Gaz de schiste - Lucien Bouchard invite Québec à investir

La proposition de Lucien Bouchard de faire du gouvernement du Québec un partenaire dans le développement des gaz de schiste a fait bondir les environnementalistes.

Dans une allocution devant la Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ), à Victoriaville, le président de l'Association pétrolière et gazière du Québec a invité le gouvernement à investir avec le secteur privé pour l'exploitation de la filière énergétique controversée. «Je peux vous dire [...] qu'un grand nombre d'entreprises considéreraient comme bienvenue l'entrée en scène de l'État québécois comme partenaire, rapporte le journal local La Nouvelle Union. Et comme citoyen québécois, je souhaite vivement que puisse s'effectuer ce genre de coopération entre secteur public et secteur privé. De toute façon, cette synergie s'inscrit dans la tradition d'économie mixte qui, au Québec, s'est avérée bénéfique dans d'autres domaines.»

De plus, une participation directe du gouvernement dans l'industrie rassurerait les citoyens, a ajouté M. Bouchard.

Le président de l'Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique, André Bélisle, trouve cette proposition «absolument absurde». «On a été expropriés sur nos propres terres, les compagnies ont pris possession de la ressource, et au moment où ils reconnaissent des problèmes financiers de plus en plus sérieux, on invite la population à devenir partenaire via le gouvernement. C'est odieux.»

L'industrie veut faire payer aux Québécois une éventuelle faillite de l'exploitation au Québec, croit Serge Fortier, du Comité vigilance gaz de schiste Lotbinière. «On voit que l'industrie cherche des moyens pour se sortir la tête de l'eau et j'ai l'impression qu'ils veulent impliquer l'État, c'est-à-dire nous autres, les citoyens, dans les risques qu'ils courent de devoir quitter le Québec s'il n'y a pas d'acceptabilité sociale.» M. Fortier craint que le gouvernement du Québec réponde à cette invitation.

De plus, André Bélisle dénonce que l'ancien premier ministre du Québec se soit dit certain que les conclusions du comité d'évaluation environnementale stratégique seront favorables à l'exploitation des gaz de schiste, en entrevue à RDI.

La FCCQ, qui a invité hier M. Bouchard au cours de son congrès annuel portant cette année sur le développement économique durable, a donné son appui à la vision de Lucien Bouchard et voit dans le développement des gaz de schiste une façon pour les Québécois de «s'enrichir collectivement».
29 commentaires
  • Marc-Aurèle Lachance - Inscrit 1 octobre 2011 02 h 40

    L'art de la corruption

    Il faut vraiment être rétrograde pour embrigader l'État dans les énergies fossiles, malgré Copenhague, et particulièrement dans le gaz de schiste, malgré Robert W. Howath. Lulu est tombé sur la tête, ce qui m'échappe encore c'est le nombre d'étage de sa chute.

    « Et comme citoyen québécois, je souhaite vivement que puisse s'effectuer ce genre de coopération entre secteur public et secteur privé. De toute façon, cette synergie s'inscrit dans la tradition d'économie mixte qui, au Québec, s'est avérée bénéfique dans d'autres domaines. » -Lulu

    Bénéfique? Ou catastrophique comme au Ministère des Transports! Car nous y voilà! En plein rapport Duchesneau, alors qu'il faut dénouer les magouilles entre le MTQ et les entreprises privées, Lulu arrive pour en générer d'autres! On imagine dès lors ce que signifiera «s'enrichir collectivement»! Il sera simplement plus aisé de laisser les vieux puits qui fuient et autres externalités environnementales aux frais de l'État et donc du peuple. 80% du gaz reste dans le sol après «exploitation» faut-il le rappeler (cf. Marc Durand) et nos coulis ne sont pas éternels, loin s'en faut! Sans compter qu'il sera ensuite bien plus difficile de se sortir de cette assuétude au gaz de schiste une fois que l'État s'y sera laissé devenir dépendant.

    Pourquoi l'État n'investit-il pas plutôt dans le développement du potentiel éolien québécois? Pour satisfaire la FCCQ, membre de la Fédération américaine des chambres de commerce qui s'est opposée à la loi Waxman-Markey? Vraiment, Lulu a l'art de corrompre l'État et le peuple.

    Gaz de schiste: sale, hypocrite et non-éthique!

  • Gilles Delisle - Abonné 1 octobre 2011 05 h 46

    Vendre son pays pour quelques dollars! Quelle tristesse!

    Qu'il est triste de voir cet homme, qui nous avait presque donné un pays, devenir le défendeur et promoteur, du saccage de notre sous-sol québécois, avec tous les risques que cela signifient pour l'avenir des prochaines générations. Pour quelques dollars, cet homme "vire-capot", s'apprête à renier son peuple à tout jamais pour un plat de lentilles. Quelle tristesse de voir celui que le peuple a suivi, presque aveuglément dans de grands espoirs de pays, se coucher devant les saccageurs de pays!

  • alen - Inscrit 1 octobre 2011 07 h 29

    Mme Bertrand-rand-rand...

    L'industrie du gaz de schiste sera SEULEMENT si la population qui habite la vallée du Saint-Laurent (excluant Montréal) le veut. Autrement dit quand les populations locales auront l'assurance que l'exploitation des schistes est sécuritaire et profitable pour elles-mêmes et pour le Québec... On n'en a que faire des vautours qui ont sauté sur la coffre au trésor dès que Jean Charest a détourné les yeux...

  • Ingrid Style - Inscrite 1 octobre 2011 07 h 48

    Les consequences:

    La Table ronde national sur l'environnement et l'économie (TRN) a annoncé il ya quelques jours que selon ses études,les repercussions pour le Canada des changements climatiques sont les suivants:
    En 2020 5 MILLIARDS de dollars/année.
    En 2050 entre 21 et 40 MILLIARDS de dollars\année.
    Le gaz de schiste est un carburant fossil.
    Est-ce que nous allons nous ''enrichir collectivemnet'' sur les dos de nos enfants?

  • - Inscrit 1 octobre 2011 08 h 51

    Le roi Lucien a mis sa culotte à l'envers...



    Votre majesté est pas mal culottée!. Ce n'est pas investir dans le gaz et le pétrole qu'il faut, le Québec l'avait déjà fait par Hydro-Québec. Une immense trésor avait été découvert. Sire Caillé et autres serviteurs de ces majestés se sont partagés le pactole. 40 milliards$ seulement sur l'île merveilleuse d'Anticosti.

    Roi Lulu conseillez au vilain Shérif de Québec le Sire Jean Charest d'obliger vos vilains patrons à rendre au peuple du Québec ce qu'ils lui ont pris.

    En termes plus économiques, la richesse collective a été privatisée sans compensation et vous voulez en plus que les citoyens deviennent partenaires de cette arnaque. Comme vous dites, c'est pas sérieux!

    Gérard Côté