Évaluation environnementale - Le pétrole passe sous le radar

Pétrolia, qui mène des travaux d'exploration pétrolière dans la région de Gaspé, a déjà évoqué la possibilité d'utiliser la fracturation, ce qui serait une première dans la province. Mais l'entreprise a plutôt mené l'automne dernier deux «tests d'injectivité», dont un sur ce puits nommé Haldimand no 1.<br />
Photo: Source: Pétrolia Pétrolia, qui mène des travaux d'exploration pétrolière dans la région de Gaspé, a déjà évoqué la possibilité d'utiliser la fracturation, ce qui serait une première dans la province. Mais l'entreprise a plutôt mené l'automne dernier deux «tests d'injectivité», dont un sur ce puits nommé Haldimand no 1.

Même si son mandat lui permet de traiter de toute «question pertinente relative à l'exploration et à l'exploitation des ressources pétrolières et gazières», le comité qui dirige l'évaluation environnementale stratégique de l'industrie du gaz de schiste ne prévoit pas inclure le pétrole dans le cadre de ses travaux. Plusieurs projets de recherche de cette ressource fossile sont pourtant en cours au Québec, dont certains qui exigeront des opérations de fracturation.

«Pour le moment, on n'a rien mis dans le plan qui touche directement les ressources pétrolières», a admis au Devoir le président du comité, Robert Joly. «On s'est concentré sur le gaz [de schiste] dans le shale de l'Utica.» Ce plan de réalisation, dévoilé la semaine dernière, prévoit notamment des travaux d'analyse en laboratoire qui permettront d'étudier la fracturation hydraulique, mais aussi des démarches pour évaluer l'impact de l'industrie gazière sur le milieu. Mais aucune recherche spécifique au pétrole n'est au menu.

«On n'a pas le mandat d'étudier la question pétrolière», a affirmé M. Joly. Il a toutefois précisé que le gouvernement permet au comité responsable de l'évaluation environnementale stratégique (EES) de traiter de l'épineuse question de l'exploitation de l'or noir. Celle-ci devrait se concrétiser d'ici quelques années au Québec, vu l'intérêt grandissant des pétrolières pour les ressources québécoises. Le comité qui dirige l'EES devra d'ailleurs produire «un rapport servant à bonifier le cadre législatif et réglementaire québécois en matière de mise en valeur des ressources gazières et pétrolières», selon ce que précise son mandat.

Mais pour le moment, le comité envisagerait d'étudier le volet pétrolier uniquement si les entreprises menaient dans les prochains mois des opérations de «fracturation hydraulique», a expliqué Robert Joly au cours d'un entretien la semaine dernière. Cela exclut d'autres méthodes d'extractions controversées déjà utilisées au Québec.

Pétrolia, qui mène des travaux d'exploration pétrolière dans la région de Gaspé, a déjà évoqué la possibilité d'utiliser la fracturation, ce qui serait une première dans la province. Mais l'entreprise a plutôt mené l'automne dernier deux «tests d'injectivité», dont un sur un puits nommé Haldimand no 1. Elle a ainsi injecté un mélange de pétrole sous haute pression dans le sous-sol gaspésien.

Selon la vice-présidente de Pétrolia, Isabelle Proulx, ces travaux ont surtout servi à faire «casser» la roche en profondeur. Mais elle a refusé de parler de «fracturation». «Dans les faits, ces essais d'injectivité visaient à identifier le niveau de pression à laquelle la roche se fracture», a-t-elle précisé dans une lettre publiée dans un journal de la région de Gaspé. Les tests auraient aussi permis de remettre en état un puits endommagé lors de travaux précédents.

Selon les informations dont dispose Robert Joly, les «tests d'injectivité» ne font pas partie du mandat du comité. «On pourrait avoir à examiner cette question-là s'il s'agit d'une fracturation hydraulique. Ce que j'en comprends, jusqu'à maintenant, c'est que ça n'a pas été le cas», a-t-il affirmé. «Je pense que le test d'injectivité n'a pas été fait avec de l'eau. Il a été fait avec du pétrole. Dans ce cas, le ministère [du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs] a déterminé que ce n'était pas une fracturation hydraulique. De toute manière, par rapport à l'intérêt qu'on y aurait, il faudrait vraiment que ce soit avec de l'eau.»

Mais pour certains résidants du secteur de Gaspé, Pétrolia joue sur les mots lorsqu'elle affirme ne pas procéder à des opérations de fracturation. Une source bien au fait du dossier a d'ailleurs dit que plusieurs citoyens redoutent les impacts environnementaux des projets pétroliers dans le secteur. Quant à la Ville de Gaspé, elle a déjà adopté une résolution interdisant la fracturation hydraulique sur son territoire. La décision des élus n'a cependant aucun poids légal.

Pétrolia prévoit maintenant forer un nouveau puits «classique», celui-là à l'horizontale, de façon à rejoindre les «fractures naturelles» de la formation rocheuse gorgée de pétrole et située à plusieurs centaines de mètres de profondeur. Elle est autorisée à le faire sans consulter le comité de l'EES, puisqu'il n'existe aucun moratoire sur ce genre d'activités industrielles.

Fracturation à Anticosti

Le comité de l'EES n'a par ailleurs pas prévu d'inclure la question de l'exploration pétrolière à l'île d'Anticosti dans son plan de travail. Pétrolia estime pourtant qu'elle devra très probablement utiliser la fracturation hydraulique pour exploiter les immenses ressources pétrolières qui se trouveraient dans le sous-sol de la plus grande île du Québec. Le président de l'entreprise, André Proulx, l'a encore répété récemment lors de l'assemblée annuelle des actionnaires. Cette technique d'extraction non traditionnelle requiert des quantités importantes de fluides qui doivent ensuite être traités. Aucune installation de ce genre n'existe sur Anticosti.

