Les compteurs intelligents sont sans danger, affirme le ministère de la Santé

Après avoir exprimé haut et fort leur désaccord lors d’une manifestation devant les bureaux de la Régie de l’énergie en mars, les opposants aux compteurs intelligents récidivent en lançant une campagne d’envoi de mise en demeure demandant le retrait des compteurs intelligents.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Après avoir exprimé haut et fort leur désaccord lors d’une manifestation devant les bureaux de la Régie de l’énergie en mars, les opposants aux compteurs intelligents récidivent en lançant une campagne d’envoi de mise en demeure demandant le retrait des compteurs intelligents.

Le directeur national de la Santé publique et sous-ministre adjoint à la Santé et aux Services sociaux (MSSS), André Poirier, a avisé au début du mois la Régie de l’énergie qu’il entendait faire témoigner une de ses chercheuses pour expliquer que les compteurs intelligents dotés d’émetteurs WiFi sont sans danger, comme il l’affirme dans un récent « Avis de santé publique ».

Le sous-ministre précise explicitement que son avis non sollicité par la Régie se veut « en lien » avec le témoignage du Dr David Carpenter, ancien responsable de la Santé publique de l’État de New York et une autorité scientifique d’autant plus controversé qu’il s’attaque, dit-il lui-même, au statu quo en matière de radiofréquences (RF).


Le Dr Carpenter a témoigné hier pour la deuxième journée consécutive devant la Régie. Il a maintenu son point de vue malgré un laborieux contre-interrogatoire d’Hydro-Québec qui l’a obligé à nuancer certaines affirmations de son rapport. Il a conclu son témoignage en disant qu’Hydro-Québec devrait remplacer ses compteurs dotés d’émetteurs RF par des appareils capables de communiquer par fil ou très rarement par RF en application du principe de précaution.


Dans son courriel adressé à la Régie de l’énergie le 4 mai, le sous-ministre Poirier ne demande pas, mais l’informe que « notre personne-ressource sera Mme Monique Beausoleil, toxicologue ». Il précise sur le même ton : « Veuillez nous transmettre en copie conforme l’invitation que vous ferez parvenir à Madame Beausoleil. » Puis il s’offusque de voir que son avis avait été placé sous la rubrique « Observations » de la Régie et « demande ainsi de le retirer et de le présenter plutôt sous une rubrique plus visible. »


La Régie a accepté le même jour de faire témoigner la représentante du gouvernement.


Dans son « avis de santé publique » du 16 mars, on peut lire que le MSSS, « en collaboration avec les directeurs de santé publique des agences de la santé et des services sociaux, tient à informer la population que les RF émises par ces appareils ne posent pas de risques pour la santé ».


Pourtant en 2006, l’Institut national de santé publique (INSPQ) prônait plutôt « la réduction et l’élimination des risques tant dans un contexte de relative certitude que d’incertitude scientifique », une application classique du principe de précaution. L’organisme scientifique ajoutait que « l’étude des possibilités techniques et économiques de réduction de ces sources doit être poursuivie ». L’avis de l’INSPQ s’appliquait à tous les champs électromagnétiques (CEM), y compris les RF, même si, reconnaissait le document public, « le niveau de risque associé à l’exposition aux CEM pour l’ensemble de la population, s’il est réel, s’avère faible » sauf cependant pour quelques groupes « plus exposés ».


Mais le tout récent avis de santé publique, qui sera présenté la semaine prochaine en renfort du point de vue d’Hydro-Québec, n’a pas convaincu certains adversaires du projet. En effet, hier, en conférence de presse, le comité de citoyens Villeray-Refuse a publié trois lettres types qu’on invite tous les citoyens du quartier à signer afin de mettre Hydro-Québec en demeure de débrancher les compteurs-émetteurs déjà installés dans le cadre des trois projets pilotes qui touchaient notamment ce quartier montréalais.

20 commentaires
  • Yvan Dutil - Inscrit 19 mai 2012 07 h 02

    Peut-on arrêter le délire!

    Est-ce que l'on peut en finir avec cette histoire? L'idée sous-jacente au principe de précaution est que le coût doit être NUL. Cela n'a rien à voir avec l'interprétation abusive que l'on ne devrait rien faire tant qu'il n'y a absolument aucun risque démontrés de façon. Démonstration, qui est en passant, totalement impossible.

    On a pas besoin de plus d'étude, il y en a eu 25 000 de produites sur le sujet et les résultats sont non concluants. Dans n'importe quel autre domaine scientifique, cela aurait été considéré comme une indication qu'il n'y a pas d'effets mesurables.

    De plus, il faut aussi tenir en compte de la physique du phénomène décrite par la théorie électromagnétique, qui est tout simplement la théorie scientifique les plus aboutie et les plus précise dans ses prédictions. Cette théorie a été validée avec une précision de l'ordre d'une partie dans 100 millions. En fait, elle mieux validé que la théorie de la gravitation universelle.

