhérer à un principe valable sur le plan écologique, c’est aussi, et peut-être surtout, un important changement de comportement qui a des répercussions sur d’autres aspects de la vie au quotidien. Et c’est un changement qui parfois nécessite un accompagnement. C’est la raison pour laquelle j’ai demandé à l’équipe de Mobiligo de rencontrer individuellement les employés qui le désirent et qui envisagent de choisir le transport durable, que ce soit le vélo, le covoiturage ou le transport collectif. Dans le cas du transport collectif, les gens de Mobiligo s’engagent à faire le premier trajet avec eux, s’ils le veulent. »