Le gaz de schiste aussi polluant que le charbon

Le bilan des gaz de schiste rejoint celui du charbon, car les nouvelles études tiennent compte des émissions provenant de la fracturation hydraulique, des liquides entreposés, des fuites aux têtes de puits ou du sol, des équipements de raccordement, etc.<br />
Photo: Yan Doublet - Le Devoir Le bilan des gaz de schiste rejoint celui du charbon, car les nouvelles études tiennent compte des émissions provenant de la fracturation hydraulique, des liquides entreposés, des fuites aux têtes de puits ou du sol, des équipements de raccordement, etc.

Les émissions de gaz de schiste sont deux fois plus importantes que ce que rapporte cette industrie au point d'équivaloir celles du charbon, le pire combustible fossile pour le climat planétaire, révèle une étude conjointe de la National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) des États-Unis et de l'Université de Boulder au Colorado.

L'étude en question, qui sera incessamment publiée dans la revue Journal of Geophysical Research, faisait aussi hier l'objet d'un rapport dans la prestigieuse revue Nature.

C'est la première étude dont les résultats ne proviennent pas d'analyses théoriques ou de modélisation, mais de mesures empiriques au sol à partir d'équipements mobiles et dans des «tours» d'analyse des gaz présents dans l'air.

Les auteurs de cette étude concluent: «notre analyse suggère que les émissions des gaz mesurés sont généralement sous-évaluées dans les inventaires courants et qu'en raison de ces évaluations, il s'agit d'un rapport de deux fois». En clair, les émissions mesurées sont deux fois supérieures à celles des études mises de l'avant par les industriels et certains organismes gouvernementaux.

Sauf une. Il s'agit de celle du professeur Robert Howart, un chercheur de l'Université Cornell dont nous avons publié les conclusions dans Le Devoir au printemps dernier. Ce dernier a été le premier à dire que les émissions totales de l'industrie des gaz de schiste correspondaient à celles de la combustion du charbon parce que cette molécule est 100 fois plus efficace comme gaz à effet de serre que le CO2 pendant ses premiers 20 ans dans l'atmosphère. À plus long terme, le pouvoir de captage de la radiation solaire par le méthane de schiste est 25 fois supérieur au CO2.

Le professeur Howart, qui a publié il y a quelques semaines une version révisée de son étude du printemps, déclarait hier à la revue Nature qu'en réalité, les mesures de la NOAA se révélaient même légèrement supérieures à ses propres calculs tout en les suivant de près.

L'étude NOAA-Colorado situait les fuites de gaz de schiste entre 2,3 % et 7,7 % selon les sites inventoriés, avec une médiane autour de 4 %, soit plus que celles de l'Université Cornell et plus qu'une autre étude de l'Agence de protection de l'Environnement (EPA) des États-Unis.

Les auteurs de la nouvelle étude NOAA-Boulder insistent aussi sur le fait que leurs calculs n'ont pas tenu compte d'un autre volet des fuites, soit celles provenant des oléoducs et des systèmes de distribution municipaux.

La combustion du gaz naturel émet la moitié des gaz à effet de serre (GES) que le charbon. Mais les nouvelles études tiennent compte non seulement des émissions à la sortie des fournaises industrielles ou domestiques, mais aussi des émissions provenant de la fracturation hydraulique, des liquides entreposés, des fuites aux têtes de puits ou du sol, des équipements de raccordement, etc. C'est ainsi que le bilan des gaz de schiste rejoint celui du charbon.

Ces constats ne tiennent pas pour le gaz naturel provenant d'un puits classique, lequel n'exige aucune des complexes opérations de fracturation. Les conclusions de l'étude NOAA-Boulder pourraient bien compromettre l'image des gaz de schiste comme combustible de transition entre les combustibles riches en CO2 et les énergies vertes.

Réactions

Pour Patrick Bonin, directeur du dossier climat-énergie au sein de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA), cette nouvelle étude enfonce un autre clou de taille dans les projets de cette industrie au Québec, un des rares États nord-américains à s'être doté d'un plan de réduction substantielle de ses GES.

«Elle démontre clairement, dit-il, que si le Québec poursuit le développement de l'exploitation des gaz de schiste, il lui sera impossible d'atteindre son objectif de réduction d'émissions de GES pour 2020 et même de respecter ses normes sur la qualité de l'air ambiant», car le méthane est aussi un précurseur d'ozone troposphérique (au sol), qui est particulièrement dommageable pour les humains et les plantes.

Quant au président de l'AQLPA, André Bélisle, il estime que l'étude justifie une réévaluation des 600 puits connus, fermés ou en instance de l'être, car leurs fuites sont fort probablement plus importantes que celles déclarées par l'industrie.

L'ampleur des constats d'un organisme scientifique aussi prestigieux que le NOAA, ajoute-t-il, rend encore plus impérative la nécessité d'un moratoire complet sur cette exploitation au Québec.

L'AQLPA estime que Québec doit trouver dans cette nouvelle étude un motif supplémentaire pour «écouter la population» et pour se concentrer plutôt sur la biométhanisation, soit la production de méthane à partir de déchets domestiques, ce qui règle deux problèmes d'un coup.
76 commentaires
  • Poirier Sylvie - Inscrite 10 février 2012 01 h 07

    C'était évident

    Tout le monde le savait après avoir vu la vidéo sur Gasland compte tenu des dégâts environnementaux que provoque l'exploitation de ces gaz avec tous les produits qu'utilisent cette industrie. Seulement John James Charest et sa gagne de libéraux qui ne comprennent pas les conséquences de cette extraction.
    Bravo pour l'article M. Franc coeur et merci.

  • Gobay B - Inscrit 10 février 2012 01 h 24

    Un reportage irresponsable

    Franchement, cet article est irresponsable. Je me demande si l'auteur recoit des fonds de l'industrie du charbon pour son article.

  • Gobay B - Inscrit 10 février 2012 01 h 24

    Un reportage irresponsable

    Franchement, cet article est irresponsable. Je me demande si l'auteur recoit des fonds de l'industrie du charbon pour son article.

  • Duplessis Bernard - Inscrit 10 février 2012 04 h 09

    Comme l'industrie de l'amiante!

    Ce sera le fond du baril pour M. Caillé et sa gang de vautours. C'est exactement comme l'histoire de l'amiante. Le cash, juste le cash. L'industrie et le gouvernement Charest main dans la main juste pour le cash et les actions de compagnies. Ils font leurs propres études environnementales! Foutaises. J'ai hâte que les vieux croutons de politiciens sans cervelle qui ne pensent qu'au cash aillent voir ailleurs et laissent la place à des jeunes qui, plus sensibles à l'environnement, sauront nous guider vers les énergies vertes. M. Guilbeault par exemple.

  • André Chevalier - Abonné 10 février 2012 04 h 36

    @ Gobay B

    Est-ce que vous voulez dire que les rapports auxquels fait allusion Louis-Gilles Francoeur sont faux avec des arguments à l'appui ou si vous dites n'importe quoi ?