Réglement sur les eaux - Des écologistes voient d'un bon oeil le plan de Québec

«Enfin, Québec commence à rattraper son retard par rapport à l'Ontario, au Nouveau-Brunswick et à la Nouvelle-Écosse en matière de protection de ses sources d'eau potable!»

C'est en ces termes qu'a réagi hier Pierre Dépôt, porte-parole de l'Association des propriétaires riverains du lac Bowker en Estrie. C'est ce petit groupe écologiste dédié à la protection des lacs et des berges qui a animé au Québec le débat sur la protection des sources d'eau potable depuis des années. Mais, explique Pierre Dépôt, il faudra attendre que Québec fasse connaître sa «stratégie de protection et de conservation des sources d'eau» pour savoir avec précision quelles activités il entend interdire ou contrôler dans les trois aires de protection que son projet entend créer autour des prises d'eau potable.

Vérification faite hier, le ministère du Développement durable, de l'Environnement et des Parcs (MDDEP) devrait publier prochainement plusieurs éléments de sa stratégie globale sur la protection des sources d'eau potable.

Par exemple, explique l'écologiste, cette stratégie devra définir si les moteurs à essence de bateau seront bannis dans la zone de protection de 300 mètres autour des prises d'eau situées dans les lacs et cours d'eau. Autre question: est-ce que les municipalités, qui auront l'obligation d'identifier et de contrôler les risques de contamination de leurs sources d'eau potable dans leur plan de protection, auront l'obligation de faire approuver ce plan par le ministère? Comment le ministère va-t-il gérer les situations complexes, comme celles du lac Bowker, qui dessert des municipalités en eau potable qui ne sont pas situées dans sa propre MRC? Enfin, le ministère, ajoute-t-il, devra aussi préciser dans quelle mesure la construction de résidences sera ou non permise dans les différentes zones pour éviter les risques de contamination, ce que le règlement ne précise pas.

Globalement, explique Pierre Dépôt, le fait que le Québec se lance dans la protection de ses sources d'eau potable ne peut que réduire les risques de contamination et les coûts pour la société. Mais il déplore que le projet de règlement soit muet sur la possibilité d'avoir des exigences beaucoup plus strictes dans le cas de villes qui sont présentement exemptées de traiter leur eau brute en raison de leur qualité exceptionnelle.

Quant aux exigences édictées pour la géothermie en sol, certains groupes se demandaient hier si elles n'allaient pas décourager l'implantation de cette filière méconnue au Québec. Pour Serge Bergeron, un ingénieur de la firme Kelvin Emtech, les exigences du ministère intègrent tout simplement les règles de l'art et les normes déjà appliquées par cette industrie.
7 commentaires
  • Jacques Prescott - Inscrit 21 décembre 2011 09 h 51

    L’eau potable, source de vie


    L’eau potable constitue la plus importante ressource naturelle. Sans eau, aucune vie n’est possible. Toute initiative visant à protéger les sources d’eau potable doit être saluée et appuyée sans réserve. La ville de New York l’a compris depuis longtemps en protégeant une grande partie du bassin versant de l’Hudson, source d’eau de la mégalopole. Cette décision lui a permis de sauver des milliards de dollars pour la construction d’usines de filtration devenues inutiles.

    Au Québec, chaque municipalité doit prendre conscience de ses responsabilités en cette matière et inscrire la protection des sources d’eau en tête des priorités de son plan de zonage et de développement. Le règlement qui vient d’être adopté par Québec ouvre la voie à un meilleur aménagement du territoire et à l’agrandissement du réseau des aires protégées dans les régions habitées, pour le plus grand bien de la biodiversité et des générations actuelles et futures.

  • Gert - Inscrit 21 décembre 2011 10 h 39

    Eau prtégée

    Ils veulent protéger les eaux des municipalités mais pas celle des campagnes , cette eau qui sert a faire boire nos gens et nos animaux et qui sert a faire pousser notre nourriture , si ils contaminent nos campagnes , ou prendrons nous notre nourriture , le coup de la vie vas grimper en flèche , Bien sur si on est capable de trouver de la bonne nourriture non contaminée a quecpart dans le monde car ils veulent forer partout .Il faut voir clair la dedans , pourquoi se presser tant , de toute façon , ce n'est pas pour nous ce gaz .Si on attend dans 20 ans , nos enfants auront peut-être trouver une façon d'aller chercher ce gaz sans danger et tout le monde sera content, et en plus nos enfants nous remercieront d'avoir garder notre Québec intact qui ne sera pas détruit par l'avarice des gens.
    Gerty

  • Gert - Inscrit 21 décembre 2011 10 h 39

    Eau prtégée

    Ils veulent protéger les eaux des municipalités mais pas celle des campagnes , cette eau qui sert a faire boire nos gens et nos animaux et qui sert a faire pousser notre nourriture , si ils contaminent nos campagnes , ou prendrons nous notre nourriture , le coup de la vie vas grimper en flèche , Bien sur si on est capable de trouver de la bonne nourriture non contaminée a quecpart dans le monde car ils veulent forer partout .Il faut voir clair la dedans , pourquoi se presser tant , de toute façon , ce n'est pas pour nous ce gaz .Si on attend dans 20 ans , nos enfants auront peut-être trouver une façon d'aller chercher ce gaz sans danger et tout le monde sera content, et en plus nos enfants nous remercieront d'avoir garder notre Québec intact qui ne sera pas détruit par l'avarice des gens.
    Gerty

  • France Marcotte - Inscrite 21 décembre 2011 11 h 03

    La bonne nouvelle ne suffit plus

    ...depuis que l'on sait trop bien que le diable se cache dans les détails.

    Il faut des chiens de garde aux lois.

    C'est épuisant et quand les intentions pour le bien commun ne sont pas nettes, c'est comme pour l'eau, ça trouve toujours son chemin pour couler, pour échapper à la vigilance.

    Tout est tellement plus simple quand on veut vraiment.

    Quoi de plus économique, écologique et bienfaisant que l'intégrité volontaire!

  • Xavier Morand Bock - Inscrit 21 décembre 2011 12 h 52

    Pour de plus amples informations

    Comment les ressources en eau potable québécoise sont-elles protégées? C'est une question sur laquelle le magazine La Chemise s'est penché! Pour l'avis de plusieurs spécialistes, dont Bernard Landry, visitez le http://www.chemisemagazine.org