Si Pétrolia — et son partenaire Corridor Resources —, mais aussi Junex, mise beaucoup sur le potentiel pétrolier de l'île, aucune date n'a encore été fixée pour d'éventuels travaux de fracturation. C'est en partie pour cela que le comité dirigé par Robert Joly n'a pas inclus Anticosti dans ses travaux. Selon lui, il sera difficile d'intégrer des études qui seraient reçues après le printemps 2013 dans le rapport final, qui doit être remis au gouvernement à l'automne de cette même année. Dans ce contexte, M. Joly estime qu'il serait «trop aléatoire de compter sur des fracturations dont on ne sait pas si elles vont venir».

Le gouvernement Charest semble pour sa part déterminé à lancer le Québec sur la voie de l'exploitation pétrolière et gazière. En plus des sommes prévues pour des prises de participation dans les exploitants d'énergies fossiles, Québec entend implanter un régime de redevances «concurrentiel» pour le pétrole. Par exemple, lorsque «les prix de la ressource et la productivité des puits sont faibles», le taux de redevances sera fixé à 5 %. Il pourra atteindre un maximum de 40 %. Le gouvernement a aussi indiqué dans le budget qu'il souhaitait étudier la mise en place d'un «incitatif particulier» pour favoriser la production pétrolière à Anticosti. Dans ce secteur, des permis qui appartenaient à Hydro-Québec ont été cédés à Pétrolia pour un montant inconnu.
36 commentaires
  • Fr. Delplanque - Inscrit 10 avril 2012 01 h 45

    Lassant

    Je commence franchement à être très lasse des pinailleurs, des chercheurs de poux montréalais qui veulent absolument qu'on n'exploitent rien comme minerais, ressources ou pétrole au Québec.

    • Fernand Trudel - Inscrit 10 avril 2012 08 h 47

      Ils sont les premiers à demander des subventions pour vivre dans leur ville tellement bien gérée...

      Ça me fait penser à la fable de la cigale et de la fourmie.

    • Hugues Tremblay Manigouche - Inscrit 10 avril 2012 12 h 47

      Et après le pétrole, vous êtes rendus où? Au même point. À chercher quoi faire, comment le faire, pour faire de l'argent, pour faire une plus-value. Pourquoi ne pas engager cette reflexion tout de suite?

      Après le pétrole, vous êtes rendus où? Au même point. Ou en arrière; la terre, l'eau, la lande sont contanimés, des infrastructures et des installations toxiques qui rouillent, des factures publiques pour décontaminer les sites, de l'équipement inutile, des compagnies qui s'en mettent les poches sans égard aux travailleurs et aux communautés qu'ils ont utilisés.

      Je vous dit - si vous habitez dans les régions où on planifie tel 'développement' - creusez-vous la tête maintenant. Parce que quand le pétrole cessera de couler, vous ne serez que plus en arrière, ayant développé toute une industrie et une compétence avec des pieds d'argile.

  • François Ricard l'inconnu - Inscrit 10 avril 2012 06 h 01

    La dépossession tranquille

    À cette dépossession tranquille, il faut répondre par une repossession tranquille: l'Option nationale va le faire.

  • Jacques Morissette - Inscrit 10 avril 2012 06 h 37

    Est-ce un comité stratégique en train de livrer une commande?

    Deux citations:
    1) ««Pour le moment, on n'a rien mis dans le plan qui touche directement les ressources pétrolières», a admis au Devoir le président du comité, Robert Joly. «On s'est concentré sur le gaz [de schiste] dans le shale de l'Utica.»»
    2) «Plusieurs projets de recherche de cette ressource fossile sont pourtant en cours au Québec, dont certains qui exigeront des opérations de fracturation.»
    Ce comité serait-il en train de révéler ses vraies couleurs?

    • Fernand Trudel - Inscrit 10 avril 2012 08 h 49

      Faut surtout pas devenir des exploiteur de pétrole, ce serait une ignominie...

    • Roland Berger - Inscrit 10 avril 2012 11 h 49

      À Monsieur Trudel
      Il est sûrement possible d'exploiter des ressources pétrolières sans « déviarger » l'environnement. C'est cette motivation qui anime ceux qui exigent des études environnementales sérieuses. Ils et elles ne sont pas moins Québécois que vous. Peut-être le seraient-ils davantage ?
      Roland Berger

    • frabol - Inscrit 10 avril 2012 13 h 24

      Et vous M. Trudel,

      Mis à part d'être du côté de la bêtise humaine, fait-t-il beau chez vous..?..En passant, attention aux fautes d'ortographe quand vous écrivez, ça vous discrédites.

  • Francois - Inscrit 10 avril 2012 06 h 48

    On se fait manipuler

    Le gouvernement et les pétrolières nous manipule briser, casser ou fracturer est un synonyme. Utiliser de l'eau ou du pétrole d'autant plus toxique pour évaluer la pression donne les mêmes résultats. Le gouvernement libéral et les industries nous manipulent et nous mentent c'est révoltant. Moi je vais à la Manifestation le 22 avril demander la démission du Parti Libéral. J'en ai assez qu'on essaie de me berner

    • frabol - Inscrit 10 avril 2012 13 h 28

      Tu penses vraiment que le Parti Libéral écoute ce que le monde dit..?

      Tu devrais commencer par demander la démission de notre ami Stephen. Si jamais tu réussissais, ce serait plus payant encore.

  • Sanzalure - Inscrit 10 avril 2012 07 h 30

    La Terre est un organisme vivant...

    ... pas un frigidaire de ressources naturelles à piller.

    Serge Grenier

    • frabol - Inscrit 10 avril 2012 13 h 30

      Le frigidaire commence à réchauffer. Et le pillage ne fait que commencer.