Anticosti - Des gisements inconnus d'Hydro

Même si l'entreprise Pétrolia a vanté le potentiel pétrolier de l'île d'Anticosti quelques mois à peine après avoir acquis les permis d'exploration que détenait Hydro-Québec, la société d'État affirme aujourd'hui qu'elle ignorait que l'île renferme des réserves d'hydrocarbures aujourd'hui qualifiées de gisement de classe mondiale.

Mercredi soir, dans le cadre de l'étude des crédits du budget québécois 2012-2013, le président-directeur général d'Hydro-Québec (HQ), Thierry Vandal, a soutenu qu'aucun indice ne laissait entrevoir les ressources en pétrole de schiste qui intéressent tant les pétrolières présentes sur Anticosti.

Mais selon ce qu'a déjà expliqué au Devoir un ancien dirigeant de l'exploration de la division Pétrole et gaz de la société d'État, les travaux d'exploration auraient ciblé la mauvaise formation géologique. Cet ancien employé d'HQ travaille aujourd'hui pour l'entreprise Junex, active dans la recherche de pétrole sur Anticosti.

M. Vandal a par ailleurs affirmé que la société d'État a réalisé une «transaction prudente et raisonnable» en cédant tous les permis au secteur privé. Il a toutefois refusé de préciser ce qui a été obtenu en échange des droits d'exploration. Hydro devrait percevoir une «redevance prioritaire» lorsqu'il y aura production d'énergie fossile.

Selon la plus récente évaluation disponible, le sous-sol situé sous les permis obtenus par Pétrolia et Corridor Resources pourrait renfermer pas moins de 30 milliards de barils de pétrole. Les deux entreprises paient un total de 61 956,40 $ par année pour conserver leurs droits d'exploration — qui couvrent la plus grande partie de l'île —, selon ce qu'on peut constater dans le registre des permis du ministère des Ressources naturelles.

Quant aux permis détenus par Junex sur Anticosti, ils pourraient contenir pas moins de 12,2 milliards de barils de pétrole. Au total, le sous-sol renfermerait donc plus de 40 milliards de barils, selon une estimation préliminaire.

La valeur brute de ces ressources se situe actuellement autour de 4000 milliards de dollars. Elle devrait augmenter au cours des prochaines années, avec la remontée des prix du pétrole.
5 commentaires
  • Daniel Breton - Inscrit 20 avril 2012 06 h 11

    Faussetés et mépris!

    1-Ce que Thierry Vandal dit est faux.
    Si vous allez voir l'émission Découvertes du 11 janvier 2004, vous apprendrez que Hydro-Québec dit alors CLAIREMENT qu'ils ont trouvé un gisement (http://www.radio-canada.ca/actualite/decouverte/re

    2-Pour qui Thierry Vandal et ce gouvernement se prennent-il pour refuser de dire aux Québécois la nature de l'entente signée entre H-Q et Pétrolia pour NOS ressources?

    3-De quel droit ce gouvernement a-t-il cédé au privé ce qui a été nationalisé sans nous en avertir et sans aller chercher le mandat pour le faire? Quel que soit ce potentiel, qu'il ait été important ou non, il n'avait AUCUN MANDAT, AUCUNE LÉGITIMITÉ pour procéder à cette cession au privé.

    Ce n'est pas pour rien qu'ils ont procédé à l'insu des Québécois...

    D'ailleurs, cela est EXACTEMENT comme le scandale du gaz naturel de 1958, dévoilé alors par Le Devoir. Pour se le remémorer, voici un extrait de l'éditorial "L'ombre de Jean Lesage" de Jean-François Lisée où il cite Jean Lesage qui parle de cette dépossession:

    "S’attaquant à l’Union nationale qui avait, cinq ans avant, en 1957, privatisé les activités de fabrication et de distribution gazière d’Hydro-Québec, Lesage parlait d’un « crime odieux que notre population ne pourra jamais leur pardonner ». Or si, à 50 ans de distance, on peut comprendre que le gouvernement Charest ait vendu à très petit prix les concessions gazières sur tout le sud du Québec, car leur valeur réelle était – et reste à ce jour – douteuse, on reste pantois devant la vente des droits pétroliers dans la vallée du Saint-Laurent. D’autant qu’à ce jour, le prix de la vente reste un secret bien gardé, le gouvernement plaidant le « secret commercial ». Les milliards de bénéfices potentiels pour l’acheteur, par contre, ne resteront un secret pour personne.

    Lesage n’avait pas de termes assez durs pour cette spoliation des ressources

    • Jacques Laurin - Abonné 20 avril 2012 10 h 06

      Votre lien vers l'émission Découverte ayant été tronqué, je me permet de le remettre ici : http://www.radio-canada.ca/actualite/decouverte/re

      En faisant ma recherche, j'ai constaté que les archives vidéo de Radio-Canada (incluant tou.tv) d'avant 2011 ont toutes été retirées. Pourquoi ?

    • Louise Lefebvre - Inscrite 21 avril 2012 16 h 51

      @J. Laurin
      je ne peux accéder à ce lien il ne fonctionne pas non plus

  • S. Trudel - Inscrite 20 avril 2012 10 h 46

    Québec prend 10% dans Pétrolia

    Québec prend 10% dans Pétrolia et Hydro-Québec a droit à des redevances des revenus qui découleront de l'exploitation des gisements de Pétrolia.

  • Phenix - Inscrit 20 avril 2012 14 h 23

    Scandale

    Un autre scandale. faudrait voir les liens que Vandal et auters ont avec la firme Pétrolia. Il doit y avoir beaucoup de petits amis qui tourne autour du baril.