Kyoto sans le Canada?

Le Canada, le Japon et la Russie ont tous trois ratifié le protocole de Kyoto. Mais ils ne veulent pas s’engager dans une deuxième phase de réductions des émissions de GES après 2012.<br />
Photo: Agence Reuters Jorge Silva Le Canada, le Japon et la Russie ont tous trois ratifié le protocole de Kyoto. Mais ils ne veulent pas s’engager dans une deuxième phase de réductions des émissions de GES après 2012.

Pour dénouer l'impasse qui se dessine à la prochaine conférence internationale sur les changements climatiques à Durban, en Afrique du Sud, en décembre, l'ONU songe à prolonger le protocole de Kyoto sans le Canada, le Japon et la Russie.

C'est ce qu'a indiqué lundi à Londres la secrétaire générale de la Convention sur les changements climatiques, Christiana Figueres, à l'issue de la conférence préparatoire de Panama, qui se terminait en fin de semaine.

Le Canada, le Japon et la Russie ont tous trois ratifié le protocole de Kyoto. Mais ils ne veulent pas s'engager dans une deuxième phase de réductions après 2012. Ils refusent de s'engager dans un traité qui n'inclurait pas les 193 signataires de la Convention sur les changements climatiques dans une nouvelle ronde de véritables réductions. Des trois pays réfractaires à de nouveaux efforts, le Canada est considéré comme le cancre absolu, n'ayant même pas amorcé un plan de réductions comme sa loi de ratification l'y engageait d'ici 2012 ainsi que d'autres lois votées par le Parlement depuis.

Mais dans cet horizon diplomatique pratiquement fermé à un mois et demi de la prochaine rencontre internationale, Christiana Figueres a précisé qu'elle mettait beaucoup d'espoir dans une déclaration d'intention, dont les diplomates débattraient présentement à huis clos, sur la mise en place d'un traité qui lierait toutes les nations, différent de Kyoto et de l'entente de Copenhague. Mais elle n'a pas voulu préciser si une entente de ce genre pouvait voir le jour à Durban.

Pour l'instant, dit-elle, l'évolution des négociations dépend d'abord des États-Unis, car ce qu'ils ont mis sur la table est insuffisant, soit une réduction de 17 % de leurs émissions d'ici 2020 par rapport à 2005. Cela équivaut à ramener leurs émissions au niveau de 1990, un niveau que l'Europe aura abaissé de 8 % en 2012. Et, a poursuivi Mme Figueres, la deuxième priorité, c'est la Chine. Dans son cas, l'important consiste à savoir quand elle entend freiner en chiffres absolus la croissance annuelle de ses émissions. La Chine a dépassé depuis deux ans les États-Unis dans le douteux championnat des émissions de GES.

Ces précisions sont d'autant plus importantes, a précisé Mme Figueres, que le total des engagements officiels des différents pays de la planète ne dépasse pas 60 % des réductions qui seraient nécessaires pour stabiliser la hausse de la température moyenne de la Terre à 2 centigrades.

Pour leur part, les États-Unis insistent cette année pour qu'on cesse de classer la Chine, l'Inde et le Brésil parmi les pays en développement, ce que plusieurs pays en développement disent aussi de plus en plus ouvertement.

Quant à l'Europe, dont la détermination demeure exemplaire, elle serait prête à s'engager dans une phase 2 du protocole de Kyoto si les pays non engagés dans ce traité acceptaient de se lier dans un éventuel traité contraignant mais différent.

Pour les pays en développement, par contre, la prolongation du protocole de Kyoto est une condition sine qua non à leur engagement dans des réductions volontaires, conditionnelles à une aide financière des pays développés en guise de compensation pour les impacts d'un problème environnemental auquel ils ont contribué marginalement.
21 commentaires
  • Caroline Moreno - Inscrit 12 octobre 2011 06 h 10

    LA HONTE

    Raison de plus pour se séparer du Canada.

