cache information close 

Dessine-moi un puits de gaz de schiste

La couverture du livre à colorier de Talisman Energy vantant aux enfants les mérites du gaz de schiste. <br />
Photo: Talisman Energy La couverture du livre à colorier de Talisman Energy vantant aux enfants les mérites du gaz de schiste.

La multinationale albertaine Talisman Energy a opté pour une campagne de relations publiques pour le moins inusitée afin de tenter de convaincre la population de la pertinence d'exploiter le gaz de schiste: un cahier à colorier destiné directement aux enfants et distribué aux États-Unis.

Le héros de cette courte bande dessinée, un dinosaure souriant déguisé en travailleur du secteur gazier, se nomme Talisman Terry. Plus précisément, il s'agit d'un «Fracosaurus», une allusion au processus de fracturation hydraulique nécessaire pour extraire le gaz naturel du sous-sol. Aux États-Unis, on utilise d'ailleurs le plus souvent le terme «fracking» pour décrire cette méthode qui suscite de plus en plus d'inquiétudes en raison des risques environnementaux qu'elle pose.

Talisman Terry présente aux jeunes une «source d'énergie propre appelée gaz naturel» qui se trouve en abondance dans le Nord-Est américain, une zone où se situe le shale de Marcellus, de loin le plus important du genre en Amérique du Nord. «Le gaz naturel est un carburant fossile propre. C'est l'une des plus propres, des plus sûres et des plus utiles sources d'énergie qui soient», peut-on lire au début de ce cahier à colorier, à côté d'une maison, d'un chat souriant et d'une lune souriante dans le ciel. Le document est disponible sur le site du Devoir.

Tous les personnages présentés dans cet outil promotionnel semblent d'ailleurs des plus heureux, comme cette famille assise autour d'une table qui utilise le gaz naturel pour chauffer sa maison et faire cuire ses repas. Même le chien esquisse un large sourire, visiblement très satisfait de son sort au sein de cette famille de deux adultes et deux enfants qui a recours au gaz de schiste dans plusieurs facettes de sa vie quotidienne. Et il ne faut pas oublier que ce carburant peut également être utilisé dans des «automobiles et des autobus».

En plus d'insister sur l'utilité du gaz naturel, le cahier créé il y a quelques mois par Talisman apprend aux tout-petits que l'exploitation de cette source d'énergie fossile se fait en parfaite harmonie avec la protection de la nature. Ainsi, avant le début des travaux, on présente une colline avec des arbres, des fleurs, un soleil et ce qui semble être un cerf de Virginie. Bien sûr, le propriétaire du terrain est satisfait de son entente avec Talisman. L'entreprise procède ensuite au déblaiement du site, en prenant soin de conserver ce qui est retiré pour l'utiliser au moment de la restauration. «Cela veut dire que la zone ressemblera à ce qu'elle était auparavant lorsque le puits ne sera plus en activité», souligne le Fracosaurus Talisman Terry.

Certes, des équipements importants seront présents durant le forage du puits, dont une tour de forage surmontée d'un drapeau américain. Mais une fois le puits foré — et qu'on suppose en activité —, l'harmonie règne de nouveau dans le secteur. Le cerf de Virginie est de retour, de jeunes arbres ont été plantés et un arc-en-ciel parcourt le ciel. Ne reste plus qu'à ajouter les couleurs pour en faire un paysage idyllique.

Le gaz, lui, «plus léger que l'air», remonte jusqu'à la surface lorsqu'il est «libéré» du sous-sol. Pour illustrer le phénomène, on a dessiné des ballons gonflés à l'hélium qui s'envolent, tout sourire, vers un soleil lui aussi souriant.

Public cible: les enfants

Une porte-parole de la filiale américaine de Talisman Energy, Natalie Cox, a expliqué à un journal de Pittsburgh que l'idée n'était pas d'entrer dans les moindres détails scientifiques de l'extraction du gaz de schiste. «Il ne faut pas perdre de vue notre auditoire. Si vous vous adressez à un enfant de neuf ans ou moins, vous ne pouvez pas aborder des questions comme: "Qu'est-ce qui entre dans la composition des fluides de fracturation?"»

Le cahier en question a surtout été distribué aux enfants présents lors d'assemblées d'information organisées par Talisman Energy — qui contrôle 3000 km2 de permis d'exploration au Québec — dans plusieurs communautés vivant au-dessus du shale de Marcellus, essentiellement en Pennsylvanie. Plusieurs opposants n'ont d'ailleurs pas manqué d'associer cette campagne de relations publiques à une tentative de «brainwashing» de la prochaine génération de citoyens.

Titulaire de la Chaire de relations publiques et communication marketing à l'Université du Québec à Montréal, Bernard Motulsky estime qu'il est toujours «délicat» de s'adresser directement aux enfants, surtout dans le cas d'une industrie comme celle du gaz de schiste. Mais il juge complexe, dans le contexte américain, d'interdire ce type de campagne. «Est-ce que c'est moralement acceptable? Je crois que, pour ceux pour qui cette industrie est moralement condamnable, n'importe quel outil de communication sera condamnable. Mais expliquer ce qu'est le gaz de schiste et à quoi ça sert, ça ne changera pas l'opinion de bien des gens. Lorsqu'une industrie est aussi active que l'industrie gazière en Pennsylvanie, il y a beaucoup de travail qui se fait au niveau communautaire. Ça fait partie de la panoplie des outils qu'on peut utiliser.»