    Ce que cette théorie nous apprend est que les ondes électromagnétique se dissipent sous forme de chaleur. En effet, ces dernières possèdent une énergie 100 000 plus faible que l'agitation thermique des atomes à la température de la pièce. Bref, on se trouve dans un cas typique d'homéopathie.

    Il serait peut-être temps que l'on cesse de gaspiller de l'énergie avec ces balivernes.

    • Marie-Michelle Poisson - Inscrite 19 mai 2012 09 h 37

      Santé- Dans Villeray on ne rigole plus!
      Nouveau site de mobilisation contre les compteurs intelligents.

      http://refusonslescompteurs.wordpress.com/

      Dans Villeray ( projet pilote), les cas de personnes qui souffrent déjà des symptômes tels que nausées, migraines, étroudissements, acouphènes, troubles du sommeil et de l'appétit se multiplient. Il est extrêmement déplorable qu’Hydro-Québec n’ait aucunement prévu d’assurer une étude sanitaire de l’implantation des compteurs émetteurs de RF dans le cadre du projet pilote de Villeray, ni d’assumer ses responsabilités en procédant à des vérifications techniques sur le terrain et en apportant un soutien réel aux personnes en détresse.

      Selon la notice du fabricant de ces compteurs, pour être conforme aux limites d’expositions aux radiofréquences pour la population générale exposée de manière non-contrôlée, l’antenne contenue dans le compteur doit être installé de manière à offrir une distance de séparation d’au moins 20 cm de tout personne et ne doit pas être située au même endroit ni fonctionner en même temps que n’importe quelle autre antenne ou transmetteur. Vous devez donc être particulièrement vigilants si le compteur est directement accessible, si vous avez plusieurs compteurs regroupés et si les compteurs sont en présence d’autres appareils émetteurs tels les Wi-Fi, téléphones sans fil ou consoles de jeux. Dans tous ces cas le s compteurs pourraient ne plus se conformer aux normes sécuritaires et Hydro-Québec n’a effectué aucun contrôle lors de l’installation pour que ces normes soient respectées. (Voir le cas de M. Pierre Lepage : http://villerayrefuse.wordpress.com/2012/04/05/com

    • Jean Richard - Abonné 19 mai 2012 09 h 50

      Ça devient presque grotesque à première vue. Mais voyons un peu...

      « remplacer ses compteurs dotés d’émetteurs RF par des appareils capables de communiquer par fil »

      Pourrions-nous soupçonner qu'il y ait derrière tout ça une guerre d'industriels ? Remplacer les émetteurs radio (qui utilisent le réseau de téléphonie cellulaire je crois) par le filaire ? Le réseau téléphonique conventionnel ? Le câble télévision (dont le futur est loin d'être assuré) ?

      Éveillons d'autres soupçons... Beaucoup de gens découvrent que la réception télé des stations conventionnelles (Radio-Canada, TVA, Télé-Québec et même des stations américaines) offre une image nettement meilleure lorsque captées par des “oreilles de lapin” qu'avec le câble, et devant ce fait, ils laissent tomber leur abonnement à leur câblodistributeur. Les stations de télé diffusant par voie aérienne, avec une puissance qui n'a rien de comparable à celle des compteurs d'Hydro-Québec, et donc les antennes sont érigées en pleine ville, seraient-elles les prochaines cibles ? Faire fermer les émetteurs télévision pour assurer la survie des câblodistributeurs, pourquoi pas ?

      Bref, l'histoire des compteurs sonne faux et il est temps de cesser de gaspiller énergie et argent avec ce faux débat.

    • Yvan Dutil - Inscrit 19 mai 2012 12 h 23

      La notice du fabriquant est là pour se protéger légalement. Le phénomène décrit s'applique aussi bien au téléphone cellulaire qu'au réseau wi-fi. Les fours à micro-ondes fonctionnent dans la même gamme de fréquence et ont des puissances de fuites très élevées.

      Je suis certains qu'il y en avait déjà à Villeray et que ces derniers dissipaient pas mal plus de puissance que les compteurs nouvellement installés. Pourtant, personne ne se plaignait avant l'installation des compteurs à ce que je sache.

      Molière, où es-tu quand on a besoin de toi?

    • Simon Chamberland - Inscrit 22 mai 2012 09 h 32

      Ce qui est probablement le plus ironique, c'est que bien des opposants utilisent des routeurs sans fils chez eux et on l'oreille collée sur un téléphone que l'on dit intelligent.

      Depuis le début de l'humanité nous recevons des ondes électromagnétiques. Surtout celles dont la longueur d'onde est comprise entre 380nm et 780 nm, qui sont essentielles à toutes les civilisations.

      Faudrait peut-être dire aux opposants que l'intensité diminue selon le cube de la distance et que personne ne passe ses journées avec son compteur entre les mains.

