Il y a pénurie de compteurs-émetteurs

Il y a pénurie de compteurs-émetteurs que l'on peut interrompre à distance, selon Gaz Métro, ce qui force ce distributeur à installer désormais des compteurs qui émettent toutes les 15 secondes pour transmettre par radiofréquences des données aux releveurs, qui les récoltent... une fois par mois.

C'est ce qu'a confirmé hier au Devoir la porte-parole de Gaz Métro, Audrey Giguère. Selon elle, ce distributeur de gaz utilise présentement 20 000 compteurs qui émettent toutes les 15 secondes leur rapport de consommation, soit 10 % des 200 000 compteurs installés à travers le Québec. L'essentiel des compteurs de Gaz Métro sont «en dormance» tout le mois en attendant d'être activés pendant quelques secondes par le releveur, qui ne sort même pas de sa voiture.

Les nouveaux compteurs, qui émettent par contre toutes les 15 secondes, ressemblent sous cet angle à ceux installés depuis cinq ans par Hydro-Québec chez ses nouveaux clients ou chez ceux dont le vieux compteur électromécanique est devenu obsolète. Ces compteurs intelligents d'Hydro-Québec, dits de première génération, émettent soit toutes les deux secondes, soit toutes les 30 secondes en attendant le passage du releveur... tous les deux mois.

Mais, insiste la porte-parole de Gaz Métro, nos émetteurs «émettent beaucoup moins fort que les nouveaux d'Hydro-Québec», ce qui l'amène à conclure que la marge de sécurité par rapport aux radiofréquences est sensiblement plus importante.

D'autre part, l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique a vivement réagi à la manchette du Devoir hier, qui indiquait que ce sont 820 000 compteurs et non 20 000 qui ont été installés dans le cadre d'un projet-pilote. «Plus on avance dans l'analyse du dossier des compteurs intelligents, plus on fait des découvertes renversantes! Cette découverte nous oblige à remettre en question toutes les affirmations d'Hydro-Québec dans l'affaire des compteurs intelligents et de son soi-disant projet-pilote», affirme son président, André Bélisle.
2 commentaires
  • Francois Laforest - Abonné 23 mars 2012 06 h 32

    L'art de préparer la privatisation d'HQ !

    Bien au-delà des controverses autour des compteurs, ce qui ressort dans ce dossier, c'est un problème de gestion de notre société d'État.
    En affaiblissant et discréditant notre patrimoine publique dont fait partie HQ, c'est une politique de privatisation que poursuivent avec acharnement les libéraux (conservateurs).

  • Lebarbé henri - Inscrit 23 mars 2012 07 h 56

    Hydro-Québec va trop loin et agit de façon trompeuse

    Voila la preuve qu'Hydro-Québec n'est pas de bonne foi et cache des informations qui mettent notre vie en jeu. Il y a là, matière à poursuite contre la société et ses dirigeants qui sont responsables d'avoir caché ces informations. J'ai eu ce compteur installé à mon insu sur mon ancienne résidence, sans en connaitre son fonctionnement et ses effets.

    Les intervenants du monde médical en Autriche et en Suisse le 23 mars de cette année vient d'émettre leurs demandes à leur assemblée Nationale, réclament que l'on baisse de façon radicale (par dix) les émissions de tout les appareils émettant des micro ondes, je dis bien TOUT. Même, qu'ils affirment que les gens qui habitent près des lignes hautes tension sont les gens qui développent plus rapidement la maladie d'Alzheimer.

    Ils déclarent que les ondes mobiles sont éventuellement cancérigènes.

    Alors que fait Notre Jean Charest, Rien, il fait la soude oreille. Dans mon jargon à moi, qui ne dit rien consent.


    Les médecins du monde entier lancent un cri d'alarme, que font nos dirigenat politiques?