Les jeunes et le développement durable

Les jeunes des grands centres urbains du Canada et des États-Unis croient qu'ils peuvent faire progresser le développement durable, mais plusieurs trouvent qu'ils sont mal informés sur la façon dont leur communauté est gérée. C'est ce qui ressort d'une enquête menée auprès de jeunes de 18 à 35 ans de Montréal, Halifax et New York, rendue publique hier.

Ces données, récoltées auprès de 400 étudiants, font partie d'une enquête mondiale du Programme des Nations unies pour l'environnement, qui a rejoint 8000 jeunes de 20 pays du monde. Selon les résultats de l'enquête, les jeunes Montréalais sont préoccupés par la qualité de la vie en général: ils souhaitent un bon accès à des produits biologiques, plus de pistes cyclables et un bon voisinage dans les communautés. À Halifax, les jeunes ont demandé des investissements importants dans les transports collectifs ainsi que des pistes cyclables. Et à New York, les jeunes ont dit souhaiter plus de logements à un coût abordable, de meilleures économies d'énergie et une lutte plus efficace contre la pollution.
1 commentaire
  • Daniel Bérubé - Abonné 5 juin 2011 13 h 30

    Avoir conscience...

    Ces derniers ont conscience des changements qui viennent, et qu'il est plus que nécessaire de s'y préparer...

    Et de plus, il est souvent innutile de se fier sur nos gouvernements pour le faire ou y participer... leurs vivions est à trop court terme.

    C'est devenu complètement l'inverse : généralement, le jeune est celui qui s'inquiète peu du moyen et long terme, il était vu comme celui qui porfitait du moment présent, sans penser à la mort par exemple, qu'il voyait encore comme quelque chose de trrrrès loin...
    Nos gouvernements eux, auraient été logiquement ceux devant avoir une vision à long terme, pour le bien de toute la population...

    Essayez de comprendre quelque chose dans tout çà... comme un de mes amis disait: "C'est le monde à l'envers !"