  • Francois Parent - Inscrit 19 mai 2012 08 h 13

    L'amiante est sans danger aussi

    On ne peut plus faire confiance aux libéraux. Ils nous disent n'importe quoi pour favoriser les entreprises qui à leur tour financent leur parti. L'amiante, le gaz schiste, le pétrole et le barrage hydroélectrique sont tous toxiques tous les scientifiques s'entendent. Les gouvernements ne sont pas des scientifiques.

    • Yvan Dutil - Inscrit 19 mai 2012 10 h 16

      Peut-on arrêter un moment de se cacher derière des théories de complot et regarder la réalité en face.

  • Alexie Doucet - Inscrit 19 mai 2012 08 h 30

    Sans danger, vous dites?

    La corruption étant ce qu'elle est dans notre bon gouvernement actuel, serait-il raisonnable de soupçonner une certaine forme de collusion entre le ministère de la Santé et la direction d'Hydro-Québec?

    • Yvan Dutil - Inscrit 19 mai 2012 12 h 14

      Est-ce que l'on peut laisser les théorie de conspiration SVP.

    • François Dugal - Inscrit 22 mai 2012 09 h 48

      Monsieur Dutil,
      Quand le gouvernement libéral dit quelque chose, permettez-nous de douter.

    • François Dugal - Inscrit 22 mai 2012 09 h 52

      Le MSSS a déjà dit que le médicament Célébrex était sans danger.
      Or, pour en avoir pris, j'affirme le contraire.

    • Yvan Dutil - Inscrit 23 mai 2012 07 h 15

      Monsieur Dugal, quand une gang de conspirateur comme Maxwell, Planck, Einstein, de Broglie, en fait tous les physiciens depuis un siècle, vous disent qu'ils n'y a pas de danger, il me semble que l'on a de bonnes raisons de les croire.

  • Alain Hebert - Inscrit 19 mai 2012 09 h 45

    mauvaise question

    Je suis maintenant d'accord avec le point de vue d'Yvan Dutil sur l'innocuité des ondes radio (ou radiofréquences RF). Notons cependant que les ondes électromagnétiques de plus haute fréquence peuvent occasionner des dommages autres que thermiques en intéragissant avec les couches électroniques des atomes... Apparamment, l'énergie des RF ne permet pas ce genre d'interaction.

    Par contre, cela ne donne pas carte blanche à Hydro-Québec pour nous inonder de RF. Il faut savoir que les plages de fréquence sont limitées et donc chères à occuper (c'est comme le futur pont Champlain). La règle est d'éviter de transmettre des RF INUTILES. Pour contrôler son réseau, Hydro-Québec a besoin de connaitre notre consommation électrique à toutes les heures, soit 24 nombres entier de 32 bits par jour. En terme de volume de données, c'est "rien" (inférieur à 1Kb par jour). Alors la question: Pourquoi les compteurs émettent autant de RF?

    Second point: Les émetteurs de RF sont fragiles et l'espérance de vie des nouveaux compteurs est limitée. Ils devront être remplacés plus souvent que les compteurs électro-mécaniques traditionnels. À chaque fois, il faudra entrer dans les résidences privées pour faire les changements. Seconde question: pourquoi ne pas avoir placé les émetteurs RF au niveau des transformateurs? Il suffit de véhiculer les mesures de consommation électrique directement sur les fils 220 Volt.

    En conclusion, il aurait été préférable de mettre au point un compteur mieux adapté à nos besoins plutot que d'acheter un modèle existant, coûteux et apparamment mal conçu. Hydro-Québec possède un institut de recherche à Varenne dont la mission est de mettre au point ce type d'équipement.

    • Yvan Dutil - Inscrit 19 mai 2012 12 h 17

      Merci mon dieu, un argument rationel! Effectivement, les questions de vie privé et d'efficience technique non pas été discutée, parce que depuis des mois on s'acharne sur un mal imaginaire.

  • Jacques Saint-Cyr - Inscrit 22 mai 2012 10 h 08

    Principe de précaution: incantation anti-scientifique

    Au nom du sacro-saint principe de précaution, on réclamera sans doute l'établissement d'un moratoire...
    Or le principe de précaution, tel qu'utilisé par les angoissés à doses homéopathiques est devenu un mode de disqualification progressive de la science dans la prise de décision...
    Ainsi, l'Union Européenne vient de condamner pour la deuxième fois le bannissement du maïs transgénique par la France, indiquant que la décision ne contient aucun argument scientifique valable. Mais les autorités invoquent le dit principe pour reculer devant les pressions d'une gauche néo-conservatrice à la José Bové.... M. Hollande fera probablement la même chose que Sarkosy, il bannira de même. Par lâcheté et en niant les principes mêmes de l'approche scientifique.
    Les ondes électromagnétiques des compteurs d'Hydro-Québec, c'est le même vaudeville en territoire laurentien.

    • Alain Hebert - Inscrit 22 mai 2012 17 h 49

      Quelle est la différence entre un témoin de Jéhova qui refuse une transfusion de sang et hypochondriaque qui refuse qu'on installe un émetteur de radiofréquences dans son appartement? Pourquoi les chartes de droits protégeraient le premier et pas le second?