Parc éolien de Saint-Valentin: Québec le trouve inacceptable dans sa forme actuelle

Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir

Québec — Québec estime que la réalisation contestée du parc éolien de Saint-Valentin, en Montérégie, ne sera pas possible dans sa forme actuelle en raison de sa «non-acceptabilité sociale».

C'est ce qu'ont indiqué aujourd'hui la ministre des Ressources naturelles, Nathalie Normandeau, et son collègue de l'Environnement, Pierre Arcand, après le dépôt du rapport du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement (BAPE) dans ce dossier.

Le BAPE estime que le projet de la firme Venterre NRG nécessite des modifications, ses avantages semblant inférieurs aux désavantages et risques encourus.

Notamment, le projet gruge un patrimoine agricole de haute qualité «qu'il convient de protéger», selon le BAPE. De plus, le domaine du parc éolien est fréquenté au printemps par un nombre d'oies, de bernaches et d'autres espèces nettement plus élevé que les estimations du promoteur. Plusieurs emplacements d'éoliennes devraient ainsi être revus.

Les risques d'une atteinte à la qualité de vie et à la santé des voisins d'éoliennes sont par ailleurs qualifiés de «réduits» en raison de la distance séparatrice de 750 mètres à Saint-Valentin et de 1000 mètres à Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix.

Le BAPE souligne finalement que la consultation préalable a fait défaut, le promoteur et la municipalité de Saint-Valentin ayant «informé» les citoyens, plutôt que de les consulter de façon ouverte et transparente.

Plusieurs citoyens au sein du Comité Don Quichotte contestent le projet. Les maires des municipalités voisines ont aussi formé une coalition s'y opposant.

Le ministre Arcand signale, dans un communiqué, que le développement durable s'appuie sur une vision à long terme qui prend en compte le caractère indissociable des dimensions environnementale, sociale et économique des activités de développement. Il ajoute que, considérant la non-acceptabilité sociale du projet de parc éolien de Saint-Valentin, le gouvernement ne peut donner son aval à sa réalisation.

Quant à la ministre Normandeau, elle rappelle que le gouvernement a choisi de faire de l'énergie un levier de développement économique pour les régions du Québec. Elle précise que le développement de l'énergie éolienne représente une occasion «formidable» de création de richesse pour les régions, mais qu'un tel développement n'est possible qu'avec l'appui du milieu d'accueil.

Rappelons que ce projet vise l'installation et l'exploitation d'un parc de 25 éoliennes occupant une superficie approximative de 31 hectares. Il est situé principalement dans les municipalités de Saint-Valentin et de Saint-Paul-de-l'Île-aux-Noix.

 
10 commentaires
  • T. Beauregard - Inscrit 19 août 2011 13 h 46

    Typique

    Il est effectivement impératif de suivre les principes du développement durable. Les arguments opposants ce projet sont certainement valables, sauf un... "le projet gruge un patrimoine agricole de haute qualité". Ce projet gruge tout au plus quelques hectares, alors que l'étalement urbain de la couronne Montréalaise ce goinfre annuellement de centaines de km carré de ces même terres. La présence d’éoliennes protégerait justement ces terres de l’étalement urbain. L’acceptation de cet argument par nos gouvernements est un signe d’hypocrisie crasse.

  • Bernard Terreault - Abonné 19 août 2011 14 h 05

    @ M. Beauregard

    Excellente remarque sur l'étalement urbain qui bouffe les meilleures terres du Dix-30 à St-Lin. Dans les années 1947-55, je passais mes étés au mileu des plus riches fermes horticoles du Québec au bord du fleuve à ... Brossard !

  • Elisa Soulieres - Inscrite 19 août 2011 14 h 12

    Deux poids, deux mesures

    "Elle précise que le développement de l'énergie éolienne représente une occasion «formidable» de création de richesse pour les régions, mais qu'un tel développement n'est possible qu'avec l'appui du milieu d'accueil."

    Ce commentaire est louable, mais dit-elle la même chose dans le dossier des gaz de schiste ?

  • Claude Kamps - Inscrit 19 août 2011 14 h 49

    Un autre spectacle de cabarets

    du cirque Charest en pré-élection, le bien commun passe aprés quelques votes...

  • T. Beauregard - Inscrit 19 août 2011 15 h 29

    @ Elisa Soulieres

    Bien dit. En fait, la suite des choses en dira long sur les allégations de copinage et de corruption.