Chose certaine, un tel cahier à colorier serait assimilé à de la propagande pure et simple s'il était distribué au Québec. «Ce ne serait pas possible de développer un tel outil présentement au Québec, parce que la controverse est encore trop forte, a souligné M. Motulsky hier. La pression pour un moratoire est forte. Ce serait perçu comme un outil de manipulation, donc je ne crois pas que ce serait opportun. Mais on ne sait pas ce qui va arriver dans cinq ans.» 
44 commentaires
  • France Marcotte - Abonnée 22 juin 2011 05 h 33

    Sauf en cas de pépin...

    "Ce ne serait pas possible de développer un tel outil présentement au Québec, parce que la controverse est encore trop forte", a souligné à Montréal hier M. Motulsky, spécialiste en relations publiques et communication marketing.
    Au Québec, le projet de fracturation des cerveaux n'en est encore qu'au stade de l'exploration.
    Il est prévu que, tranquillement mais sûrement, les Gaulois du nord se feront eux aussi à l'idée et que même les adultes auront envie de colorier ce cahier, signe indéniable pour Talisman Energy que sa campagne de marketing est un succès.
    L'extraction de la jugeotte des résistants devrait alors être un jeu d'enfant, selon des investisseurs optimistes (et souriants).

  • AMeloche - Inscrit 22 juin 2011 05 h 42

    Le viol de la conscience.

    Le formatage capitaliste rode autour de vos maisons. Du string comme objet fétiche pour préadolescentes hypersexuées (que leur restera-t-il à trente ans?) au viol de la psyché infantile, il n’y a qu’un pas. Ce n’est pas de morale dont il est question ici mais d’un fait de société, celui du viol de la conscience. Expliquer la science aux enfants n’est pas prendre position, ce que fait cette entreprise. On emploie souvent, dans le jargon ampoulé et précieux du « politiquement moderne », l’horrible oxymore de « citoyen corporatiste » pour désigner les rapines et les manipulations psychiques auxquelles « collaborent » (au sens de la Seconde guerre) les médias de masse.
    La massification de l’intelligence s’attaque aux enfants dont la psyché, instable, malléable risque fort de se déformer et engendrer des cancers de la pensée, comme le gaz de schiste est une énérgie « fossile propre ». Comme pour les Barbies sans mamelons et sans sexe, et les GI Joe sans pénis de l’époque, on formate la psyché des enfants pour en faire éventuellement des monstruosités dociles et infatuées.
    La bassesse intellectuelle de ces cerveaux reptiliens n’a évidemment pas de limites. Il n’y a qu’une chose à faire pour changer ces choses. Se dresser devant eux et leur montrer leur propre bêtise. Mais, avez-vous déjà retourné le miroir à la face d’un tigre! À la violence du viol de l’âme, il faut répondre par la même force.

    André Meloche

  • France Marcotte - Abonnée 22 juin 2011 06 h 23

    Les dessin hâtif d'un cadre?

    On remarque en regardant plus attentivement ce dessin de piètre qualité (trop cheap pour embaucher un vrai graphiste?), que son auteur s'y connaît bien en habillement de travailleur et en tour de schiste mais peu en flore et en faune.
    Le peu de soin apporté à cette représentation est à l'image qu'on se fait du peu de respect que ces vautours de ressources témoigne à ceux qu'ils prétendent vouloir séduire.

  • Indépendance ou dépendance - Inscrit 22 juin 2011 07 h 25

    Talisman Energy une multinationale?

    Au nom de tous, merci d'exposer la tactique de Talisman Energy par votre article intitulé "Dessine-moi un puits de gaz de schiste".

    Je vous soumets que Talisman Energy n'est pas une corporation multinationale, mais bien plutôt transnationale. L’épithète « multinationale » laisse penser que des corporations privées tel Talisman Energy puissent "s'imposer" quelque retenue – qu’elles aient quelqu’égard – pour les nations sur les territoires desquelles elles mènent leurs activités d’exploitation. Chacun sait bien que leur unique préoccupation est le rendement aux actionnaires. « Transnationale » me semble bien plus juste à cet égard.

    Sans encadrement législatif - puisqu'il n'existe pas de gouvernement multinational - ces sociétés d'actionnaires appliquent simplement le "laisser faire" du privé traversent toute frontière nationale sans égard aucun.

  • Robert Ouellet - Inscrit 22 juin 2011 07 h 47

    Le Devoir n'en rate pas une....

    Nouvelle somme toute banale d'une compagnie qui cherche à protéger son image... Mais nul doute que celà va encore déclencher les sarcasmes des lecteurs du Devoir.

    Petite question... pourquoi Le Devoir passe-t-il sous silence l'étude du MIT parue
    cette semaine et qui est très favorable aux gaz naturel?

    On y mentionne que
    - les risques encourus sont tout à fait raisonnable.
    - A titre de remplacant du combustible dans les centrales au charbon du nord-est des etats-unis, on pourrait sauver des quantités enormes de GES et de polluant qui causent du smog sur le Québec...

    Le MIT c'est une des universités les plus prestigieuse au monde.
    C'est sur qu'au Quebec on aime mieux ce fier à des nobody genre... le beau-père de Dominic Champagne ou un prof de geologie de l'UQAM a la retraite depuis 15 ans.

    Déprimant...