Site d'enfouissement de Lachute - Au gouvernement Charest d'agir, dit le PQ

Le gouvernent Charest doit immédiatement mettre fin à l'enfouissement des déchets de Longueuil et de Montréal vers le site d'enfouissement de la Régie intermunicipale d'Argenteuil-Deux-Montagnes (RIADM), après que celle-ci eut été condamnée, cette semaine, pour avoir autorisé la société RCI, propriété de la famille Rémillard, à dépasser la capacité autorisée du site.

C'est ce qu'a réclamé, hier, par voie de communiqué, le Parti québécois. Selon son porte-parole Scott McKay, critique en matière d'environnement, «la situation du site d'enfouissement est extrêmement précaire. En bafouant les règles, la Régie et l'entreprise exploitant le site ont créé un important problème environnemental, afin d'augmenter les profits, en enfouissant plus de déchets, et ce, au détriment de la population et de l'environnement. Le gouvernement doit prendre acte du jugement de la Cour d'appel et agir promptement».

«Le jugement tombé hier est sans équivoque, a-t-il poursuivi. La RIADM et la compagnie RCI Environnement doivent cesser immédiatement et sans délai d'acheminer notamment les déchets de Montréal et de Longueuil au site d'enfouissement de Lachute. Les parties en présence ont littéralement outrepassé un décret du ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) limitant la capacité du site. C'est extrêmement troublant.»

Le député McKay estime par ailleurs qu'une partie de la situation intolérable qui s'est développée à cet endroit est imputable aux différents ministres libéraux de l'Environnement, qui ont laissé aller les choses: «À chaque fois que nous sommes intervenus à l'Assemblée nationale afin de réclamer le respect du décret du ministère, le ministre de l'Environnement nous a servi une fin de non-recevoir. Il aura fallu ce jugement extrêmement sévère qui confirme que la Régie s'est détournée de ses engagements environnementaux en triturant l'essence du décret ministériel relatif au site d'enfouissement de Lachute.»

Rappelons que la capacité d'enfouissement du site est de 500 000 tonnes par année. La preuve soumise à la Cour d'appel indique que Gestion environnementale Nord-Sud, une filiale de RCI, voulait plutôt enfouir jusqu'à 767 000 tonnes par année en compactant davantage les déchets.
1 commentaire
  • jacques bisson - Inscrit 26 février 2012 11 h 36

    L'étalement...des déchets !!!

    Certains citoyens bien pensants de certaines grandes villes décrient l'étalement urbain. Seraient ils favorables, par leur silence à l'étalement de leurs déchets un peu partout, même dans des zones...agricoles ?

    Si je comprend bien: Les patates et les vidanges en banlieu, les services et infrastructures en ville...Ben coudon

    Vive la rectitude socio-politique