  • Gert - Inscrit 12 octobre 2011 07 h 24

    L'argent, toujours l'argent

    Quand es-ce que le monde vas se réveiller , il ne veulent pas dépenser d'argent pour dépoluer , la cause , ça coute trop cher , ils ne s'appercoivent pas qu'on s'en vas en temps d'apocalipse, ils vont faire quoi avec leur argent quand tout sera détruit, je ne peux pas comprendre que d'être avare comme ça rend aveugle a ce point., Regardez les innondations qui se propage , les ouragants de plus en plus a cause du réchauffement de la planette, les tremblements de terre , de plus en plus fréquent.
    Bon sens , il faut se réveiller , si c'est ce que vous voulez pour vos enfants et les générations futures, en plus les gaz de schiste par dessus ça et en plus les forages dans les mers avec les catastrophes que ça emmène , on s'en vas ou avec tout ça, je prie le Seigneur pour que le monde se réveille avant longtemps.

    Les lobbéiste , Arrêtez de penser juste a faire de l'argent et regardez autour de vous , vous allez vous étouffer avec votre argent.
    Tant que ce sera l'argent qui mènera sur la terre , on vas toujours s'engouffrer et la fin des temps arrivera bientôt , je vous demande de voir le bon sens et de changer vos habitutes car il vas faloir se priver bientôt , la jeune génération n'ont pas connu la misère mais ils devront s'y faire et il y aura encore plus de suicide dans le monde car ils ne pourront pas le supporter. Guerty

  • arabe - Inscrit 12 octobre 2011 07 h 34

    Tiens, un autre éditorial par reportage interposé.

    Cher partisan: belle leçon de militantisme sous couvert de reportage.

  • André Michaud - Inscrit 12 octobre 2011 08 h 50

    Volonté citoyenne ?

    Ce sont presque TOUS les canadiens , y compris les québécois, qui ont rejeté le Plan Vert de M.Dion et dit aux conservateurs qu'il préféraient avoir l'essence la moins chère possible..

    Avant ce rejet j'avais des illusions, qui sont parties avec ce rejet populaire MASSIF d'une société plus écologique...et avec la constatation que le Parti Vert sera toujours ultra marginal...VOX POPULI !

    Les citoyens adorent la société de consommation et les autos (maintenant souvent 2 autos) et vont jusqu'à l'hyper endettement , ce qui est l'extrême opposé des rêves verts.....dommage !

    Qui saura faire mieux que M.Dion pour les convaincre du contraire et changer leur style de vie???????????

  • dojinho - Inscrit 12 octobre 2011 09 h 12

    Que fait-on avec un citoyen qui viole une loi (même s'il est premier ministre)?

    @C. Moreno

    Et vous pensez qu'ainsi la planète va survivre? On peut probablement faire davantage comme citoyens canadiens pour faire plier le gouvernement du Canada aux exigences internationales, que le pays a ratifié, que comme citoyens d'un Québec souverain. Votre prétexte ne tient pas!

    Par contre le titre est bon! Le premier ministre d'un pays ou d'une province a le devoir primordial d'assurer le bien-être, et encore plus la survie, de ses citoyens. M. Harper joue à la roulette russe avec l'enjeu climatique, et malheureusement le gun est "full"... D'ailleurs notre premier ministre provincial ne s'illustre pas tellement mieux avec le dossier des gaz de schiste et celui du pétrole d'Anticosti. Ces ressources ont beau avoir une valeur immense sur le marché actuel, profiter de ces trésors entraînera notre perte à tous... Le mieux est de les laisser là où ils sont et éviter un gaspillage précoce et inutile.

    @Gert

    Je comprend votre cri du coeur; en fait, je pense que ce n'est pas tant une question d'argent, car le développement des ressources renouvelables génèrerait aussi de gros revenus (énormément d'emplois en perspective, beaucoup plus que dans le secteur pétrolier ou gazier traditionnels). De même, les mesures d'économie d'énergie créeraient beaucoup d'emplois et on pourrait couper en deux notre utilisation d'énergie en 1 an, avec un peu de volonté et de discipline. Le problème c'est que les revenus seraient distribués de manière différente : les acteurs actuels - les grosses pétrolières et autres gros joueurs du secteur de l'énergie, incluant les joueurs du secteur automobile - détiennent un quasi-monopole du profit relié à l'utilisation des sources condensées d'énergie et feront tout pour garder le status-quo, incluant le lobby auprès des dirigeants et la propagande mensongère mettant en doute le réchauffement climatique.

    On a besoin d'un "Printemps Canadien"! Les dirigeants renégats devraient être tenus responsa