Permis d'exploration - Les enchères étaient déjà en vigueur

Lors de la présentation de son dernier budget, le ministre Raymond Bachand a annoncé que le gouvernement mettrait désormais aux enchères les permis d'exploration pétrolière et gazière. Or cet élément clé de la nouvelle stratégie des libéraux en matière d'hydrocarbures était déjà en bonne partie en vigueur au Québec, a constaté Le Devoir.

«J'annonce qu'à compter d'aujourd'hui, les permis de recherche de pétrole et de gaz seront mis aux enchères, a soutenu le ministre des Finances dans le discours de présentation du budget 2012-2013. Aucun nouveau permis ne sera délivré jusqu'à la mise sur pied d'un mécanisme de vente aux enchères approprié.»

Selon ce qu'a précisé le ministère des Ressources naturelles, les entreprises qui détiennent déjà des permis conservent cependant leurs droits, acquis au coût de

10 ¢ l'hectare par année. Les principales zones où des potentiels en hydrocarbures ont été identifiés sont déjà sous permis. «Si le titulaire abandonne son droit avant l'échéance de son permis, ou que le permis est révoqué par le ministre, le territoire pourra alors être attribué par le biais d'un appel d'offres, c'est-à-dire une vente aux enchères», a précisé le ministère.

Cette mesure était déjà en bonne partie la norme au Québec, selon ce qu'on peut lire dans le rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement portant sur le gaz de schiste. Le document en question, déposé en février 2011, précise qu'«au moment de la révocation d'un permis, un nouveau permis peut être accordé à une autre entreprise à la suite d'un appel d'offres». La nouveauté est que, depuis le 20 mars dernier, ce processus s'applique également aux territoires ne faisant pas présentement l'objet de permis de recherche.

Dans son discours, M. Bachand a souligné que le mécanisme de vente aux enchères est utilisé dans d'autres juridictions, notamment en Colombie-Britannique. Les permis peuvent ainsi se vendre jusqu'à 500 $ l'hectare. Mais au Québec, Pétrolia et Corridor Resources peuvent, moyennant 61 956,40 $ par année, conserver leurs droits d'exploration sur Anticosti. Le potentiel situé sous leurs permis est estimé à 30 milliards de barils.
9 commentaires
  • Gert - Inscrit 13 avril 2012 08 h 37

    Pour qui se prend le gouvernement

    Pour qui se prennent-ils dans le gouvernement a vouloir tout liquider nos ressources au Québec et en plus de tout donner aux petits amis du parti , Le Québec ne leur appatient pas , il appartient aux Québécois , ils font tout en catimani, il faut absolument changer ça et au PC sinion , il ne restera plus rien aux nouvelles générations et en plus on restera avec les dommages causés par l'industrie et plus de ressources , on est bien géré au Québec en os................, il faut se lever le monde et mettre nos culottes .
    Gerty

    • arcenciel - Inscrite 13 avril 2012 17 h 18

      Vous comprennez maintenant pourquoi Raymond Bachand sourit tout le temps...

      Gérard Côté

    • Roger Lacharité - Inscrit 13 avril 2012 18 h 45

      Oui, mais que veut tu, ils gèrent pis après ça ils nous disent qu'ils travaillent dans le sens du monde...
      Il font ce qu'il veulent, rien de nouveau là là...Ils traitent la population comme des idiots et ils ont un peu raison non? On fait rien! RIEN

  • Roger Lacharité - Inscrit 13 avril 2012 18 h 53

    M. Bachand...

    Quel audace, que ces enchères vraiment. Déjà en place, cette façon de faire...il fallait bien dire quelque chose, non?.
    la grosse Presse pourra faire ses choux gras avec cette annonce progressiste!
    N'êtes vous pas celui, qui a pris la place de l'autre, pour vendre Rabaska, vendre l'invendable au public, malgré le fait qu'il s'agissait d'un projet insensé?
    Rien de nouveau, rien de très créatif, encore une fois!

  • jyp - Abonné 14 avril 2012 09 h 54

    Et pendant ce temps...

    ... il faut faire payer les étudiants pour soi-disant mieux financer les universités; on leur demande une juste part a-t-on le culot de dire. Et ces multinationales, déjà riches à milliards, où est leur juste part?
    À Malartic, il vont se gaver d'au moins 8 milliards de profit avec leur mine d'or à ciel ouvert et ils ne leur en coûte presque rien en redevances . On devrait tous descendre dans la rue et confondre cette bande de pantins. Pourquoi ne pas profiter de l'occasion de la contestation étudiante pour élargir le débat et mettre fin à cette honte. C'est à faire vomir.

    • frabol - Inscrit 14 avril 2012 10 h 34

      Vous voyez juste..!..Le pire c'est que les gens ( en général ) pense que le ce Plan de Nègre va nous enrichir. Y'aura pas plus d'argent pour payer les services, les rentes, les hôpitaux, l'éducation..etc..Ils vont juste creuser, polluer, piller, et s'emplir leurs poches déjà pleines pis nous autres, les caves, on leur paie les routes et l'infrastructure. Pis quand y'aura plus de ressource, ils vont déguerpir et nous leur M... C'est un peu ça la vérité.

      Incroyable..!

    • Louise Lefebvre - Inscrite 14 avril 2012 23 h 41

      Il y a un nuage de dioxide d'azote libéré par le dynamitage au dessus de Malartic et la population est sur les dents...qui en veut un nuage doré...?

      Si vous ne savez ce que c'est: http://www.reptox.csst.qc.ca/produit.asp?no_produi

    • Obervateur - Inscrit 15 avril 2012 22 h 42

      Il ne faut pas charrier avec Malartic. Ce nuage dit de dioxide d'azote n'a pas été confirmé. Mais le nuage a été produit lors d'un dynamitage plus gros que la normale, quelle en est sa composition? Laissons les experts la divulguer.

  • S. Trudel - Inscrite 19 avril 2012 00 h 01

    PQ et gaz de schiste ...

    N'ayez crainte ... Si le PQ prend le pouvoir, il trouvera soudainement une explication pour exploiter les gaz de schiste. Avec les mêmes bâlises qu'actuellement.

    Présentement, Marois joue à l'hypocrésie. Comme n'importe quel parti d'opposition.

    C'est elle qui poussait dans le dos de Charest en juin 2008 pour exploiter au plus sacrant le pétrole et le gaz.